Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Nous sommes en mars, la période la plus occupée de I’année pour le SCFP. Après avoir sillonné le pays pour rencontrer le personnel de chaque région, nous avons amorcé la préparation des états financiers de fin d’exercice de 2008 pour présentation au Conseil exécutif national. À ce sujet, je suis fier de souligner que le Conseil exécutif national a approuvé un changement dans les règlements qui régissent notre Caisse nationale de participation aux congrès nationaux et aux activités nationales. Cette modification nous permettra de répondre très efficacement aux besoins des délégués handicapés en leur permettant d’avoir recours à la Caisse pour assumer 100 pour cent des frais additionnels nécessaires à une participation pleine et entière aux activités de notre syndicat, comme le matériel et l’aide personnelle. Une fois le changement en vigueur, toutes les sections locales en seront informées pour que chacun soit au courant de cette possibilité et connaisse le processus de demande et d’approbation avant la réunion du Conseil exécutif national. Ajoutez à cela la Conférence nationale sur les négociations pour I›égalite des femmes, la rencontre nationale des conseils scolaires et les préparatifs pour notre congrès national d’octobre — et vous avez une des périodes les plus remplies qu’iI m’ait été donné de vivre au SCFP.

 

Avec le bouillonnement d’activités dans Iequel nous sommes plongés, cette année sera très importante pour le SCFP. Nous vivons une récession économique très profonde qui risque d›être très longue. Pour beaucoup de travailleurs du secteur public, la récession ne frappera que lorsque la perte de I’assiette fiscale aura atteint les coffres du gouvernement. Mais elle frappera, et je crois que les années qui viennent nous réservent de dures négociations et des menaces accrues de sous-traitance et de privatisation. C’est pour cela que je parle de I’actuelle crise économique mondiale en introduction à mon rapport trimestriel.