Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les gens d’affaires en faveur du PSP semblaient presque grognons lorsque les sommets – le sommet populaire et le sommet officiel – ont pris fin à la Nouvelle-Orléans, le 22 avril.

Un rapport du North American Competitiveness Council présenté aux leaders du Canada, des États-Unis et du Mexique se plaint des « perceptions erronées du public » sur l’ALÉNA et du fait que ses avantages ne sont « pas compris de tous ».

Le rapport sert la mise en garde suivante : « Dans la mesure où l’ALÉNA continue d’être une cible, les efforts déployés pour l’approfondir sont en grande partie voués à l’échec ».

Toutefois, comme le soulignait un observateur, ces perceptions soi-disant erronées sont sans doute dues au fait que les revenus moyens de la plupart des familles ont stagné ou chuté au cours des 20 dernières années.

Et le PSP ne propose rien de différent.

Les membres de la délégation du SCFP au sommet populaire de la Nouvelle-Orléans ont participé à des ateliers sur des enjeux comme la privatisation, l’immigration et la déréglementation dans le contexte de l’ALÉNA et du PSP.

Mardi après-midi, les délégués ont rendu visite au chapitre de la Nouvelle-Orléans de l’organisme ACORN.

Après le passage de l’ouragan Katrina en 2005, le SCFP national avait remis 50 000 $ à ACORN pour aider à la reconstruction de la Nouvelle-Orléans.

Beth Butler et Diana Hill, organisatrices locales de ACORN, ont expliqué aux visiteurs du SCFP les nombreux projets en cours, en particulier dans le Lower 9th ward, notamment :

  • enlèvement du plomb dans 10 maisons chaque semaine;
  • évidage de 5000 maisons, jusqu’à maintenant, pour les préparer à la reconstruction;
  • campagnes de protection des terrains pour les résidents; reconstruction des maisons;
  • campagne pour la restauration de l’eau certifiée dans le Lower 9th ward;
  • inscription des électeurs;
  • aide à la préparation des impôts.
Les délégués du SCFP ont été très touchés et sont repartis motivés par le courage des travailleurs de la Nouvelle-Orléans et par les efforts d’organisation déployés par ACORN.

 

La journée s’est terminée par une marche anti-PSP dans les rues du quartier français organisée par des étudiants de l’Université d’Ottawa venus à la Nouvelle-Orléans pour le sommet populaire.