Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La régie australienne de la sécurité dans l’aviation civile (Civil Aviation Safety Authority ou CASA) étudie les liens entre la qualité de l’air en cabine et la sécurité humaine et les risques pour la santé.

Convoqué par la CASA, l’ Expert Panel on Aircraft Air Quality (EPAAQ) (groupe d’experts sur la qualité de l’air à bord des avions) aimerait recevoir les commentaires des membres d’équipage, des syndicats, d’intervenants indépendants et de membres du public autant que possible avant le 15 juin 2009. L’EPAAQ étudie les effets potentiels sur la santé de l’exposition à l’air contaminé dans la cabine des appareils. Un rapport final est attendu pour le premier trimestre de 2010.

L’air contaminé de la cabine est un problème de sécurité aérienne parce que la plupart des appareils commerciaux sont dépourvus de systèmes de détection et de filtration d’un produit chimique organophosphoré neurotoxique et immunotoxique, le phosphate de tricrésyl (PTC).

Le PTC se retrouve dans la plupart des huiles de moteurs à réaction et des fluides hydrauliques. L’air en cabine est contaminé lorsque ces liquides fuient par des joints usés ou défectueux et se retrouvent dans l’approvisionnement en air de la cabine.

Vous avez l’occasion de présenter des mémoires devant une commission d’enquête internationale objective.

Les syndicats des équipages cabine tentent depuis longtemps de sensibiliser les gens à cet enjeu. Les membres sont invités à soumettre de la documentation sur leurs problèmes de santé et de sécurité, des données sanitaires et médicales le cas échéant, des données sur les incidents et leur fréquence, et ce qu’ils savent du problème.

Un questionnaire simple a été préparé pour aider à présenter les mémoires.

Pour celles et ceux qui connaissent mal le dossier de la contamination de l’air en cabine, la revue OHS Canada Magazine a publié un excellent article bien documenté sur le sujet.

Des expositions répétées à de faibles niveaux et d’importants « incidents d’émanations » ont été liés à une sensibilité accrue à l’environnement et ont déclenché de sérieux problèmes de santé. Pour beaucoup de gens, la combinaison d’expositions multiples et l’interaction des nombreux produits chimiques dans l’air contaminé en cabine a contribué à une nouvelle affection appelée « syndrome aérotoxique ». Des diagnostics erronés ont été posés chaque fois que des symptômes à court et à long terme pour de multiples systèmes de l’organisme ont été traités isolément. On peut trouver des liens avec des enjeux actuels, des lignes directrices médicales et d’autres ressources sur le site Web Aerotoxic Association.