Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Paul Moist manifeste avec la section locale 410

Paul Moist et le président du SCFP-Colombie-Brtannique, Barry O’Neill, ont manifesté avec les travailleurs en lock-out des bibliothèques de Victoria, membres de la section locale 410 du SCFP, afin de les appuyer dans leur lutte pour l’équité salariale.

Les travailleurs des bibliothèques ont fait le tour de la bibliothèque centrale de Victoria en se renvoyant une balle afin de symboliser la façon dont la classe politique a réagi au lock-out imposé le 17 février.

L’enjeu de l’équité salariale remonte à un protocole d’accord datant de 1992 qui stipulait que les employés des bibliothèques obtiendraient l’équité salariale avec les employés municipaux. 

Aujourd’hui, 15 ans plus tard, les travailleurs des bibliothèques sont les seuls employés municipaux qui ne bénéficient toujours pas de l’équité salariale.


Winnipeg n’est pas à vendre

Le 26 mars, le président du SCFP-Manitoba, Kevin Rebeck, a pris la parole devant environ 100 militants des campus et des mouvements syndical et communautaire qui protestaient contre le budget de la ville de Winnipeg, lequel prévoit des diminutions de services et des pertes d’emplois.

Le budget réduit les services tout en maintenant le gel de la taxe foncière.

La section locale 500 du SCFP a lancé une importante campagne destinée à susciter l’engagement du public contre la destruction des services publics de Winnipeg.


Budget de l’Ontario : les entreprises 750 millions, les pauvres, 167 millions

Le budget de l’Ontario qui devait mettre l’accent sur la pauvreté a plutôt mis l’accent sur les entreprises selon le président du SCFP-Ontario, Sid Ryan.

Les mesures de lutte à la pauvreté du budget totalisent 167 millions alors que la diminution de l’impôt des sociétés coûtera 750 millions au gouvernement McGuinty.

« Devinez qui a gagné cette guerre ? » demande M. Ryan.

M. Ryan ajoute tout de même que le financement nécessaire à l’embauche de 4 500 infirmières et préposés aux services de soutien personnels sur 3 ans pour le secteur des soins de longue durée est une bonne nouvelle. Il tempère toutefois en disant : « À moins que le financement soit lié aux niveaux de personnel et aux soins personnels, les aînés continueront à vivre dans des culottes pour incontinents souillées. »

M. Ryan a aussi critiqué le budget parce qu’il ne prévoit rien pour régler la crise de financement des hôpitaux ni pour venir en aide au secteur manufacturier.


Les travailleurs du Conseil scolaire d’Edmonton profitent d’un marché du travail en plein essor

Plus de 3 000 travailleurs des écoles publiques d’Edmonton gagnent 1 $ de plus de l’heure depuis quelques jours, grâce au marché du travail très actif de l’Alberta.

La direction du Conseil scolaire éprouve beaucoup de difficultés à trouver et à garder son personnel de soutien, de conciergerie et d’entretien.

L’entente conclue après une série de réunions tenues pendant une semaine complète avec les concierges (section locale 474 du SCFP), le personnel de l’entretien (section locale 784 du SCFP) et le personnel de soutien (section locale 3550 du SCFP) accorde aussi aux travailleurs une augmentation de salaire pour le coût de la vie basée sur les gains hebdomadaires moyens en Alberta.


Québecor veut une ordonnance de non-publication sur les audiences

Québecor a demandé une ordonnance de non-publication pour les audiences du Conseil du travail portant sur les accusations de recours à des briseurs de grève.

Le porte-parole du syndicat du Journal de Québec, Denis Bolduc, a qualifié cette demande de déplorable. « Pourquoi un média voudrait-il empêcher les autres médias de couvrir les audiences du Conseil du travail ? Que tentent-ils de cacher ? »

« Après avoir préparé ce lock-out dès le départ, on serait en droit de penser qu’ils auront la décence de venir s’expliquer publiquement », a ajouté M. Bolduc.

M. Bolduc affirme que l’employeur – dans ce cas une filiale de Québecor, l’agence Nomade – a déjà échoué dans sa tentative d’obtenir une ordonnance de non-publication lors de l’audience du 12 mars.

Le lock-out a été imposé le 22 avril 2007.


Licenciements à l’horizon pour les membres de la section locale 108 à
Enviro Care

Les membres de la section locale 108 du SCFP à Enviro Care, une agence sans but lucratif qui fait la collecte de déchets solides dans certains quartiers de Halifax et de Bedford ont appris la semaine dernière qu’ils perdraient leur emploi le 30 juin.

L’agence mère de Enviro Care – l’Agence de développement régional de Halifax – avait répondu à l’appel d’offres du gouvernement municipal et avait obtenu le contrat.

Par la suite, l’agence s’est retirée du contrat en prétextant qu’il comportait des problèmes qui n’ont pas été spécifiés.

« C’est insensé, dit le président de la section locale 108, Dave Carr.  Il doit exister un moyen de régler ces problèmes et de sauver les emplois. »


Lucie Levasseur élue présidente du SCFP-Québec

Lucie Levasseur, qui est membre du Conseil exécutif national, a été choisie comme nouvelle présidente du SCFP-Québec.

La Division a tenu cette semaine un congrès spécial au cours duquel Mme Levasseur a été élue à la présidence en remplacement de Mario Gervais qui vient d’annoncer sa retraite après 6 ans passés à ce poste.

Employée du Programme de formation à distance de l’Université du Québec depuis
29 ans, Mme Levasseur a commencé à prendre part aux activités du syndicat en 1988 à titre de déléguée syndicale et de membre du Comité de négociation.

Elle est devenue présidente de sa section locale en 1990, poste qu’elle occupe toujours aujourd’hui.

Militante des droits des femmes, elle s’occupe activement d’éducation et de trésorerie et elle est aussi porte-parole de la lutte contre le cancer du sein.

Elle a été membre du Groupe national de travail sur la participation des femmes et elle a été élue vice-présidente régionale pour le Québec lors du Congrès national 2007 à Toronto.


La Colombie-Britannique diminue le financement des universités de 16 millions

Le gouvernement de Colombie-Britannique a annoncé la semaine dernière son intention de diminuer le financement des universités de 16 millions dans l’ensemble de la province.

« Avant la dernière élection, Gordon Campbell affirmait que faire de la Colombie-Britannique la région la mieux éduquée de toute l’Amérique du Nord faisait partie
de Ses cinq grands objectifs pour une décennie dorée », dit le président du
SCFP-Colombie-Britannique, Barry O’Neill.

« Une autre promesse en l’air. »

Certains collèges subiront aussi une baisse de financement.

Le gouvernement a annoncé ses intentions à la dernière minute et il n’a donné aucune indication quant à ce que cette mesure signifiera en termes de pertes d’emplois, de diminutions de l’offre de cours ou d’annulations.


:te/sepb 491