Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Un nouveau concept de retraite dans un foyer de CB, le sous-effectif

Le SEH veut que le gouvernement de Colombie-Britannique force une entreprise privée à revenir sur sa décision d’offrir 115 heures de soins de moins chaque semaine dans un établissement de soins de longue durée de Coquitlam.

Le SEH veut aussi que le ministère de la santé revoie les méthodes de gestion de la société Retirement Concepts dans l’ensemble de la province.

Le SEH représente le personnel soignant du Dufferin Care Centre, un établissement de 153 lits.  Le gouvernement provincial finance 128 de ces lits par le biais de la Direction de la santé de la Fraser.

Retirement Concepts donne les soins en sous-traitance, mais contrôle étroitement toutes les décisions concernant la dotation de personnel.  Retirement Concepts a ordonné à son sous-traitant de réduire, à compter du 10 mars, son personnel – surtout des aides-soignants – de façon à diminuer les heures travaillées d’environ 115 heures par semaine.

La secrétaire et directrice administrative du SEH, Judy Darcy, demande cette révision afin de déterminer si Retirement Concepts retire des profits excessifs du système au détriment de la qualité des soins offerts aux aînés.


Les normes de soins dans le secteur des soins de longue durée, bientôt une réalité en Ontario

Furious George” (George le furieux) a peut-être balayé du revers de la main les normes dans le secteur des soins de longue durée, mais les travailleurs ont ramené la question sur la table.

Le 27 février, deux travailleurs du secteur des soins de longue durée ont utilisé quatre bouteilles d’eau pour remplir une culotte d’incontinence lors d’une conférence de presse organisée à Queen’s Park.  L’événement faisait partie de la campagne que les travailleurs des soins de longue durée mènent depuis que le gouvernement Harris a aboli les normes de soins imposées par la loi, soit en 1995.

Ils voulaient faire la démonstration de la quantité d’urine que doivent contenir ces culottes selon les règles actuellement en vigueur avant que le personnel ait la permission de changer les résidents.

Le ministre de la Santé, George Smitherman, a réagi par un trait d’ironie en disant qu’il pourrait essayer de porter l’une de ces culottes afin de démontrer à ses détracteurs que leurs inquiétudes – des inquiétudes prétendument partagées par son propre gouvernement – ne sont pas fondées.

Les éditoriaux et les courriers du lecteur ont dénoncé les commentaires du ministre, certains réclamant même sa démission.

Bien que le ministre soit revenu sur ses commentaires sur le port de la culotte, il se retrouvera peut-être dans l’obligation d’agir pour ne pas donner l’image d’un homme indifférent et négligent.


Hydro Toronto : Gardez Telecom Public !

Environ 140 personnes ont bravé la tempête pour tenir un piquet d’information réclamant que Toronto Hydro Telecom demeure une entreprise publique.

En janvier, Toronto Hydro a annoncé être à la recherche d’un acheteur pour Toronto Hydro Telecom, une entreprise qui vend de la fibre optique et d’autres services liés au réseau torontois de téléphonie cellulaire et qui génère des revenus.

La présidente de la section locale 1 du SCFP, Pauline Niles, a déclaré que le conseil d’administration de Toronto Hydro doit consulter le public dans ce dossier.

Le maire de Toronto, David Miller, a demandé à Toronto Hydro de suspendre le processus de mise en vente.

Pour offrir un soutien à la section locale 1, rendez-vous sur le site : http://www.keeptelecompublic.ca/.


La section locale 4840 du SCFP lance un bulletin d’information – le contrat viendra plus tard

La section locale 4840 qui représente les 150 employés de la Direction régionale du logement de Cape Breton n’a toujours pas négocié un premier contrat de travail (la négociation devrait commencer au début avril), mais elle a commencé à publier un bulletin d’information !

« L’exécutif et les délégués syndicaux participent à différents ateliers ici à Sidney, dit le conseiller syndical du SCFP », John Evans.


Stelmach remporte 87 % des sièges avec 53 % des votes de 41 % de la population

L’élection d’un nouveau gouvernement conservateur en Alberta n’est pas véritablement une nouvelle.  C’est déjà arrivé 10 fois au cours des dernières années.  Mais le président du SCFP-Alberta, D’Arcy Lanovaz, affirme que la victoire de cette semaine des conservateurs de Ed Stelmach ne lui donne pas un mandat très fort.

« Près de 80 % des électeurs n’ont pu se résoudre à mettre un X à côté du nom d’un candidat conservateur, dit M. Lanovaz.  La plupart des dirigeants ne tireraient aucune fierté d’une telle victoire. »


Le CTC lance une nouvelle campagne sur l’écart salarial entre les hommes et les femmes

Le Congrès du travail du Canada renouvellera ses efforts dans la lutte contre la discrimination salariale à l’égard des femmes à l’occasion de la journée du 8 mars et le SCFP sera sur place.

La campagne – Il est temps d’obtenir l’égalité une fois pour toutes – sera lancée par des séminaires donnés partout au pays et la mise en ligne d’un site Web.

Les progrès réalisés par les femmes au cours des 25 dernières années pour rattraper l’écart salarial qui les sépare des hommes sont sur le point d’être renversés.  Le congrès est sur le point de publier une nouvelle recherche démontrant que les femmes ne gagnent que 70,5 % du salaire des hommes.

Pour en savoir plus : www.equalityonceandforall.ca.


Étudiants et syndicats s’opposent aux compressions à l’UQAM

Les syndicats et les associations étudiantes de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ont uni leur voix pour dénoncer le rapport d’un consultant qui recommande l’imposition de compressions dévastatrices.

Lors d’une conférence de presse tenue cette semaine, les deux groupes ont fait valoir que le rapport traite l’université comme une entreprise privée et fait preuve d’un mépris flagrant envers son rôle d’institution publique.

Les deux groupes ont fait appel au gouvernement québécois afin qu’il intervienne pour soutenir l’université.

Pour ajouter votre voix, rendez-vous sur : http://jappuieluqam.org/.


:jvp/sepb 491