Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le SCFP à la conférence des municipalités

Des centaines de délégués de la Fédération canadienne des municipalités se sont arrêtés au kiosque du SCFP au cours de la conférence de trois jours afin de discuter des enjeux particuliers aux villes et villages. 

Lorsqu’il ne participait pas à un atelier ou n’était pas en réunion avec des délégués de collectivités dont les services publics sont assurés par des membres du SCFP, Paul Moist était au kiosque où il distribuait de la documentation. 

Le SCFP a distribué de la documentation tout au cours de la conférence en plus de procéder au tirage de deux billets pour n’importe quelle destination en Amérique du Nord (compensations de carbone payées par le SCFP).


Le gouvernement du Yukon rejette TILMA

Le gouvernement du Yukon ne se joindra pas à l’Accord sur le commerce, l’investissement et la mobilité de la main-d’œuvre.

Le gouvernement territorial a mené une importante consultation auprès des commerçants locaux, des gouvernements municipaux, des gouvernements autochtones et des syndicats.

La Saskatchewan a aussi rejeté TILMA à la suite d’une série d’audiences publiques tenues dans l’ensemble de la province.

Le SCFP a aussi demandé à l’Ontario et au Québec de tenir des audiences publiques avant de s’engager dans une entente de même nature que TILMA.


L’Ontario doit tenir des consultations sur le projet de loi 77

Les membres du SCFP qui oeuvrent auprès des gens souffrant d’un retard de développement en Ontario demandent une consultation publique sur une nouvelle loi qui aura pour effet d’obliger les parents à trouver et à payer les services de soutien dont leur enfant a besoin.

Si le syndicat croit que la loi qui régit ces services doit être modernisée, il croit par contre que le système apparenté aux bons qui est proposé par la loi est sans contredit la voie à ne pas suivre.

Rendez-vous sur le site cupe.ca/action/bill77consultation et faites parvenir à la ministre des Services sociaux, Madeleine Meilleur, un courriel réclamant une consultation sur le projet de loi 77. 


Le SCFP demande au gouvernement fédéral de ne pas fermer InSite

Le SCFP appuie les efforts faits pour sauver InSite, un site d’injection supervisée qui propose aussi un programme de traitement des toxicomanies.

Les défenseurs de InSite ont reçu tout un encouragement de la Cour suprême de Colombie-Britannique le 28 mai dernier alors qu’un juge a invalidé certains articles du Code criminel qui auraient permis de forcer la fermeture du site.

Il est probable que le gouvernement fédéral fera appel du jugement de la Cour suprême de Colombie-Britannique qui a accordé au gouvernement fédéral 60 jours pour modifier sa propre loi sur les stupéfiants.

« Il ne fait pas de doute que si InSite ferme, des gens vont mourir, a déclaré le président national du SCFP, Paul Moist.  Le gouvernement fédéral doit comprendre cette évidence et accorder son appui à InSite et aux autres programmes de même nature. »


Ressources naturelles Canada accorde son prix de l’efficacité énergétique au SCFP

Le ministère des Ressources naturelles du Canada a accordé le prix  écoÉNERGIE qui souligne l’application de normes d’efficacité énergétique élevées au nouveau bureau du SCFP national.  Le ministère accorde ce prix aux nouveaux édifices à partir de divers critères, dont celui consistant à dépasser de 25 % les normes d’efficacité énergétique du Code modèle national de l’énergie pour les bâtiments.

Le bureau national présente des caractéristiques comme :

• Climatisation et chauffage passifs.
• Minuteurs pour fermer les lumières dans les espaces non utilisés.
• Chauffe-eau à énergie solaire.


La Saskatchewan doit se doter d’un plan de soins infirmiers

Malgré la pénurie de personnel infirmier qui sévit en Saskatchewan, de nombreuses infirmières autorisées se plaignent du fait que leurs compétences sont peu ou mal mises à contribution.

Un sondage mené en 2006 par la Saskatchewan Association of Licensed Practical Nurses (SALPN (Association des infirmières autorisées de Saskatchewan)), est arrivé à la conclusion que seulement 50 % des infirmières autorisées peuvent déployer toutes leurs compétences dans le cadre de leur travail.

Le SCFP a rencontré des représentants des employeurs du secteur de la santé afin de proposer un plan permettant une pleine utilisation des compétences des infirmières autorisées, mais la SAHO (Association des organisations de la santé de Saskatchewan) a refusé d’adhérer à ce plan.

Le SCFP représente environ 3 000 infirmières autorisées en Saskatchewan.

Le syndicat a lancé une campagne de publicité télé le 21 mai dernier afin de sensibiliser la population à ce problème.


La proposition de Remstar pour un TQS sans nouvelles est mal reçue

Les efforts de Remstar visant à acheter et relancer un réseau TQS sans nouvelles ont été très mal reçus par le CRTC cette semaine.

Le CRTC a ordonné aux frères Rémillard de retourner à leur planche à dessin après le déluge d’objections émises par les nombreux intervenants qui sont venus faire obstacle à leur proposition de rachat du réseau québécois de télévision, proposition comportant la fermeture des salles de nouvelles.

Le Conseil a donné à Remstar une semaine pour présenter un nouveau plan prévoyant le maintien de l’information régionale.

Les membres du SCFP travaillant à TQS étaient ravis de ce nouveau développement, mais ils étaient loin de crier victoire.

« Ils ne font toujours aucun cas de ce que Remstar fait à ses employés, a dit le président de l’une des sections locales de TQS, Éric Léveillé.  Mais le message du CRTC est clair, il est en désaccord avec la formule proposée, des commentateurs, des animateurs, mais pas de véritable information.

:te/sepb 491