Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Un accord historique a été conclu entre le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (une division du SCFP) et l’Association des hôpitaux de l’Ontario. L’accord sera en vigueur du 29 septembre 2009 au 28 septembre 2013.

Il ne contient aucune concession et offre des gains réels, notamment au chapitre de la sécurité d’emploi. En particulier, l’accord permet à un travailleur muté dans le cadre d’une restructuration des soins de santé, d’une privatisation ou d’une vente d’entreprise de revenir à son hôpital n’importe quand pendant la durée de la convention collective de quatre ans, sans perte d’ancienneté. L’accord prévoit des hausses salariales de deux pour cent chaque année, ainsi que des primes de congé annuel, d’avantages sociaux, d’équipe et de week-end.

« L’entente redonne de l’espoir à tous les travailleurs de l’Ontario, parce qu’elle accorde de réelles augmentations de salaires, accroît la sécurité d’emploi et prévoit des bonifications à plusieurs autres égards », a déclaré Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario.

« Les membres de l’équipe centrale de négociations sont très fiers d’avoir négocié une quatrième convention collective de suite avant la date d’échéance et d’avoir obtenu des gains pour les membres malgré le difficile climat économique et de négociation qui prévaut », a-t-il ajouté.

L’accord régit directement 18 500 travailleurs d’hôpitaux représentés par le SCFP. En outre, 11 500 travailleurs d’hôpitaux représentés par le SCFP, mais dont les employeurs ne participent pas aux négociations centralisées, adopteront ce modèle, tout comme les 17 000 membres du groupe de négociation des hôpitaux de l’UIES et les 1 500 membres du groupe des hôpitaux de l’Ontario représentés par les TCA.

L’envergure de ces négociations est parmi les plus considérables au Canada, tant dans le secteur public que dans le secteur privé.