Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA – « Le risque d’une récession aux États-Unis est en hausse, notre secteur manufacturier s’enfonce dans la crise, les prix de l’énergie et la valeur du dollar sont au plafond, et Harper n’a rien de mieux à proposer qu’un souper des premiers ministres. Harper doit bouger pour vrai et organiser une conférence nationale sur l’économie », a déclaré Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Une telle conférence doit préparer un plan de match solide pour relever les régions en difficulté et dissiper les menaces à l’économie du pays. Les dizaines de milliards de surplus fédéraux gaspillés en baisses d’impôts massives devraient être redirigés vers des solutions fondamentales :

  • Renverser la vapeur dans les industries manufacturière et forestière par des plans de transition ou de relance
  • Régler le déficit de plus de 100 milliards de dollars dans les infrastructures publiques; le renouvellement des infrastructures (sans tomber dans le piège des PPP) est une locomotive qui garde notre économie sur les rails
  • Augmenter la sécurité économique des Canadiens avec de meilleures prestations d’assurance emploi et de sécurité de la vieillesse, ainsi que par une réglementation plus solide des marchés financiers
  • Des mesures antipauvreté comme une hausse substantielle du salaire minimum et des programmes pour éliminer la pauvreté infantile
  • Régler la pénurie de main-d’œuvre spécialisée en finançant mieux la formation de la main-d’œuvre et les programmes d’alphabétisation, ainsi qu’en instaurant enfin un programme national de services de garde
  • Un plan véritable et solide de lutte aux changements climatiques qui moderniserait l’économie canadienne et réduirait sa dépendance au carbone – plus nous attendrons avant d’agir, plus notre économie sera pénalisée.
« Le premier ministre gère notre économie à la petite semaine avec les yeux rivés sur le baromètre électoral. Le souper de vendredi soir est-il un simple spectacle médiatique? S’il veut s’occuper des urgences économiques, Harper devrait regarder ce qui arrive aux États-Unis : là-bas, Bush s’est mis les pieds dans les plats avec des années de baisses d’impôts massives », a conclu Claude Généreux.

 

-30-

Pour plus de renseignements :
Claude Généreux, secrétaire-trésorier national, SCFP – 514-884-5074
Sébastien Goulet, service des communications du SCFP – 613-808-0675