Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les employés du Journal de Québec peuvent dire mission accomplie. En effet, après environ 16 mois de lock-out, une nouvelle convention collective a été signée jeudi soir entre Quebecor, propriétaire du Journal de Québec, et les représentants des 252 employés, membres du SCFP

Les employés distribuaient aujourd’hui la dernière édition du MediaMatinQuébec, une publication gratuite initiée par les travailleurs quelques jours après le début du conflit de travail en avril 2007. 

Claude Généreux, Secrétaire-Trésorier National du SCFP, était à Québec pour rencontrer les membres de la section locale et saluer leur détermination :  

« C’est une journée très émotive pour chacun d’entre nous, a affirmé M. Généreux. Nous sommes très fiers de pouvoir conclure ce conflit de travail la tête haute. En cette journée d’ouverture olympique, je crois que chacun des 252 travailleurs mérite une médaille d’or pour leur esprit de solidarité. Au cours des 16 derniers mois, ils ont fait preuve d’une discipline exemplaire, malgré le fait que nous n’avions pas souhaité ce conflit. Il y a eu évidemment beaucoup d’amertume mais aucune violence ni vandalisme. »    

M. Généreux était également satisfait de l’aventure entourant la pulication du MediaMatinQuébec : « Évidemment, cette initiative a nécessité des investissements importants, mais la publication de ce journal nous a permis de démontrer notre solidarité de façon originale et dynamique. Nous avons également pu tenir tête à Quebecor et son attitude parfois cavalière. »

Denis Bolduc, porte-parole des travailleurs du Journal de Québec, a lui aussi salué la fin du conflit. Il a d’abord tenu à remercier la population de Québec : « Pendant ce long conflit, nous avons tissé des liens privilégiés avec les gens de Québec. Nous avons véritablement senti leur support et nous sommes donc un peu tristes de terminer l’expérience du MediaMatinQuébec. Toutefois, ce conflit a été long et nous somme contents d’avoir finalement signé une entente collective qui correspond à nos attentes. »

M. Bolduc a souligné le support du SCFP : « L’aventure du MediaMatinQuébec n’aurait pas été possible sans l’importante contribution du SCFP. Le bureau national a cru en nous dès le début du conflit et nous a permis de garder la tête haute en faisant ce que nous connaissons le mieux : produire un journal. Par ailleurs, le soutien de nos consoeurs et confrères du SCFP de partout au Canada nous a permis de constater ce que représente concrètement le mot solidarité. » 

Pour plus d’information : http://www.scfp.ca/journaldequebec
Pour prévoir une entrevue : Luc Tittley  (416) 910-2389