Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA – Une majorité de Canadiens font davantage confiance aux syndiqués du secteur public qu’aux sous-traitants pour garder leurs hôpitaux propres et à l’abri des infections, selon un nouveau sondage effectué pour le compte du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Mené par Nanos Research, ce sondage révèle que 51,3 % des Canadiens préfèrent les syndiqués du secteur public et 34 % préfèrent des sous-traitants du secteur privé pour le nettoyage des hôpitaux; 14,8 % se sont dits indécis. Cette préférence des Canadiens s’affirme à travers tous les groupes d’âge, toutes les appartenances politiques et pratiquement toutes les régions.

Les infections contractées en milieu hospitalier sont l’une des principales causes de maladies infectieuses au Canada: un Canadien hospitalisé sur neuf est touché chaque année. En refusant d’appliquer la Loi canadienne sur la santé, le gouvernement Harper a favorisé la privatisation accrue des services de nettoyage des hôpitaux.

« Quand l’objectif final est la réduction des coûts pour des entreprises privées, les normes de propreté dégringolent et les infections graves prolifèrent », a déclaré Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du SCFP. « Une nette majorité de Canadiens reconnaissent que nos syndiqués du secteur public prennent particulièrement à coeur la propreté des hôpitaux et la sécurité des patients. »

Le soutien pour le caractère public de ces services est particulièrement fort dans l’Atlantique (61,3 %), chez les Canadiens de 18 à 29 ans (58 %) et chez les partisans du NPD (60,5 %). Fait remarquable: chez les groupes habituellement perçus comme favorables à Stephen Harper, comme les Canadiens de 40 à 60 ans, ceux vivant dans l’Ouest et ceux disant voter conservateur, on observe la même préférence pour les services de nettoyage des hôpitaux fournis par les syndiqués du secteur public.

« Les Canadiens veulent que leurs hôpitaux restent dans le giron public », selon Claude Généreux. « Nous demandons à tous les partis politiques d’affirmer clairement qu’ils vont s’opposer à la privatisation des services de nettoyage dans le secteur de la santé. »

-30-

Ce sondage a été effectué par téléphone auprès de 1 200 Canadiens choisis au hasard entre le 20 et le 22 septembre 2008. La marge d’erreur est de 2,8 %, 19 fois sur 20. Pour plus d’informations sur la méthodologie, rendez-vous au www.nanosresearch.com.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) est le premier en importance au pays avec plus de 570 000 membres oeuvrant dans la santé, les municipalités, l’éducation, les bibliothèques, les transports, l’énergie et les médias.

Renseignements : Sébastien Goulet, service des communications du SCFP – (613) 808-0675; Allison Gifford, service des communications du SCFP – (613) 484-2571