Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

 

La nouvelle de peines injustifiées de flagellation et de prison pour des syndicalistes iraniens a poussé les leaders nationaux du SCFP à écrire une fois de plus au président d’Iran.

« Nous sommes indignés d’apprendre qu’on impose le fouet et la prison à des militants syndicaux d’Iran », ont écrit le président national Paul Moist et le secrétaire-trésorier national Claude Généreux au président iranien Mahmoud Ahmadinejad le 20 août.

D’après les sources du SCFP, Sousan Razani et Shiva Kheirabadi ont été condamnés chacun à 4 mois de prison et 15 coups de fouet, Abdullah Khani à 91 jours de prison et 40 coups de fouet et Seyed Qaleb Hosseini s’est vu infliger une peine de 6 mois de détention et 50 coups de fouet.

Les dirigeants du SCFP ont été par la suite informés que le travailleur militant Khaled Hosseini a été condamné à une peine suspendue de 91 jours de prison et 30 coups de fouet pour avoir soutenu Mahmoud Salehi, qui était emprisonné à ce moment. Les leaders ont également été mis au courant du traitement brutal qu’a subi Farzad Kamangar, condamné à mort après un procès qui n’a duré que sept minutes.

Dans leur lettre, les dirigeants demandent aussi la libération de Mansour Osanloo, président du syndicat des conducteurs d’autobus, détenu depuis juillet 2007 pour une peine de cinq ans.

« Ces arrestations et ces mauvais traitements constituent une attaque contre les travailleurs du monde entier, peut-on lire dans la lettre. Nous vous demandons instamment d’annuler toutes les accusations et les peines contre les militants syndicaux d’Iran. »

Pour appuyer la protestation : http://www.labourstart.org/cgi-bin/solidarityforever/show_campaign.cgi?c…