Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

L’invitée colombienne du SCFP en est à la troisième semaine de son voyage au Canada, au cours duquel elle rencontre des membres du SCFP, visite leurs lieux de travail et échange avec eux des idées sur les sujets les plus divers, du libre-échange et de la privatisation au militantisme des jeunes et à l’égalité des sexes.

Lorsqu’elle a appris qu’il y aurait une manifestation au centre-ville de Halifax le 28 juillet, Maria Fernanda Bolanos s’y est jointe sans hésiter. Elle tenait à appuyer ce moyen d’action contre la fermeture d’une base d’Air Canada, en particulier après avoir appris que les agents de bord représentés par le SCFP sont en majorité des femmes.

En constatant la présence de nombreux jeunes enfants à la manifestation, dont plusieurs arboraient des pancartes pour soutenir leurs parents, Mme Bolanos a fait remarquer que, dans son pays, les parents n’oseraient jamais emmener leurs enfants à une activité de cet ordre de peur que la police s’en prenne à eux.

Au Centre de contrôle de la pollution de l’eau de Mill Cove, avant la manifestation, la travailleuse municipale de Cali, en Colombie, a eu droit à une démonstration des méthodes utilisées par les membres du SCFP pour traiter les eaux usées, avec Dave Dort (de la section locale 227 du SCFP) qui compte 18 ans d’expérience dans ce domaine. D’autres membres du SCFP, dont une opératrice, lui ont expliqué le processus de l’épuration des eaux usées à l’usine J.-D. Kline, près de Pockwock Lake.

Après le rassemblement, un membre de la section locale 108 du SCFP a convié Mme Bolanos à une visite guidée des jardins publics de Halifax, qui sont aussi entretenus par des membres du SCFP. À son arrivée, Mme Bolanos s’est arrêtée brièvement pour admirer le paysage pittoresque de Peggy’s Cove.

Pendant cette halte en Nouvelle-Écosse, elle se rendra également à l’Université Acadienne de Wolfville, participera à une opération de café équitable et visitera un centre de traitement de déchets solides à Colchester. Elle prendra ensuite la route du Nouveau-Brunswick, où elle séjournera du 30 juillet au 4 août.

Mme Bolanos a été accueillie par le président du SCFP de la Nouvelle-Écosse, Danny Cavanagh, et par Barb Moore, coprésidente du Comité national pour la justice mondiale.

Au cours d’une visite semblable effectuée à Toronto, elle a fait la connaissance du président de la section locale 416 du SCFP-Ontario, Brian Cochrane, et de quelques membres de son exécutif, avant de se rendre à l’immense usine de traitement des eaux usées d’Ashbridges Bay. Elle a aussi rencontré le président du SCFP-Ontario, Sid Ryan, son secrétaire-trésorier, Fred Hahn, et plusieurs membres d’exécutifs de sections locales.

Invitée à comparer le fonctionnement de son usine de traitement de déchets avec celui de ses équivalents canadiens, elle a répondu à la blague que toutes avaient un point en commun : la puanteur. Elle a décrit son travail d’opératrice de balance « au beau milieu d’une montagne de déchets ». Ses journées commencent à six heures et durent huit heures. Elle doit faire un trajet d’une heure en autobus pour s’y rendre.

Derek Blackadder, personne-ressource pour Justice mondiale, et Edgar Godoy, membre du Comité national pour la justice mondiale, ont été ses accompagnateurs pour cette visite. Son circuit torontois incluait de courtes incursions à Niagara Falls et à Cobourg, où elle a rencontré des Canado-Colombiens.

À Ottawa, après avoir rencontré le président de la section locale 503 du SCFP, Brian Madden, et quelques-uns de ses membres, elle s’est rendue à un centre de traitement de déchets. Son guide était Carlos Ortiz, travailleur municipal canado-péruvien spécialisé dans le domaine, qui a été libéré par sa section locale pour la circonstance. C’est Sylvia Sioufi, membre du personnel du SCFP national, qui a fourni l’aide pour l’étape d’Ottawa.

Des membres de sections locales du SCFP, de l’Alliance de la fonction publique du Canada et du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des postes ont emmené Mme Bolanos à une soirée de salsa. Ils lui ont aussi présenté des familles colombiennes que des militants de ces trois syndicats et d’autres groupes aident à s’établir au Canada. Elle a également eu des rencontres avec quelques membres du personnel du bureau national et avec John Gordon, président de l’AFPC.

Mme Bolanos se rendra aussi à Fredericton, Moncton, Vancouver et Winnipeg. Puis, de Toronto, elle repartira dans son pays le 22 août.