Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA – Les travailleurs d’hôpitaux et les infirmières du Canada s’unissent dans une campagne pour défendre le droit aux soins de santé. « Partout au Canada, que ce soit au cabinet d’un médecin, dans un hôpital ou dans n’importe quelle clinique, les soins médicalement nécessaires doivent être payés à 100 % par le gouvernement », a affirmé Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers (FCSII). « Ce droit est garanti par la Loi canadienne sur la santé ainsi que la législation provinciale », a-t-elle ajouté.

« Malgré les dispositions sans équivoque de la Loi canadienne sur la santé, nous vivons une éclosion de facturation des soins médicalement nécessaires. Cette pratique est tout aussi immorale qu’illégale », a déclaré Paul Moist, président national du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

La FCSII et le SCFP ont lancé un site Web, www.soinsdesanteundroit.ca, et un dépliant dans le cadre de la campagne invitant les citoyens à défendre leur droit aux soins de santé et leur expliquant dans quels cas et comment porter plainte.

« La Loi canadienne sur la santé énonce les fondements du système de santé au Canada. Pour obtenir du financement fédéral en vertu de la Loi, chaque province ou territoire doit se conformer aux critères suivants : gestion publique, universalité, intégralité, accessibilité et transférabilité », a rappelé Linda Silas.

« En plus des garanties de la Loi canadienne sur la santé, plusieurs provinces ont des lois interdisant la surfacturation, les frais modérateurs ainsi que tout ce qui entrave l’accès aux soins. Toutes ces lois doivent être appliquées, mais le gouvernement Harper donne le mauvais exemple et sape l’accessibilité », a dénoncé Paul Moist.

« Notre combat contre la facturation des soins médicalement nécessaires s’inscrit dans le combat pour des soins sans but lucratif, accessibles à tous et de haute qualité », a conclu Linda Silas.

Ensemble, le SCFP et la FCSII représentent 700 000 travailleurs au Canada.

 -30-

Renseignements : Paul Moist, président national du SCFP – (613) 558-2873 (cell.); Linda Silas, présidente de la FCSII – (613) 859-4314 (cell.); Catherine Louli, communications du SCFP – (613) 851-0547 (cell.)