Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

BURNABY—Dans la foulé d’un rapport publié par le vérificateur général de l’Ontario qui conclut que les contribuables ont payé très cher un hôpital en partenariat public-privé (PPP) à Brampton, le SCFP-C.-B. a une fois de plus demandé au vérificateur général de la Colombie-Britannique de jouer un rôle accru dans l’examen, les recommandations et le rapport sur les projets en PPP.

L’examen de l’Ontario constate que le gouvernement de l’époque a imposé le processus du PPP. Le vérificateur général de l’Ontario remet fortement en question l’importance du transfert de risque invoqué pour justifier le PPP et conclut que si le projet avait été fait par le secteur public, les contribuables de l’Ontario auraient économisé des millions de dollars.

« Ce n’est pas étonnant, affirme Barry O’Neill, président du SCFP-C.-B. Bon nombre des mêmes questions ont été soulevées ici en Colombie-Britannique et, déjà, le vérificateur judiciaire Ron Parks a présenté de solides recommandations qui s’appliquent au contexte de la province. »

Dans un rapport de 2006, commandé par le SEH et le SCFP, M. Parks recommande que le vérificateur général de la C.-B. prépare des rapports indépendants sur les PPP, « fasse preuve d’un peu plus de scepticisme » à leur égard et les surveille de plus près.

Dans son rapport de 2006, M. Parks répondait à la pièce jointe d’une lettre de « mission d’examen » de l’ancien vérificateur général Wayne Strelioff au sujet du rapport d’optimisation des ressources de Partnerships BC sur l’hôpital d’Abbotsford et d’autres projets de PPP qui, selon lui, « n’offraient pas suffisamment de garanties de véritables économies pour le public ». M. Parks recommandait au vérificateur général d’approfondir ses recherches et de préparer des rapports indépendants sur les projets au lieu de se fier à Partnerships BC. Ron Parks a aussi soutenu que le vérificateur général devrait participer « en temps réel », ce qui lui permettrait d’influencer les décisions pendant la planification et la mise en œuvre des projets.

Barry O’Neill souligne que le SCFP-C.-B. se joindra au SEH pour demander au vérificateur général de la C.-B. John Doyle d’amorcer une enquête sur les coûts de construction de l’hôpital régional et du centre de traitement du cancer d’Abbotsford en PPP financé par le secteur privé.

« Compte tenu du montant d’argent public investi et de l’importance des services, nous pensons qu’il est grand temps d’instaurer une supervision indépendante de Partnerships BC pour tous les projets, conclut M. O’Neill. Et, pour commencer, la législature de la Colombie-Britannique devrait revenir sur sa décision de rejeter une demande de ressources adéquates qui permettraient au vérificateur général de remplir son rôle de supervision. »