Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le Conseil municipal d’Edmonton réévaluera un projet d’aréna en PPP à la suite d’un rapport recommandant un projet public

Le Conseil municipal d’Edmonton réévalue son projet de construction d’un aréna en PPP après que des membres du personnel de la ville aient rédigé un rapport recommandant le rejet du projet.

La ville projetait de construire le Centre de loisirs Sud-Ouest en PPP.  Le SCFP-Alberta s’est opposé au projet en faisant valoir les nombreux problèmes associés aux PPP.

À la suite de nombreux mois d’étude, un rapport remis aux Services communautaires arrive aux mêmes conclusions.

« Il s’agit d’une excellente nouvelle pour nos membres et tous les résidents d’Edmonton, dit le président de la section locale 30 du SCFP, Dennis Mol.  Les PPP ne profitent à personne d’autre qu’à leurs promoteurs. »


Paul Moist à la Division de Nouvelle-Écosse : la privatisation n’est pas la bonne réponse

Paul Moist a pris la parole lors du Congrès de la Division de la Nouvelle-Écosse qui avait lieu cette semaine, il s’est aussi adressé aux éditeurs du Halifax Chronicle Herald et a accordé une entrevue sur les ondes de CTV Atlantic.

Son message : « la privatisation dans toutes ses formes n’est pas la bonne réponse ».
Les délégués au congrès ont parlé d’affronter les tenants de la privatisation dans leur collectivité.

Les délégués ont aussi regardé et applaudi un document vidéo produit par le SCFP national sur l’effet domino de la privatisation et l’effet domino de la solidarité et de l’action solidaire. Les délégués de la Nouvelle-Écosse ont aussi eu des nouvelles des travailleurs du Journal de Québec en lock-out.

La présentation émotive du journaliste Marc Fortier a tiré des larmes des délégués qui se sont souvent spontanément levés pour l’applaudir.  M. Fortier a décrit la lutte des travailleurs du Journal de Québec comme étant une goûte d’eau dans un océan démonté. 


La maison de retraite de Kamsack en Saskatchewan fermera ses portes

Les membres du SCFP travaillant au Eaglestone Lodge de Kamsack en Saskatchewan ont été terrassés d’apprendre cette semaine que l’établissement fermera ses portes dans 60 jours.

Le conseil d’administration du foyer de retraite a annoncé aux 32 employés que l’établissement fermerait en juin pour des raisons financières.  Environ 36 résidents habitent le centre et 3 autres occupent les suites adjacentes.

« Nous allons rencontrer notre député et prier pour que survienne un miracle », a déclaré Irene Hilton, cuisinière au foyer depuis 8 ans et manifestement ébranlée par la nouvelle.

« De nombreux résidents ont vendu leur maison pour s’installer ici en pensant y être tranquilles et en sécurité, dit encore Mme Hilton. Maintenant, ils vont êtres dispersés. »

Une autre membre du SCFP, Stacy George, a récemment laissé un autre emploi pour venir travailler à Eaglestone.  « Lundi on m’a annoncé que j’avais un emploi permanent à temps plein et mardi on m’a dit que le foyer fermait ses portes.  Je suis atterrée. »
 

La solution à la pénurie d’infirmières passe les infirmières auxiliaires

Si la Saskatchewan veut régler son problème de pénurie d’infirmières, la province doit embaucher des infirmières auxiliaires, dit le SCFP.

Cette semaine, la province a rencontré le Syndicat des infirmières afin de discuter de la pénurie d’infirmières autorisées et d’infirmières psychiatriques autorisées.

Mais les infirmières auxiliaires qui représentent 20 % de la population d’infirmières de la province n’ont pas participé à ces discussions.

Malgré l’adoption par le gouvernement en 2000 de la Loi sur les infirmières auxiliaires qui visait à permettre aux infirmières auxiliaires de mettre en pratique l’ensemble de leurs compétences, un sondage mené en 2006 nous apprend que seulement 51 % des infirmières auxiliaires y sont arrivées.


Vancouver bloque les pourriels et les courriels du SCFP

Il y a des mois que ses membres sont de retour au travail, mais Paul Faoro ne peut toujours pas leur faire parvenir de courriels.

La direction de la ville de Vancouver a configuré son serveur de façon à ce qu’aucun employé ne puisse envoyer ou recevoir un courriel comportant scfp dans l’adresse.

M. Faoro, le président de la section locale 15, l’une des nombreuses sections locales SCFP de Vancouver qui ont été en grève l’été dernier, a déclaré au Georgia Straight qu’il s’agissait sans contredit de censure.

Le journal a déposé une demande d’accès à l’information afin de découvrir qui se retrouvait sur cette liste noire de courriels.

Le SCFP s’y retrouve en compagnie d’une banque en ligne brésilienne et d’autres générateurs reconnus de pourriels.

Selon le journal, le fait de d’ajouter « affront public » à la ligne sujet de votre courriel aura aussi pour conséquence une exclusion du serveur de la ville de Vancouver.

Tous les membres du SCFP peuvent s’inscrire gratuitement à un compte courriel accessible sur Internet à scfp.ca/signup.


Le Toronto Sun ne publiera pas l’article de Sid Ryan sur le Journal de Québec

Les longs tentacules de la famille Québecor se sont étendus jusqu’à Toronto cette semaine réussissant à faire retirer un commentaire du président du SCFP-Ontario, Sid Ryan. 

M. Ryan, qui signe une chronique régulière dans les pages du Toronto Sun avait choisi cette semaine d’écrire sur le lock-out au Journal de Québec.

Mais le Toronto Sun – qui appartient à la même entreprise que le Journal de Québec – a refusé de publier la chronique.

Le site Web du SCFP-Québec dit: « Il est particulièrement scandaleux que cette censure soit imposée par une organisation qui devrait se battre bec et ongles pour le respect de la liberté d’expression et de la liberté d’information ».


Il est encore temps de s’inscrire à la rencontre des syndics de régimes de retraite

Si vous êtes syndics d’un conseil d’administration d’un régime de retraite, vous avez encore le temps de vous inscrire à la deuxième rencontre stratégique des syndics de régimes de retraite du SCFP.

La rencontre aura lieu du 12 au 14 mai à Ottawa.
 
Des syndics de partout au pays partageront leurs connaissances et leur expérience des nombreux et complexes enjeux auxquels ils sont confrontés.

Ils continueront à élaborer des stratégies visant à défendre et à renforcer les régimes de retraite des membres et à faire en sorte que l’ensemble des membres puisse bénéficier de la couverture d’un régime de retraite.  

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :

http://www.scfp.ca/pensions/CUPEs_second_nationa ou faites parvenir un courriel à Nancy Parker à : nparker@cupe.ca

:te/sepb 491