Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le SCFP propose un ordre du jour axé sur les travailleurs en vue du budget fédéral

À l’occasion de sa réunion de décembre, la direction du SCFP national a approuvé un ordre du jour axé sur les travailleurs pour le prochain budget fédéral.

Le budget - qui a été promis pour le 27 janvier en échange de la survie du gouvernement – fera ou défera le gouvernement Harper.  Les conservateurs auront besoin de l’appui de l’un des partis d’opposition pour faire adopter son budget.

« Au cas où Stephen Harper aurait compris qu’un autre plan économique sans substance lui vaudra un aller simple vers les oubliettes de la scène politique, les syndicats de ce pays ont quelques propositions à faire sur la façon de gérer l’économie en cette période de récession », a dit Paul Moist.


Le SCFP appuie les grévistes de Postes Canada

Les membres du Conseil exécutif national du SCFP se sont joints aux travailleurs du SEPC qui sont en grève à Postes Canada à l’occasion d’une manifestation qui a eu lieu le 17 décembre devant le Château Laurier à Ottawa.  Ils en ont profité pour remettre un don de 10 000 $ aux grévistes.

La manifestation a eu lieu au moment ou la présidente de Postes Canada, Moya Green, donnait une allocution à l’intérieur de l’hôtel.

« Comment Postes Canada peut affirmer être préoccupé par la santé de ses employés alors qu’il tente de leur retirer leurs congés de maladie », a demandé Paul Moist aux manifestants. 


Abitibi Bowater :  Félicitations à Danny Williams

Paul Moist a écrit au premier ministre de Terre-Neuve et Labrador afin de le féliciter d’avoir révoquer les droits sur l’eau et la forêt détenus par Abitibi Bowater après que l’entreprise ait annoncé son intention de fermer son usine de Grand Falls-Windsor.

M. Williams a affirmé que cette décision – qui coûtera leur emploi à 750 travailleurs – violait l’entente conclue entre la province et le prédécesseur d’Abitibi Bowater.

« Les résidents de Terre-Neuve et Labrador sont en droit de s’attendre à que ces entreprises respectent les engagements pris envers leur province.  Si elles ne peuvent le faire, elles n’ont aucun droit sur des actifs qui appartiennent de plein droit aux habitants de la province », a affirmé M. Moist.


Les travailleurs SCFP des transports en commun et la ville d’Ottawa s’entendent

La section locale 5500 a conclu une entente de principe avec la ville d’Ottawa cette semaine.

Les 140 membres de la section locale qui travaillent à OC Transpo comme superviseurs de trajets, superviseurs de garage et agents de sécurité se prononceront sur l’entente de principe le 22 décembre.


Le CSHO met McGuinty en garde contre un gel du financement des hôpitaux

Michael Hurley dit que le gouvernement ontarien doit faire mieux que l’augmentation promise de 2,1 % du financement des hôpitaux et qu’il ne doit surtout pas envisager un gel du financement. 

Le président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario affirme que si l’augmentation promise par les libéraux de Dalton McGuinty n’est que 2,1 %, les patients des hôpitaux devront se passer de 4 000 membres supplémentaires du personnel et 1 000 personnes perdront leur emploi.

Si le financement est gelé, ce sont 5 000 emplois qui seront perdus.


Le Conseil du travail juge que Quebecor a eu recours à des briseurs de grève lors de la grève au Journal de Québec

Quebecor a été jugé coupable d’avoir eu recours à au moins une douzaine de briseurs de grève au cours du conflit de travail qui a opposé le SCFP et le Journal de Québec.

Le jugement éclaircit la notion d’établissement au-delà de la brique et du mortier et fait valoir que le fait que les briseurs de grève ne travaillaient pas dans les bureaux du journal n’est pas un argument pertinent pour déterminer s’il s’agissait ou non de briseurs de grève.


Les adjoints à l’enseignement et les étudiants de l’Université York occupent le bureau du président de l’université

Le 15 décembre, plus de 120 membres de la section locale 3903 du SCFP et étudiants qui les appuient ont occupé le passage menant au bureau du président de l’Université York, le Dr. Mamdouh Shoukri.

Les manifestants demandaient que le Dr. Shoukri les rejoigne pour répondre à 12 questions.  Ils lui demandaient aussi de s’engager à tenir un forum public au cours de la première semaine de janvier.

Les 3 400 adjoints à l’enseignement, chargés de cours et adjoints de recherche de la section locale 3903 du SCFP sont en grève depuis le 6 novembre. 


Les employés du Musée de Red Deer joignent les rangs du SCFP

Les 9 curateurs et préposés aux visiteurs du Musée de Red Deer se sont prononcés par vote pour leur intégration au SCFP.

Le président du SCFP-Alberta, D’Arcy Lanovaz, a déclaré que suite à une tentative du musée de modifier les régimes de retraite, c’est la protection de leurs conditions de travail et avantages sociaux qui a motivé ces travailleurs à joindre les rangs du SCFP.


Campagne pour ouvrir le robinet et abandonner les  bouteilles

Le SCFP fait partie d’une large coalition d’organisations de Nouvelle-Écosse qui fait pression pour que les municipalités et les conseils scolaires cessent de vendre de l’eau embouteillée et se tournent vers l’eau du robinet.

La Campagne ouvrir le robinet et abandonner les bouteilles a été lancée cette semaine.

Le groupe fera des représentations auprès des municipalités de Nouvelle-Écosse et dit espérer en convaincre un certain nombre de se joindre au mouvement d’ici la Journée mondiale de l’eau du 22 mars.

La coalition est formée des organisations suivantes :  Ecology Action Centre, le SCFP-Nouvelle-Écosse, le Conseil des Canadiens, KAIROS Halifax, l’Institut Polaris, la Fédération canadienne des étudiants – Nouvelle-Écosse, le Réseau environnemental de Nouvelle-Écosse et Oxfam Canada :  Maritimes.

:te/sepb 491