Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Conférence Mettre la table, négocier l’égalité des femmes

Les membres du SCFP de tout le pays se réuniront à Montréal du 10 au 13 février 2009 pour « Mettre la table », la conférence sur la négociation de l’égalité des femmes.

Selon le rapport 2007 du Groupe national de travail sur la participation des femmes, les deux principaux objectifs de cette conférence sont : accroître la force de négociation des femmes pour faire progresser leur égalité et établir des objectifs atteignables en matière d’enjeux de négociation pour les femmes.

Ce sera pour nous l’occasion de mettre en oeuvre un ordre du jour canadien pour nous faire progresser vers ces objectifs.

Toute l’information sur l’inscription sera disponible sur le site www.scfp.ca d’ici le 15 septembre 2008.  Profitez des avantages de l’inscription simplifiée en ligne.


Les services de police enquêtent sur un PPP à une université de Montréal

Les services policiers enquêtent sur un projet public-privé de développement immobilier qui a mené l’Université du Québec à Montréal au bord de la faillite.

L’enquête criminelle de la Sûreté du Québec a été entreprise suite à la publication du rapport du vérificateur général de la province.  Le rapport faisait état de nombreuses lacunes dans la gestion du projet de développement de l’îlot Voyageur et de la façon dont les dirigeants de l’université ont manqué à leur devoir d’informer les responsables de la supervision des dépassements de coûts du projet.

Dans son rapport de juin dernier, le vérificateur général du Québec, Renaud Lachance, ne mâchait pas ses mots  : L’ancien recteur et deux hauts dirigeants de l’université ont fait preuve de manque de transparence et ont communiqué des informations incomplètes et souvent inexactes à l’UQAM, à l’Université du Québec et à la ministre provinciale de l’Éducation.


Les conservateurs retirent le projet de loi C-484

Le gouvernement de Stephen Harper a retiré le projet de loi d’initiative parlementaire, le projet de loi C-484, contre lequel la Coalition canadienne pour le droit à l’avortement se mobilisait – avec le soutien du SCFP - depuis son dépôt l’an dernier.

Le projet de loi d’initiative parlementaire présenté par le député conservateur d’Edmonton, Ken Epp, proposait de créer une infraction criminelle distincte pour le meurtre du fœtus lorsqu’une femme enceinte est assassinée.  Le projet de loi aurait eu pour effet d’accorder des droits humains au fœtus dans ce cas précis, ce qui suscitait de grandes inquiétudes au sein du mouvement pro-choix.

Les militants affirmaient que le projet de loi ne portait pas sur le problème de la violence faite aux femmes et que dans les faits, il ne faisait que s’en prendre aux droits des femmes.

Si nous célébrons cette victoire, nous n’en continuerons pas moins de garder un oeil sur le gouvernement Harper qui pourrait très bien tenter une nouvelle fois de s’en prendre aux droits liés à la procréation au Canada.


Les travailleurs SCFP des services bibliothécaires signent une nouvelle convention collective

Le jeudi 21 août, les membres de la section locale 4705 du SCFP ont ratifié une nouvelle convention collective avec les Services bibliothécaires du Nord de l’Ontario.

Les membres ont accepté l’entente à l’unanimité.

Wyman MacKinnon, président de la section locale 4705, était heureux de la conclusion des négociations.  «La négociation a été très difficile, a dit M. MacKinnon.  Nos membres ont été forcés de faire des concessions pendant 12 ans.  Je suis heureux qu’ils aient pu rester unis et que nous ayons été en mesure de conclure une entente équitable ».

Les membres ont obtenu des téléphones portables et des véhicules adéquats ainsi que des augmentations de salaire conforme au taux d’inflation et à l’augmentation du coût de la vie en plus d’indemnités journalières qui couvrent véritablement les frais de déplacement.


Des hôpitaux de Colombie-Britannique perdent des héros méconnus aux mains de la privatisation

Plus de 53 travailleurs de métier et d’entretien expérimentés perdront leur emploi parce que la Direction de la santé de l’intérieur de Colombie-Britannique a décidé d’aller de l’avant avec son projet d’expansion des partenariats public-privé pour l’hôpital Vernon Jubilee et l’hôpital général de Kelowna.

Les travailleurs sont membres du Syndicat des employés d’hôpitaux, la Division de services de santé du SCFP-Colombie-Britannique.  Il s’agit d’électriciens, de plombiers, de mécaniciens de machines fixes, de techniciens en électronique et de travailleurs de l’entretien qui ont la responsabilité de s’assurer que les systèmes et équipements des hôpitaux sont bien entretenus et rapidement réparés en cas de bris, de façon à ce que les patients et le personnel n’aient pas à en souffrir.

Un sondage commandé par le SEH et mené dans la région de Vernon-Kelowna en juin 2007 avait démontré que 80 % des répondants croyaient que la direction de la santé devrait rejeter la directive gouvernementale de privatisation des services si elle croyait qu’une telle politique pouvait porter atteinte à la santé et à la sécurité des patients.  De plus, ils étaient 87 % à penser que la santé et sécurité des patients devrait être la grande priorité quand vient le temps de prendre des décisions dans ce projet de PPP de 200 millions de dollars.


Une entente pour le SCFP au Mile One Centre

Le sort du Mile One Centre de St. John’s semble plus assuré avec la signature d’une nouvelle entente de 3 ans avec la section locale 569-01.

Les membres de la section locale 569-01 se sont prononcés à 96 % pour l’entente qui leur apportera une augmentation de salaire de 4 % rétroactive à juillet 2007, une autre de 4 % rétroactive à juillet de cette année et un 2 % supplémentaire à compter de juillet 2009, pour un total de 10 %.

La section locale 569-01 du SCFP représente les mécaniciens de machines fixes, le personnel d’entretien, le personnel de bureau, le personnel des guichets et les équipes de reconversion.


En Iran, les condamnations à la flagellation irritent les dirigeants du SCFP

Les nouvelles concernant la flagellation et la condamnation à des peines de prison démesurées imposées à des syndicalistes iraniens ont incité les dirigeants du SCFP national à écrire une fois de plus au président de l’Iran.

« Nous avons été horrifiés d’apprendre les condamnations à la flagellation et à des peines de prison de syndicalistes en Iran », ont écrit le président national, Paul Moist et le secrétaire-trésorier national, Claude Généreux dans une lettre datée du 20 août et adressée au président Mahmoud Ahmadinejad.

Des sources du SCFP rapportent que Sousan Razani et Shiva Kheirabadi ont été condamnées à 4 mois de prison et à 15 coups de fouet, Abdullah Khani à 91 jours de prison et 40 coups de fouet et Seyed Qaleb Hosseini à 6 mois de prison et 50 coups de fouet.

:te/sepb 491