Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Montréal, le lundi 30 mars 2009 – Syndiqués et patrons pourront compter sur une paix industrielle jusqu’en 2013 à Vidéotron. En effet, les quelque 2800 employés de la compagnie, membres du SCFP (FTQ), ont entériné à 95 % l’entente de principe conclue par leur comité de négociation. Le contrat de travail, d’une durée de cinq ans, prévoit des hausses salariales de 3 % par année.

Le nouveau contrat a été officialisé ce matin lors d’une rencontre entre le président de la FTQ, Michel Arsenault, le directeur québécois du SCFP, Michel Poirier, la présidente du SCFP-Québec, Lucie Levasseur, le président et chef de la direction de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, ainsi que le président et chef de la direction de Vidéotron, Robert Dépatie. «Les relations ont déjà été plus houleuses, ont lancé les trois dirigeants syndicaux, mais au terme de cette ronde de négociations, nous abordons l’avenir avec plus d’optimisme. On tourne la page et on regarde vers l’avenir.»

Avec cette convention, des centaines d’emplois syndiqués verront bientôt le jour, notamment au nouveau centre d’appels de Joliette. Les salariés ont également obtenu le comblement de plusieurs postes, l’établissement de planchers d’emploi et le rapatriement de tâches qui étaient confiées en sous-traitance. En contrepartie, l’employeur bénéficiera d’une flexibilité accrue pour la modernisation de son réseau et le déploiement de son réseau sans-fil 3G. Une négociation dont les résultats sont plus que positifs selon les représentants syndicaux. «Le processus a été long et parfois ardu, mais on est heureux de l’entente, lance Denis Plante, conseiller au SCFP. Au final, tout le monde y trouve son compte, les emplois de nos membres sont sécurisés et on améliore leurs conditions de travail.»

Soulignons également que les syndiqués ont négocié un projet de télétravail et la possibilité pour les employés de 55 ans et plus de modifier leur temps de travail en réduisant leurs heures ou leur journée de travail. Cette ouverture à la conciliation travail-vie sera également offerte aux syndiqués désirant retourner aux études pour enrichir leur formation. «Nous avons aussi gagné de la flexibilité pour les employés, affirme Bruno Tremblay, conseiller syndical. On est très satisfaits d’offrir à nos membres de telles possibilités. Cela fait partie des nouvelles réalités et des nouveaux besoins des travailleurs et des travailleuses.»

Comptant 7000 membres dans les communications au Québec, le SCFP est présent dans plusieurs autres secteurs, notamment la santé et les services sociaux, l’éducation, les transports urbain et aérien, les sociétés d’État et organismes publics québécois, l’énergie et les municipalités. Avec plus de 105 000 membres, le SCFP est le plus important affilié de la FTQ.

Ce communiqué et d’autres infos sur le site scfp.qc.ca

SOURCE : SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

/jb sepb491-qc