Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) demande au gouvernement Harper d’accorder la priorité à un solide filet de sécurité plutôt qu’à des baisses d’impôt dans le budget fédéral de la semaine prochaine.

« Le gouvernement doit bien réfléchir à la façon dont il dépensera nos ressources financières limitées, a déclaré Paul Moist, président national du SCFP. Les baisses d’impôt ne fourniraient qu’un répit passager, tout en entravant la capacité du gouvernement à offrir les services dont les Canadiens ont tant besoin pendant et après une récession. Les services publics doivent être considérés comme une forme de richesse dans laquelle les Canadiens doivent investir, tant pour assurer le mieux-être des citoyens à long terme que pour créer de nouveaux emplois qui relanceront l’économie. »

En plus de soutenir un secteur public fort, le SCFP demande un budget qui appuie le développement de l’infrastructure, les travailleurs, protège les plus vulnérables et offre une meilleure protection des pensions et des investissements.

Promouvoir l’infrastructure :
Le financement fédéral destiné à l’infrastructure municipale doit doubler pour atteindre 12 milliards de dollars par année. Le financement de l’infrastructure doit être réservé aux projets dont le financement et l’exploitation sont publics, en insistant particulièrement sur l’infrastructure verte et sur l’aspect « fait au Canada ».

Appuyer les travailleurs :
Ce budget doit ne doit pas contenir la même erreur du dernier énoncé économique, qui s’attaquait aux travailleurs. Le gouvernement doit collaborer avec le mouvement syndical et comprendre que les travailleurs du pays sont le fondement même de notre économie.

Apporter de l’aide :
Renforcer et améliorer l’assurance-emploi pour les 60 pour cent de Canadiens sans emploi qui ne sont pas éligibles aux prestations. Il faut éliminer le délai de carence et adopter des normes d’admissibilité nationales de 360 heures, avec prestations basées sur 60 pour cent des gains. Il faut protéger les régimes de retraite grâce à une caisse de garantie, hausser immédiatement les prestations de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti et augmenter graduellement le RPC et le RRQ.

Investir dans notre avenir :
L’infrastructure et les actifs publics doivent rester propriétés publiques. Il faut résister à toute tentative de privatisation, y compris les partenariats public-privé, plus coûteux et trop risqués. Nous devons redresser la gouvernance de nos institutions financières. Il faut investir dans les programmes d’infrastructure sociale – surtout l’éducation de la petite enfance et les services de garde, les soins à domicile, les soins de longue durée ainsi que dans les communautés autochtones et des Premières nations.

- 30 -

Pour en savoir plus :
Relations avec les médias du SCFP – 613-794-7867