Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Sauvons l’Office national du film !

Le personnel de l’Office national du film a lancé une campagne dont l’objectif est de corriger 15 années de compressions.

Les membres du personnel qui font partie des sections locales 2656 et 4835 du SCFP ont été témoins de la chute de cette institution culturelle qui n’est plus que l’ombre d’elle-même.

La campagne fait place à des clips vidéo dans lesquels des cinéastes canadiens témoignent de leur attachement à l’ONF.

Le syndicat mène aussi une action en ligne dont l’objectif est d’encourager les gens à écrire à leur député afin qu’il appuie une augmentation du financement de l’ONF.

Pour faire parvenir un courriel à votre député :  scfp.ca/action/nfb-action.

Pour plus d’information sur la campagne : www.scfp.ca/nfb.


Les résidents de Winnipeg unis contre la vente des services municipaux

Plus de 150 personnes ont assisté à une présentation sur les dangers de la privatisation de l’eau.  Les gens sont inquiets parce qu’ils ont entendu que la ville a le projet de confier les services municipaux à une entreprise autonome.

Les participants à la présentation ont entendu Tony Clarke de l’Institut Polaris et Lynne Fernandez du Centre canadien de politiques alternatives.

« Il est temps que les citoyens deviennent les gardiens de leur eau, si nous ne le faisons pas, nous seront confrontés à une grave crise de l’eau dans un avenir rapproché », a dit M. Clarke.

Une coalition communautaire comprenant la section locale 500 a été créée afin de demander une consultation et d’exiger plus de transparence dans la planification de l’infrastructure publique.


La section locale 3372 en grève pour un salaire équitable

Les six membres de la section locale 3372 du SCFP ont déclenché la grève le 4 février pour obtenir de meilleurs salaires de leur employeur au Centre forestier Hugh John Flemming de Fredericton, la société Aramark.

« Tous les jours, ces travailleurs nourrissent des centaines d’étudiants et de travailleurs, mais c’est à peine s’ils sont en mesure de nourrir leur famille.  Ils font partie des travailleurs des services alimentaires les moins bien rémunérés de la province », affirme la conseillère syndicale du SCFP, Maureen Michaud.

La section locale est sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2007.


La section locale 3902 s’entend avec l’Université de Toronto

Les membres de la section locale 3902 du SCFP, adjoints à l’enseignement, étudiants et détenteurs d’une bourse de perfectionnement post-doctoral, moniteurs de cours et surveillants à l’Université de Toronto, ont conclu une entente de principe cette semaine.

« L’entente intervenue avec l’université ne comprend aucune concession et elle prévoit une amélioration des clauses monétaires et de la qualité de l’éducation à l’Université de Toronto.  Il s’agit d’une bonne entente et c’est pourquoi les membres l’ont acceptée dans une proportion de 97 % », a dit le président de la section locale 3902, Robert Ramsay.


La section locale 4600 s’entend avec l’Université Carleton

Plus tôt cette semaine, les membres de la section locale 4600 du SCFP se sont prononcés dans une proportion de 66 % en faveur de la ratification de leur nouvelle convention collective.

L’entente sera en vigueur jusqu’au 31 août 2010.

Les points saillants sont une augmentation de salaire de 3 % pour tous les membres et des améliorations aux avantages sociaux.


La communauté universitaire de Simon Fraser unie contre les compressions

Plus de 1,000 étudiants, membres du personnel et enseignants de l’Université Simon Fraser à Burnaby en Colombie-Britannique ont manifesté pour obtenir une amélioration du financement de l’éducation publique.

Alors que tous les établissements d’enseignement postsecondaire sont confrontés à des compressions, l’Université Simon Fraser est menacée par la perte de 50 membres du personnel et 30 membres du corps enseignant.

Les manifestants ont lancé un appel à la province afin qu’elle revienne sur les compressions effectuées en mars dernier et qu’elle accorde les fonds de fonctionnement promis dans son prochain budget.

La présidente de la section locale 3338, Joann Field, a prédit « il ne restera plus aucune véritable université publique en Colombie-Britannique d’ici 2012, à moins que le gouvernement ne consente une augmentation significative du financement des institutions d’enseignement postsecondaire ».

Pendant ce temps, un sondage Angus Reid commandé par une coalition pour l’éducation révélait cette semaine que 86 % des résidents de Colombie-Britannique croient qu’un investissement en éducation publique devrait faire partie du plan de relance économique annoncé pour le prochain budget provincial.


:jvp/sepb 491