Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO – Les agents de bord représentés par la Composante d’Air Canada du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) sont outrés du plan de mises à pied massives annoncé par leur employeur, qui est de toute évidence déterminé à ce que ses employés portent le fardeau de la crise. En versant des sommes astronomiques à ses hauts dirigeants, en limitant excessivement le nombre d’employés pouvant bénéficier d’une retraite anticipée et en laissant ses employés apprendre les compressions dans les médias, Air Canada fait preuve d’une mauvaise foi évidente.

« Tout calculé, Robert Milton, président et chef de la direction d’ACE, a été payé 43 millions de dollars en 2007. Montie Brewer, président et chef de la direction d’Air Canada, lui, a reçu 8 millions de dollars. C’est beaucoup d’argent pour aller dire aux agents de bord d’encaisser des pertes d’emplois massives pour garder la compagnie à flots », a ironisé Lesley Swann, présidente de la Composante d’Air Canada du SCFP.

Et paradoxalement, Air Canada est présentement en arbitrage avec ses agents de bord au sujet de son programme de départs à la retraite – la compagnie empêche plusieurs d’entre eux de se prévaloir de clauses de la convention collective de 2004. « Air Canada doit être le seul grand transporteur aérien d’Amérique du Nord à empêcher ainsi ses employés de partir à la retraite. C’est absurde : au lieu de laisser partir les employés plus anciens qui sont en haut de l’échelle salariale, la compagnie veut forcer les plus jeunes et les plus bas salariés à partir. »

« Nous remarquons aussi que jusqu’à 2 000 postes pourraient disparaître, mais cela inclut seulement 100 postes cadres. Encore une fois, nous sommes les premiers à y goûter, comme quand nous avons dû faire d’importantes concessions en 2003 et en 2004 », a ajouté Lesley Swann.

La Composante d’Air Canada du SCFP est également très déçue de n’avoir pas été informée suffisamment à l’avance de ce plan de compressions – un autre manque de respect de la compagnie dans ses relations de travail.

Le SCFP compte plus de 570 000 membres à travers le pays, dont plus de 7 000 agents de bord à l’emploi d’Air Canada qui sont basés à Vancouver, Calgary, Toronto, Montréal et Halifax.

-30-

Renseignements : Sébastien Goulet, service des communications du SCFP – (613) 808-0675 (cell.) Humberto da Silva, conseiller national au SCFP – (416) 839-9550 (cell.) hgb*sepb491