Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Juste à temps pour l’élection fédérale, le Centre canadien de politiques alternatives a publié un recueil intitulé The Harper Record. (disponible en anglais seulement)

L’éditrice de cet ouvrage, Teresa Healy, est également recherchiste au Congrès du travail du Canada. The Harper Record réunit des contributions de 47 analystes politiques et économistes et donne un compte rendu détaillé des lois, politiques et initiatives du gouvernement conservateur au cours des deux dernières années et demie. La version papier ne sera lancée qu’en début octobre, mais le CCPA publie une version électronique du livre afin d’aider les Canadiens à faire un choix informé sur l’avenir de leur pays.

« Les conclusions sont très étonnantes, a souligné Mme Healy. Contrairement à l’idée reçue voulant que ce gouvernement a fait preuve de modération, le livre révèle qu’il a pris des mesures significatives pour transformer le Canada en très peu de temps. La vision très conservatrice de Harper s’est imposée dans une large gamme de politiques. Il s’agit d’un avant-goût pour le moins troublant de ce qui pourrait être à venir. »

Quelques extraits de The Harper Record:

  • Les municipalités se sont vu refuser le financement fédéral tant attendu pour la réparation des usines de traitement de l’eau. Harper a plutôt perçu la ruine de l’infrastructure municipale comme une excellente occasion de profits pour les entreprises privées.
  • Le gouvernement Harper s’est engagé dans une vaste série d’activités de privatisation dont l’objectif est d’accroître le pouvoir du privé et d’affaiblir la sphère publique.
  • La valeur des contrats en sous-traitance accordés par le gouvernement fédéral a pratiquement doublé en dollars constants depuis 2000-2001 pour atteindre aujourd’hui le montant de 10 milliards par année.
  • En théorie, la sous-traitance fait baisser les coûts du gouvernement, mais depuis que les entreprises privées peuvent faire payer plus pour le travail qu’elles effectuent, les coûts sont invariablement en augmentation. Il est estimé que si un tiers seulement du travail actuellement confié à des sous-traitants était ramené à l’interne, le gouvernement fédéral épargnerait environ 500 millions par année et même plus.
  • Aux Nations Unies, le gouvernement Harper s’est systématiquement opposé à la reconnaissance de l’eau comme droit de la personne. Cette opposition est motivée par l’ALÉNA, qui définit l’eau comme un service et un investissement, pas un élément essentiel à la vie elle-même.
  • Sous l’actuel régime fiscal du gouvernement Harper, les citoyens à bas revenu, pour la plupart des femmes, sont imposés à un taux plus élevé que les grandes corporations.
  • Le prix total des dépenses militaires de Harper au cours des 20 prochaines années atteindra un impressionnant 490 milliards de dollars. Les Canadiens qui espéraient des dépenses de cette nature dans les secteurs des soins de santé et de l’environnement seront déçus.
  • Le système fiscal du Canada a été rendu moins équitable par des diminutions très dommageables de l’impôt des sociétés.
  • Harper a laissé le libre-marché agir sans entraves et sans aucune intervention gouvernementale, favorisant ainsi le développement des sables bitumineux (une catastrophe environnementale), une vague d’acquisitions étrangères et un passage d’un marché créant de nouveaux emplois bien rémunérés à un marché créant essentiellement des emplois mal rémunérés dans le secteur des services.
  • Le Canada a attiré plus de 200 milliards en investissements étrangers en 2006-2007, mais cet afflux d’argent n’a pas servi à la construction de nouveaux édifices ou à la création de nouveaux emplois. De fait, 94 % de ces sommes ont servi à acheter des entreprises canadiennes déjà rentables. À une seule exception près, toutes ces prises de contrôle ont été approuvées sans discussion par le gouvernement Harper.
  • Parmi les nombreux joyaux qui ont été autorisés à passer aux mains de propriétaires étrangers, notons : Domtar, Falconbridge, Stelco, Inco, Algoma Steel, la Compagnie de la Baie d’Hudson, les hôtels Four Seasons, Molson, Labatt, Tim Hortons et même les Canadiens de Montréal.
  • Les conservateurs ont accordé aux grandes pétrolières des subventions évaluées à 1,5 milliard de dollars. Le Canada est le seul pays producteur de pétrole qui accorde des subventions à des entreprises immensément rentables, tout en permettant que ses réserves de gaz et de pétrole soient exploitées exclusivement par des étrangers.
  • L’une des premières décisions de Stephen Harper à titre de premier ministre a été d’annuler l’entente conclue par le précédent gouvernement libéral sur la garde et l’apprentissage des jeunes enfants, une entente qui aurait permis de consacrer 5 milliards en vue de la création d’un système national de services de garde. Les Canadiens ont plutôt reçu une allocation mensuelle imposable de 100 $ pour chaque enfant de moins de 6 ans.
  • En juin dernier, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté dans une proportion de 143 contre 4 pour l’adoption de la Déclaration des droits des peuples autochtones. Le Canada est l’un des 4 pays qui ont voté contre.
  • La représentante spéciale de l’ONU pour les enfants et les conflits armés a publiquement déploré la décision du gouvernement Harper de laisser un citoyen canadien, Omar Khadr, dans sa prison de Guantanamo Bay. Omar Khadr était adolescent lorsqu’il a été fait prisonnier par les Américains.
  • La liste d’interdiction de vol créée par le gouvernement Harper en 2007 viole de nombreux articles de la Charte canadienne des droits et libertés, notamment ceux portant sur la mobilité, la procédure équitable, l’égalité des droits et le droit de ne pas être sujet à des fouilles et des saisies déraisonnables. Les gens sont ajoutés à cette liste sans en être préalablement avisés et sans avoir l’occasion d’être entendus et de répondre aux allégations qui ont mené à l’ajout de leur nom à cette liste.
  • Le Programme concernant les travailleurs étrangers temporaires du Canada (TPET) a été créé pour donner de l’emploi aux travailleurs migrants. Le TPET a fait fi des excès de nombreux employeurs envers ces travailleurs invités; exploitation, mauvais traitements et mauvaises conditions salariales. Harper a promis une réforme assurant un traitement équitable pour ces travailleurs migrants et pour les immigrants, mais dans son budget de 2007, il a alloué plus de 84 millions de dollars au TPET.

 

:mlb*sepb491