Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Plus de 150 représentants du Conseil provincial des affaires sociales (CPAS) du SCFP sont réunis en colloque du 30 septembre au 2 octobre 2008 à Gatineau pour préparer leurs prochaines luttes en se basant sur la riche histoire de leur mouvement.

« Le syndicalisme, hier, aujourd’hui et demain »: c’est le fil conducteur que suivent les participants en compagnie de figures de proue comme l’ancien président de la FTQ Fernand Daoust et l’éminente militante Françoise David, qui vient répondre à la question
« Comment rejoindre la population? »

À souligner également, la présence du réalisateur Alain Chartrand, pour une conférence sous le thème du « Don de soi », et celle de Philippe Duhamel, organisateur chevronné qui va partager son expertise des campagnes stratégiques.

« L’histoire de nos sections locales et de notre syndicat nous rappelle que la négociation collective et le droit de grève sont des gains récents, et qu’il ne faut surtout pas les tenir pour acquis. En bout de ligne, tout repose sur notre capacité à mobiliser nos membres et à gagner le coeur de la population, et notre colloque va montrer la voie à suivre », a déclaré Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du SCFP, dans son discours d’ouverture.

« L’équipe du CPAS s’est beaucoup renouvelée avec de nombreux jeunes militants. Et vu le contexte difficile de négociation au Québec ces dernières années, nous avions besoin de faire le point. Mais l’espoir est au rendez-vous; des solutions et un plan d’action vont prendre forme ici et c’est très excitant », selon Marco Lutfy, vice-président régional du CPAS.

Le Conseil provincial des affaires sociales (CPAS) du SCFP est constitué de 61 sections locales au Québec. Ses 20 000 membres œuvrent dans de nombreux hôpitaux, généraux et psychiatriques, dans des dizaines de centres d’accueil et de réadaptation, dans les centres jeunesse, dans les CLSC, les CHSLD et dans les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux.