Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Dennis Mol, président du SCFP-Alberta, a félicité aujourd’hui le gouvernement provincial d’avoir mis en œuvre la construction de nouvelles écoles, tout en l’invitant à reconsidérer l’option des PPP.

« Il faut absolument construire de nouvelles écoles secondaires à Calgary, Edmonton, Sherwood Park et Spruce Grove si l’on veut répondre aux besoins critiques en matière d’infrastructure publique en Alberta, a déclaré Dennis Mol. Nos élèves ont besoin de ces lieux et nos travailleurs ont besoin de ces emplois. Bravo au gouvernement pour avoir bougé dans ce dossier. »

Cette portion de la phase 2 du Alberta Schools Alternative Procurement Phase 2 (ASAP II) (Différents modes d’achat pour les écoles de l’Alberta) sera réalisée par la méthode conventionnelle de conception-construction, dont de nombreuses études ont montré qu’elle était plus efficace et plus économique pour construire l’infrastructure.

Les rapports de l’industrie sur les partenariats public-privé (PPP), comme le dernier document publié par la Merit Contractors Association et la Alberta Construction Association, soutiennent que les PPP coûtent plus cher et peuvent mener à des problèmes de spécialisation dans l’industrie de la construction, a révélé M. Mol.

Il a ajouté qu’il était déçu que le projet ASAP II comprenne aussi 10 écoles élémentaires et intermédiaires construites en PPP et a invité le gouvernement à reconsidérer ce choix.

« La plupart des familles albertaines savent qu’à long terme, il est préférable d’acheter sa maison plutôt que de la louer, a expliqué Dennis Mol. Si les méthodes conventionnelles de construction sont bonnes pour les écoles secondaires, elles devraient l’être aussi pour toutes les écoles. »

« Les écoles élémentaires et intermédiaires doivent être construites en tenant compte de l’intérêt des contribuables de l’Alberta », a-t-il précisé.

L’énoncé de discussion sur la construction intitulé « Future Directions for Public-Private Partnerships in Alberta’s Construction Industry » (L’avenir des partenariats public-privé dans l’industrie de la construction de l’Alberta) avertit que les PPP pourraient obliger le gouvernement à consacrer plus d’argent que nécessaire aux projets, tout en contribuant à une surdépendance de l’industrie à l’égard de la prestation de services spécialisés au gouvernement provincial.

Dennis Mol a souligné les nombreux cas de faillites de consortiums de PPP qui n’arrivaient pas à trouver un financement pour les projets, notamment celui du Groupe Macquarie qui, à cause du resserrement du crédit mondial, a été incapable des rassembler assez de capitaux pour réaliser le projet d’agrandissement du pont Port Mann en Colombie-Britannique.

« Il existe de nombreux exemples d’échecs et d’abandons de PPP au Canada, a conclu Dennis Mol. Faisons les choses correctement dès le début afin que les Albertains n’aient pas à payer plus que nécessaire. La population mérite bien cela. »