Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La Journée internationale des femmes est toujours un événement important. Partout dans le monde, des femmes célèbrent les victoires qui ont fait progresser leur égalité, en défilant, en chantant, en participant à des ateliers d’éducation et en organisant des fêtes, entre autres. Mais cette journée sert aussi à mobiliser les femmes pour la lutte en faveur de l’égalité. Plus que jamais cette année, les femmes, et les hommes, doivent jouer un rôle actif dans les collectivités et les sections locales du SCFP et prendre position en faveur de la protection et de la promotion des droits des femmes.

Les femmes ont plus de difficulté à toucher les prestations d’AE

Le gouvernement fédéral conservateur attaque de plein fouet les droits des femmes. Il a manqué à son engagement de bonifier l’assurance-emploi pour donner aux travailleurs, et en particulier aux femmes, un revenu suffisant pour continuer à faire vivre leurs familles. Le nombre d’heures de travail exigées pour retirer de l’assurance-emploi est un obstacle pour les femmes qui travaillent à temps partiel, ou qui prennent des congés pour s’occuper d’un membre de leur famille ou avoir des enfants. Selon les données du Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), 40 % des femmes occupent des emplois à temps partiel, temporaires ou occasionnels, ce qui réduit leur admissibilité aux prestations d’AE. En effet, les chiffres de Statistique Canada montrent que le taux de d’admissibilité à l’AE pour les femmes est de 39 %, comparativement à 45 % pour les hommes, et que seulement 43 % environ des travailleurs en chômage ont retiré des prestations en 2008.

Attaques contre l’équité salariale

Le budget du gouvernement Harper a annoncé que les poursuites judiciaires n’étaient plus une avenue pour les femmes en quête d’équité salariale. C’est une décision révoltante quand on considère le combat pour l’équité salariale qu’ont mené les femmes dans les milieux de travail régis par la loi fédérale. Cette mesure rend presque impossible l’équité salariale. Connaît-on un employeur régi par le fédéral qui a consenti à offrir l’équité salariale par des négociations? Des membres du syndicat ont dû déposer des plaintes à la Commission des droits de la personne pour obliger leurs employeurs à respecter la loi.  

Rupture des engagements du Canada en matière de garderies

En annulant les ententes multilatérales avec les provinces pour financer les services de garderies et d’éducation de la petite enfance, le gouvernement conservateur a éliminé des dizaines de milliers de places dans des garderies sans but lucratif de qualité. Tout récemment, l’UNICEF a publié une étude qui classe le Canada au 25e rang des pays développés pour la prestation de services de garde et d’éducation de la petite enfance.

Accroissement de l’inégalité entre les hommes et les femmes

Les Nations Unies tiennent en ce moment une conférence sur les droits des femmes. L’AIFA (), dans un mémoire présenté en septembre 2008 au Comité des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes, soutient qu’au Canada, les inégalités entre hommes et femmes se sont accrues. Mentionnons quelques faits : les mères monoparentales ont un taux de pauvreté de 38,1 %, comparativement à 11,9 % pour les pères monoparentaux; 16,6 % des femmes âgées sont pauvres, contre 8,3 % des hommes âgés; 26 % des femmes handicapées vivent sous le seuil de la pauvreté et 29 % des femmes de couleur sont pauvres. Ce taux de pauvreté est encore plus élevé – 57 % – pour  les femmes afro-américaines, et 36 % des femmes autochtones sont pauvres. Le gouvernement fédéral doit faire preuve de leadership en assurant le respect de ses engagements tant envers les femmes du rester du monde qu’envers les Canadiennes. Les provinces doivent aussi faire leur part pour que les droits des Canadiennes soient respectés.

Les membres du SCFP doivent agir

Les membres et les sections locales du SCFP ont un rôle essentiel et précieux à jouer dans la réalisation des droits des femmes au syndicat.

Nous sortons tout juste d’une très fructueuse conférence nationale sur les négociations pour l’égalité des femmes. Les participantes y ont appris que la crise économique actuelle, qui frappe durement les femmes, peut être l’occasion de réaliser des gains, par exemple en menant une campagne pour un salaire décent pour les femmes, en luttant contre la privatisation et négociant des clauses, des éléments et des stratégies pour faire avancer l’égalité des femmes.  http://scfp.ca/femmes

Les membres du SCFP doivent inciter les employeurs, les sections locales et les gouvernements à promouvoir les droits des femmes. Vous pouvez agir :

  • En écrivant à Stephen Harper et à votre député fédéral pour exiger le retrait du projet de concession en matière d’équité salariale et pour réclamer des transferts fédéraux majeurs qui permettraient aux provinces et aux territoires de fournir des services de garde et d’éducation de la petite enfance sans but lucratif, accessibles, abordables et de qualité.
  • En participant à la campagne en cours du Congrès du travail du Canada (CTC) L’égalité! Une fois pour toutes! Vous et votre section locale pouvez organiser une activité, diffuser de l’information et mobiliser les membres. Visitez :
  • En participant à la campagne du CTC pour inciter le gouvernement à améliorer l’assurance-emploi
  • En travaillant avec votre section locale pour négocier la protection des droits des femmes dans votre convention collective. Examinez tous les points, de l’admissibilité des travailleuses à temps partiel aux programmes de retraite, à la négociation de taux salariaux égaux, en passant par la lutte à la privatisation et la protection des emplois à temps plein. http://scfp.ca/femmes
  • En participant aux activités de la Journée internationale des femmes dans votre collectivité et votre section locale. La plupart des collectivités du Canada en organisent.