Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Stephen Harper a laissé proliférer les soins de santé à deux vitesses et à but lucratif.

Il existe de nombreuses solutions publiques pour améliorer les soins, mais les conservateurs n’ont qu’une idée en tête: des services privés à but lucratif. Sous leur règne, les cliniques privées et la privatisation des services de soutien ont gagné énormément de terrain. Les Canadiens sont fiers de leur système public à une seule vitesse. Il nous faut un premier ministre capable de le maintenir et de l’améliorer, et non qui veuille le démanteler.

Ce que nous voulons :

  • Un leader qui va appliquer la Loi canadienne sur la santé et qui renversera la privatisation de notre système de santé.
  • Une stratégie contre les délais d’attente: des listes centralisées, l’optimisation des salles d’opération, l’expansion du travail d’équipe et de la gestion des cas, le développement des soins primaires et des soins prolongés – tout cela dans le système public.
  • Un fonds national de l’infrastructure destiné à la construction et rénovation des hôpitaux et des centres de soins de longue durée – et qui évite le piège des partenariats public-privé (PPP).
  • Une stratégie nationale contre les infections nosocomiales: des taux d’occupation réduits, plus de services internes de nettoyage et de contrôle des infections, ainsi que des mesures de divulgation obligatoire.
  • Une stratégie de ressources humaines offrant de meilleures conditions de travail, de la formation ainsi que l’équité salariale dans tout le secteur.
  • Un programme national de soins de longue durée incluant du financement ciblé ainsi que des normes nationales pour les soins en établissement et à domicile, dont des planchers d’emploi.
  • Un programme national d’assurance médicaments qui permet l’accès égal à une médication sécuritaire et efficace, tout en contrôlant les coûts.

 

Les soins de santé ont beaucoup souffert sous Harper

 

  • On constate la prolifération de cliniques à but lucratif dispensant des soins médicalement requis.
  • Les frais supplémentaires, la surfacturation et d’autres infractions à la Loi canadienne sur la santé se répandent sous l’oeil complice du gouvernement fédéral.
  • Malgré des preuves accablantes à l’effet que les PPP coûtent plus cher et livrent des services de qualité inférieure, il y a 38 hôpitaux en PPP en construction ou en préparation dans quatre provinces.
  • Les services de nettoyage des hôpitaux manquent de personnel et sont de plus en plus privatisés, ce qui favorise l’éclosion d’épidémies causant plus de 2 000 décès par année.
  • En bout de ligne, les « garanties » de temps d’attente de Harper se sont révélées être une farce dans plusieurs provinces, et une manigance pour privatiser dans d’autres.