Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

1er mai 2008

Le 1er mai, Fête des travailleurs, n’est peut-être pas une journée fériée, mais s’il est une journée toute désignée pour rendre hommage aux gens qui se sont battus pour l’amélioration de la vie des travailleurs, c’est bien le 1er mai.

Si nous ne sommes pas de ceux qui laissent passer une chance de participer à un défilé ou un pique-nique de travailleurs – nous pensons que nous devons participer aussi aux événements de la Fête du travail – nous croyons qu’il est important de penser à ces travailleurs qui ont consacré leur vie à l’obtention de la journée de 8 heures et d’autres droits des travailleurs que nous prenons aujourd’hui pour acquis.

La mondialisation tire les salaires vers le bas dans l’ensemble du monde.  Les entreprises ferment des établissements parfaitement rentables pour générer des profits plus importants ailleurs.

Devant cette situation, nous devrions nous rappeler comment a commencé la journée du 1er mai : en 1886, 80 000 travailleurs de différents horizons, métiers et professions, se sont rassemblés dans les rues de Chicago afin de réclamer pour tous une amélioration des conditions de vie. 

Profitons du 1er mai pour se rappeler que nous sommes liés à tous les travailleurs, où qu’ils soient. 


Un PPP qui ne va nulle part pour un hôpital de Québec

L’administration d’un hôpital de Québec demande à la province d’abandonner ses efforts pour que la reconstruction de l’établissement soit faite en mode PPP.

Le syndicat des employés du CHUQ a toujours affirmé que la formule du financement privé s’avérerait plus dispendieuse que si l’emprunt était contracté de la façon habituelle et que les entrepreneurs privés sous-estimaient considérablement la nature et la complexité des travaux à effectuer.

Le conseil d’administration du Centre hospitalier universitaire de Québec qui gère l’établissement est arrivé aux mêmes conclusions.

Le projet aurait dû être lancé en décembre 2007.


Le programme de services de garde du Manitoba fait la leçon à la Nouvelle-Écosse et à la Colombie-Britannique

L’ambitieux plan du Manitoba visant à créer 6 500 nouvelles places en garderie d’ici 5 ans constitue toute une leçon servie à la Nouvelle-Écosse et à la Colombie-Britannique, affirme le SCFP.

« Alors que la Colombie-Britannique s’est engagée sur la voie des dépenses en immobilisation pour les grandes boites de services de garde à but lucratif et des compressions de salaire pour les travailleurs en garderie, le Manitoba prend les moyens pour améliorer le système public de services de garde pour tous », a déclaré le président du SCFP-Colombie-Britannique, Barry O’Neill.

Le plan du Manitoba aura pour effet d’augmenter de 28 % le nombre de places en garderie et de 33 % le nombre de places en maternelle d’ici 5 ans.

Le président du SCFP-Nouvelle-Écosse, Danny Cavanagh, a souligné que le plan de sa province vise l’ajout de 1 000 nouvelles places, mais sur 10 ans. 


Les répondants médicaux d’urgence de Montréal lancent une campagne en ligne

Les répondants médicaux d’urgence de Montréal – qui sont sans contrat de travail depuis 2003 – ont lancé une campagne en ligne cette semaine dans le but de faire pression sur le ministre de la Santé, Philippe Couillard, pour qu’une entente soit enfin conclue.

Les répondants qui sont membres de la section locale 3642 du SCFP ont déclenché une grève d’un jour le 15 avril, mais comme leur service est considéré comme étant essentiel, l’arrêt de travail de chacun des membres ne peut dépasser une heure par jour.

Les répondants de Montréal gagnent 32 % de moins que leurs collègues du 911 et entre 40 % et 60 % que leurs collègues de l’Alberta, de la Colombie-Britannique et de l’Ontario.

Pour leur faire parvenir un message, rendez-vous sur : http://www.appuyonslesrmu.com/


Le SCFP-Terre-Neuve et Labrador obtient une augmentation de salaire de 20%

La nouvelle entente de principe du SCFP-Terre-Neuve et Labrador comprend des augmentations de salaire historiques.

L’entente d’une durée de 4 ans conclue avec le gouvernement provincial au nom des
4 200 membres du SCFP leur apportera des augmentations de salaire de 8 % la première année et de 4 % les 3 années suivantes.

Le SCFP négocie à l’échelle provinciale pour les employés des services de santé, des conseils scolaires, des bibliothèques, de la régie du logement et de l’Assemblée législative.


Sid Ryan promet de se battre si les services de la CTT sont déclarés essentiels

Le président du SCFP-Ontario, Sid Ryan, a déclaré que le syndicat se battra contre toute loi qui aura pour effet de priver les travailleurs de la Commission des transports de Toronto de leur droit de grève.  M. Ryan a dénoncé le gouvernement ontarien qui a adopté une loi forçant le retour au travail des membres de la section locale 113 du Syndicat uni du transport.

« Alors qu’il n’y a manifestement aucun enjeu lié à la sécurité du public, ces politiciens ont tout simplement décidé de contourner les droits des travailleurs, dit M. Ryan.  À aucun moment au cours des discussions il n’a été prouvé que la sécurité du public était menacée par l’exercice démocratique des droits de ces travailleurs. »


Le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario lance une ligne directe pour rapporter les infections nosocomiales

Le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario a lancé une ligne directe destinée à permettre aux gens de rapporter leurs expériences et de faire part de leurs inquiétudes en matière d’infections nosocomiales.

Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO - SCFP) affirme que les mesures suivantes contribueraient à sauver des vies et de l’argent :

• Les hôpitaux doivent cesser de confier les services de nettoyage à des sous-traitants.
• Les hôpitaux doivent embaucher plus de personnel d’entretien ménager.
• Le gouvernement provincial doit obliger les hôpitaux à rapporter les éclosions d’infections nosocomiales.
• Le gouvernement provincial doit augmenter le financement au fonctionnement des hôpitaux de plus de 2,4 %.

Toute personne ayant des inquiétudes ou ayant vécu une expérience d’infection nosocomiale peut appeler au 1-888-599-0750.

Les infections nosocomiales sont la cause d’environ 2 000 décès et de nombreuses maladies graves chaque année en Ontario.

:te/sepb 491