Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Gatineau, le mercredi 11 février 2009 – Les syndiqués de l’Office national du film (ONF) ont les députés fédéraux à l’œil. Et les élus ne manqueront pas de voir leur message puisqu’il est bien visible sur cinq panneaux géants autour de la colline parlementaire à Ottawa. Le SCFP, qui représente 260 employés de l’ONF, poursuit ainsi sa campagne en faveur d’un financement accru de l’institution, campagne entamée la semaine dernière avec la diffusion de deux vidéos d’appui disponibles sur YouTube, cupe.ca et scfp.qc.ca. Intitulée À l’ONF, la crise économique dure depuis 15 ans, cette initiative met l’accent sur le rôle unique et incontournable de cet organisme dans le développement du cinéma et des talents d’ici.

« Les députés fédéraux ont la responsabilité de nous donner les moyens de remplir notre mission, lance Serge Gaspard Gaudreau, président d’un des syndicats à l’ONF. Ces panneaux sont un outil direct de communication avec les élus et leur personnel. Ils n’auront pas le choix de penser à nous et cela aura son impact au moment d’étudier les crédits budgétaires. Les affiches seront encore visibles pour une période de quatre semaines. Les syndiqués ont également créé un outil d’envoi de courriels où les citoyens peuvent interpeller leurs députés sur le financement de l’ONF.

Depuis 15 ans, l’Office a vu, à la suite de coupures répétées, son budget amputé de 17%. Ces compressions ont considérablement miné les capacités de l’ONF à créer et produire des œuvres originales. Pendant le même laps de temps, les employés de l’organisme fédéral ont vu leurs rangs fondre comme neige au soleil, passant de 723 salariés à seulement 356 en 2007.

Au tour de Roger Frappier

Après les interventions de Benoît Pilon et Alanis Obomsawin, le SCFP rend disponible aujourd’hui une vidéo présentant le point de vue de Roger Frappier sur l’importance de l’ONF. Dans cette capsule, le producteur de La Grande séduction, Le déclin de l’empire Américain et de Un zoo la nuit, souligne que c’est sur les bancs de l’ONF qu’il a appris son métier. Pour Roger Frappier, l’ONF constitue la mémoire cinématographique de notre peuple ainsi que la mémoire du documentaire et de l’art de l’animation. Selon lui, l’ONF est un espace de liberté essentiel où il est permis de créer sans la pression commerciale. Finalement, Roger Frappier estime que l’ONF peut redevenir la grande institution qu’elle a été s’il existe une vision politique claire pour que cela se réalise.

Notons qu’au cours des prochaines semaines, quatre autres témoignages, toujours sous la forme de capsules vidéo, seront rendues publiques par le SCFP.

Depuis sa fondation en 1939, l’ONF a créé plus de 13,000 titres, remporté au-delà de 5000 récompenses, plus de 90 prix Génie, obtenu plus de 70 nominations aux Oscars tout en décrochant 12 statuettes.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) est fier de compter parmi ses membres quelque 260 employés et artisans de l’ONF. Comptant 7000 membres dans les communications au Québec, le SCFP est présent dans plusieurs autres secteurs, notamment la santé et les services sociaux, l’éducation, les transports urbain et aérien, les sociétés d’État et organismes publics québécois, l’hydroélectricité et les municipalités. Avec plus de 105 000 membres, le SCFP est le plus important affilié de la FTQ.

Ce communiqué et d’autres infos sur le site scfp.qc.ca

- 30 -

SOURCE : SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Renseignements :
Serge Gaspard Gaudreau, bureau syndical 514 283-4865
Alexandre Boulerice, 514 384-9681, poste 270, cell. 514-668-7148

/jb
sepb491