Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA – « La mise à jour économique d’aujourd’hui confirme l’impression de nombreux travailleurs canadiens : le gouvernement Harper leur fait la sourde oreille », a déclaré Paul Moist, président national du SCFP.

« Les Canadiens ont écouté Flaherty aujourd’hui en espérant que le gouvernement ferait preuve de leadership. Résultat : aucun plan pour combattre la récession, mais plutôt des attaques mesquines et partisanes contre l’opposition, ainsi que des crocs-en-jambe aux travailleurs et aux femmes », a-t-il ajouté.

Ce « plan » du gouvernement ne contient rien pour protéger les travailleurs du Canada en cette période de crise. En fait, on y retrouve plutôt un érosion de leurs droits. « Une interdiction temporaire du droit de grève dans la fonction publique fédérale envoie le message que le gouvernement Harper se fiche des travailleurs », selon Paul Moist.

Le gouvernement s’en prend aussi au processus d’équité salariale dans la fonction publique fédérale. « Cet affront aux femmes survient alors qu’elles ne gagnent encore que 70 cent pour chaque dollar gagné par les hommes », a poursuivi Paul Moist.

Aussi, le taux de chômage grimpe au pays, mais notre système d’assurance-emploi n’est pas prêt à faire face à une récession. « La mise à niveau de l’assurance-emploi est un autre grand absent de la mise à jour : 40 % des travailleurs seulement sont admissibles à des prestations, qui d’ailleurs atteignent à peine le seuil de pauvreté. Et même si on y mentionne vaguement les fonds de retraite, la mise à jour n’offre aucun espoir aux personnes âgées vivant dans la pauvreté », d’ajouter Paul Moist.

Cette mise à jour aurait dû miser sur la création d’emplois, notamment par des investissements requis d’urgence dans les infrastructures. Au lieu de cela, Flaherty a affirmé que des actifs gouvernementaux et des sociétés de la Couronne pourraient être liquidés.

« Contrairement aux autres nations frappées par la crise, le Canada n’a aucun plan pour protéger ses emplois. Notre gouvernement opte pour l’ajout de trous à notre ceinture, alors que les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union européenne ont tous des plans de relance. En temps de récession, le gouvernement doit se rendre encore plus utile. Mais Harper et Flaherty restent obsédés par leurs compressions et abandonnent à leur sort les travailleurs et les familles en difficulté », a conclu Paul Moist.

 -30-

Pour renseignements : Allison Gifford, service des communications du SCFP – (613) 852-1494