Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Montréal, le mercredi 16 septembre 2009 - C’est à 84 % que les cols blancs de la ville de Westmount, représentés par le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP-FTQ), se sont prononcés en faveur du déclenchement de la grève, au moment jugé opportun, lors de l’assemblée générale extraordinaire tenue mercredi soir.

Les cols blancs sont sans contrat de travail depuis le 30 juin 2006. Les négociations enclenchées le 16 mars 2007, pour lesquelles les parties ont tenu plus d’une vingtaine de séances de négociations, ont achoppé le 9 septembre dernier. Pourtant, les parties se sont entendues sur la totalité des clauses normatives. Le différend qui oppose les parties porte sur le refus de l’employeur de verser des primes aux salariés qui doivent travailler en dehors des heures normales, soit le soir, la nuit et les week-ends ainsi que sur les conditions salariales.

« Il n’est pas question pour nous de cautionner un règlement qui s’avère inéquitable pour nos membres alors qu’ils effectuent un travail tout aussi important pour le bien-être des citoyens de cette ville que celui dispensé par leurs collègues cols bleus » a affirmé Monique Côté, présidente du syndicat. «Quinze municipalités différentes sur l’île, dont Montréal, ont accepté de verser à leurs salariés ce type de primes. Pourquoi une ville comme Westmount ferait-elle exception alors d’autant plus qu’elle les a accordées à ses cols bleus? Nous ne voulons pas créer de précédent et surtout d’iniquité salariale » a poursuivi la présidente.

Rappelons que le 9 septembre, réunis en assemblée générale extraordinaire, les membres ont voté dans une proportion de 96% en faveur d’un plan prévoyant une gradation des moyens d’action afin de dénoncer la position de leur employeur. Bien déterminés à obtenir un traitement équitable, ils n’ont pas hésité à fournir un mandat de grève à leurs dirigeants syndicaux.

Le SFMM (SCFP-FTQ) représente plus de 10 000 fonctionnaires cols blancs oeuvrant au sein de la fonction publique et parapublique montréalaise. Ces membres oeuvrent tant à la Ville de Montréal, dans les 15 villes reconstituées sur le territoire montréalais qu’au sein des sociétés paramunicipales comme la Société du Parc des Iles (SPI), la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM), l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), la Corporation Anjou 80, Stationnement de Montréal ainsi que pour la firme privée Le Parc Six Flags Montréal (la Ronde).

En plus du secteur municipal, le SCFP est présent dans 10 autres secteurs d’activités au Québec, entre autres, la santé et les services sociaux, l›éducation, les universités, les transports urbain et aérien, l’hydroélectricité, les sociétés d›État et organismes publics québécois ainsi que les communications. Comptant au total près de 105 000 membres au Québec, il est aussi le plus important syndicat affilié de la FTQ.

Ce communiqué et d’autres infos sur le site scfp.qc.ca et du sfmm429.qc.ca

SOURCE : SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX DE MONTRÉAL (SFMM)

Renseignements :

  • Monique Côté, présidente, 514 842-9463, cell. 514 707-0106
  • Michèle Blais, agente d’information, 514 842-9463, cell. 514 703-4856
  • Robert Bellerose, Information SCFP, cell. 514 247-9266 /jb sepb491-qc