Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA - Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) demande au ministre fédéral des Transports Lawrence Cannon d’intervenir après l’annonce de 2000 suppressions d’emplois chez Air Canada.

Beaucoup a été dit sur la hausse du prix du carburant comme cause de la crise - en premier lieu par Air Canada -, mais les agents de bord et les clients ne savent toujours pas si le gouvernement va remplir son rôle de protéger les travailleurs et les emplois de cette industrie cruciale.

Le SCFP demande que M. Cannon fasse savoir immédiatement aux Canadiens ce qu’il a l’intention de faire pour soutenir les travailleurs d’Air Canada ainsi que le service aux régions vulnérables.

« Nous comprenons que l’industrie est dans une phase délicate, mais nous nous posons des questions sur le moment et l’intention de cette annonce, ainsi que sur les choix qu’elle contient », a déclaré Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du SCFP.  

Même Joseph D’Cruz, expert en transport aérien, a déclaré à l›émission The National du réseau anglais de Radio-Canada cette semaine que « rien n’indique qu’Air Canada est vraiment en difficulté ».

Le SCFP national apporte également son soutien à Lesley Swann, présidente de la composante d’Air Canada du SCFP, qui demande à l’entreprise de laisser ses employés se prévaloir des dispositions de départ volontaire prévues dans leur convention collective. « Air Canada semble préférer licencier ses employés les moins bien payés plutôt que de permettre à ses employés les mieux payés de partir volontairement, a ajouté Claude Généreux. C’est là une bien curieuse stratégie. »

Les agents de bord d’Air Canada ont déjà fait preuve d’une bonne foi exemplaire en faisant des concessions très avantageuses pour l’entreprise : en 2003, ils ont permis à la compagnie de rester à flot en renonçant notamment à 10 % de leur salaire et à une semaine de vacances.

Entre-temps, Robert Milton, président et chef de la direction d’ACE Aviation Holdings (la société mère d’Air Canada), a reçu 43 millions de dollars en 2007. Pour sa part, Montie Brewer, président et chef de la direction d’Air Canada, a touché 8 millions de dollars. « Si les temps sont si durs pour Air Canada, pourquoi messieurs Milton et Brewer reçoivent-ils des salaires si exorbitants? », a demandé Claude Généreux.

Le SCFP compte plus de 570 000 membres partout au pays, dont plus de 7 000 agents de bord d’Air Canada basés à Vancouver, Calgary, Winnipeg, Toronto, Montréal et Halifax.

- 30 -

Renseignements :

Sébastien Goulet, communications du SCFP, 613.808.0675

Pam Kapoor, communications du SCFP, 613.853.8089

hgb*sepb491