Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Après les excuses, il faut des gestes concrets

Cette semaine, le SCFP a fait parvenir au premier ministre Stephen Harper une lettre dans laquelle il prend acte des excuses présentées aux Premières Nations pour le programme de pensionnats autochtones.

Mais les dirigeants nationaux du syndicat font remarquer que ce sont ses actions qui donneront maintenant la mesure de la sincérité des excuses du gouvernement fédéral.

Paul Moist et Claude Généreux y disent qu’il nous reste encore beaucoup à faire :

• Dans plus de 100 communautés des Premières Nations de l’ensemble du Canada, il faut faire bouillir l’eau avant de la consommer.
• 55 % des enfants autochtones vivent dans des logements que Statistiques Canada considère comme étant inadéquats.
• Un enfant des Premières Nations sur quatre vit dans la pauvreté.

Le SCFP demande au gouvernement Harper de :

• Appliquer immédiatement le Plan de changement en 7 points de l’Assemblée des Premières Nations qui propose des mesures significatives pour répondre aux besoins des Premières Nations.
• Rehausser le financement, la sensibilisation et l’action dans le dossier de la campagne Sœurs par l’esprit de l’Association des femmes autochtones du Canada et
• Relancer l’Accord de Kelowna, s’engager à l’appliquer et convoquer les signataires pour en négocier l’application et la supervision. 


Nous n’avons pas besoin de règles strictes en matière de commerce intérieur

Cette semaine, les ministres provinciaux du Commerce du Canada ont décidé d’opter pour des jugements de cour et des amendes pouvant aller jusqu’à 5 millions de dollars pour les contraventions aux règles commerciales.

« Quelles barrières commerciales justifient des mesures aussi nuisibles à la
démocratie? », a demandé Paul Moist.

Depuis la mise en œuvre de l’accord sur le commerce intérieur au début des années 90, les provinces y adhéraient sur une base volontaire.

Comme dans le cas de TILMA, les décisions sur la culpabilité des provinces seront rendues par des groupes privés d’arbitrage.


Paul Moist à la conférence des TCA

Paul Moist a livré un message de solidarité aux délégués à la Conférence 2008 de négociation et d’action politique des Travailleurs canadiens de l’automobile qui avait lieu à Toronto cette semaine.

Après une visite sur la ligne de piquetage des TCA devant les bureaux de GM Canada à Oshawa, Paul Moist a pris la parole devant les délégués, promettant le soutien plein et entier des membres du SCFP dans la lutte contre les pertes d’emplois dans le secteur de l’automobile et les autres secteurs manufacturiers.

« Nous serons avec vous et nous travaillerons avec vous contre ceux qui refusent de vous aider », a dit M. Moist.


Formons le personnel de soutien de l’hôpital de Bridgepoint dit Paul Moist lors d’une manifestation

L’hôpital de Bridgepoint doit travailler avec son syndicat à la formation de plus de 200 travailleurs des services personnels qu’il prévoit licencier, a dit Paul Moist au cours d’une manifestation qui avait lieu à Toronto cette semaine.

« Ces travailleuses – il s’agit en effet surtout de femmes – ont travaillé avec dévouement à prodiguer des soins d’hygiène personnelle fondamentaux et intimes aux patients de l’hôpital et maintenant, la direction a décidé de s’en débarrasser », a dit M. Moist.

L’hôpital veut remplacer ces travailleuses de soutien par des infirmières autorisées.

La présidente de la section locale 79 du SCFP, Ann Dembinski, a rappelé qu’il y a 10 ans, l’hôpital avait fait appel à ces travailleuses des soins personnels pour remplacer les infirmières. 


Les conducteurs d’autobus à temps partiel de Brockville se joignent au SCFP

Les conducteurs d’autobus à temps partiel à l’emploi de la ville de Brockville se sont prononcés par vote pour leur adhésion au SCFP.

Ils feront partie du même syndicat que les conducteurs à temps plein (section locale 115 du SCFP), mais pourraient négocier une convention collective distincte.

Le président de la section locale 115, Jason Barlow, a souhaité la bienvenue aux nouveaux membres : « Nous serons derrière eux et nous les aiderons de toutes les façons à notre disposition à obtenir le respect et l’équité qu’ils méritent.  Et nous travaillerons tous ensemble à faire en sorte que le système de transport en commun de Brockville continue à rendre des comptes au public. »


Les travailleurs du conseil scolaire de Durham empêchent le licenciement d’adjoints à l’enseignement

Les travailleurs du Conseil scolaire de la région de Durham ont réussi à sauver 19 postes d’adjoints à l’enseignement que le conseil avait prévu couper dès l’automne.

La section locale 218 qui représente plus de 2 500 travailleurs du conseil scolaire a mené une campagne destinée à empêcher ces compressions.  La section locale a mobilisé ses membres, travaillé avec les groupes communautaires et les parents et contacté les médias pour publiciser leur cause.  La campagne du SCFP ayant suscité une importante réaction du public, le conseil est revenu sur sa décision de licencier les 19 adjoints à l’enseignement dès la prochaine année scolaire et a décidé de réévaluer tout le dossier.

« Il s’agit d’une victoire pour notre collectivité, c’est l’éducation de qualité qui est la gagnante, a déclaré le président de la section locale 218, Don Bryans.  Nous tenons à remercier toute la communauté pour son soutien sans faille. »

:te/sepb 491