Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Paul Moist a écrit au premier ministre Harper pour condamner le coup d›État perpétré au Honduras et pour demander le retour du président Zelaya.

M. Moist a blâmé Stephen Harper pour avoir fait du Canada le seul pays des Amériques à n’avoir pas explicitement exigé la réintégration du président Zelaya.

Contrairement à la plupart des gouvernements, le Canada n’a pas rappelé son ambassadeur. Il n’a pas non plus suspendu les prêts et l’aide accordés au pays (comme l’ont fait les États-Unis et la Banque mondiale).

Au cours des dernières semaines, le SCFP a reçu plusieurs rapports faisant état de violence à l’endroit de ceux qui s’opposent au coup d’État – y compris l’assassinat de leaders communautaires et syndicaux.

Le 22 juillet, le SCFP a reçu une déclaration du CODEMUH (ci-dessous), l’organisation de femmes que soutient le syndicat grâce au Fonds pour la justice mondiale, avec le SEH et CoDevelopment Canada.

Le groupe affirme que les employeurs obligent les travailleuses des maquilas à participer à des manifestations en faveur du coup d’État – qu’ils qualifient de « marches pour la paix ».

Le SCFP condamne les actions de ces employeurs et nous demeurerons en contact étroit avec nos consœurs du CODEMUH.