Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le SCFP aux ministres provinciaux des Finances : résistez à Flaherty

 

Paul Moist demande instamment aux ministres provinciaux des Finances de résister aux pressions du ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, pour que soit adopté son ordre du jour de diminution de l’impôt des sociétés, d’harmonisation de la TPS, de déréglementation et de privatisation des services publics.

« Nous avons besoin d’une augmentation de l’investissement direct dans l’infrastructure et les services publics pour renforcer notre économie et améliorer la sécurité économique des Canadiens moyens », dit M. Moist.

Les ministres provinciaux des Finances doivent aussi résister aux pressions du ministre Flaherty afin qu’ils se joignent à TILMA ou à tout autre régime ayant pour résultat de restreindre la capacité des gouvernements provinciaux de défendre l’intérêt public.

M. Moist a aussi affirmé que le Canada a besoin de nouvelles règles dans le secteur des finances et de moyens pour les faire respecter.

« Le ministre Flaherty doit faire la démonstration qu’une Autorité nationale des marchés financiers assurera vraiment la protection des intérêts, de l’épargne et des régimes de retraite des travailleurs canadiens », a ajouté M. Moist. 


Harper doit agir dans le dossier des changements climatiques

 

Le SCFP demande à Stephen Harper de souscrire aux initiatives de réduction des gaz à effet de serre qui font l’objet de discussions à Bali en Indonésie cette semaine.

Les gouvernements doivent aussi travailler avec les organisations syndicales et non gouvernementales au développement d’un programme de transition équitable destiné à palier aux possibles déplacements de travailleurs.

« C’est le moment, il ne pourrait y avoir de meilleur moment que maintenant pour que le gouvernement de Stephen Harper s’engage à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à déposer un plan d’action tenant compte des besoins des travailleurs canadiens et des municipalités », a déclaré M. Moist.


L’Ontario ramène la soumission en régime de concurrence dans les soins à domicile

 

Le gouvernement ontarien a levé un moratoire de trois ans sur la soumission en régime de concurrence pour la prestation de services de soins à domicile.

Le président du SCFP-Ontario, Sid Ryan, affirme que cette mesure a déjà eu des effets désastreux sur les travailleurs.

M. Ryan dit que l’imposition de la soumission en régime de concurrence dans le secteur des soins à domicile a eu pour effet la création d’un ghetto salarial pour les travailleurs qui sont majoritairement des femmes issues de diverses communautés culturelles.

Lorsque des agences communautaires sans but lucratif ont perdu leur contrat, certains travailleurs à l’emploi de ces agences n’ont eu d’autre choix que d’accepter un emploi chez l’entreprise privée qui a obtenu le contrat, mais à un salaire considérablement plus bas.

« Pourquoi le ministre de la Santé a-t-il levé le moratoire sur la soumission en régime de concurrence alors même que le gouvernement ontarien lance une stratégie de réduction de la pauvreté ? » demande M. Ryan. 


Une plainte au criminel dans le dossier de l’accident au port de Bécancour

 

Le SCFP-Québec a déposé une plainte au criminel contre la direction du port de Bécancour, suite à un accident qui a coûté une jambe à un débardeur.  L’accident est survenu lorsqu’un câble d’amarrage a frappé un travailleur après avoir cédé.  Il a coupé l’une de ses jambes et a causé trois fractures à l’autre.

Le syndicat croit que les manquements de l’employeur dans cet accident sont si importants qu’ils justifient le dépôt d’accusations criminelles.

Depuis juin, la section locale SCFP – section locale 1375 – demande des sessions de formation, des procédures de sécurité et la création d’un poste de chef d’équipe pour les manœuvres d’accostage.

Le chef d’équipe, un poste qui existe au port de Trois-Rivières, est en communication radio constante avec le pilote du navire et il peut réagir rapidement en cas de problème.

Mais l’employeur a rejeté la demande du syndicat, affirmant que la mesure était trop dispendieuse.


Un architecte de renom abandonne l’hôpital en PPP

 

Moshe Safdie, un architecte de grande réputation, a démissionné à titre de principal concepteur d’un hôpital en PPP de Montréal. 

M. Safdie, qui a conçu Habitat 67 et le Musée des beaux-arts du Canada a démissionné de son poste de concepteur du Centre de santé de l’Université McGill au début décembre parce que dit-il : « Les PPP sont source de nombreux problèmes et mènent nécessairement à couper les coins ronds ».

M. Safdie et sa firme d’architectes de Boston avaient été embauché pour la réalisation de ce projet avant que le gouvernement québécois ne prenne la décision de construire l’hôpital en PPP.

Pour recevoir un bulletin d’information mensuel sur la privatisation, faites parvenir un courriel à p3alert-subscribe@lists.cupe.ca.


Les travailleurs blessés de l’Ontario souhaitent réparer les dégâts de l’ère Harris

 

Les travailleurs accidentés de l’Ontario ont vu les taux d’indemnisation diminuer de 20 % depuis 1997.  Pendant la même période, les employeurs ont vu leur taux de contribution diminuer de 25 %.  Le Réseau ontarien des groupes de travailleurs accidentés a organisé avec ses partenaires, dont le SCFP-Ontario, des manifestations dans l’ensemble de la province.

Le secrétaire-trésorier du SCFP-Ontario, Fred Hahn, affirme que si le gouvernement McGuinty est sérieux dans sa volonté affirmée de diminuer la pauvreté, il doit restituer aux travailleurs blessés tous leurs droits.

Les demandes :

* Rembourser les pertes de revenu de 20 % subies par les travailleurs accidentés au cours des dix dernières années.
* Accorder aux travailleurs accidentés qui ne peuvent reprendre leur emploi leur véritable salaire perdu et non un montant estimé ou déterminé.
* Étudier l’adoption de mesures incitant les employeurs à diminuer la fréquence des accidents.
* Rendre obligatoire la couverture par la CSAT pour tous les travailleurs ontariens sans exception.


Le gouvernement de Nouvelle-Écosse, une stratégie parfaite pour sa loi anti-grève

 

Le premier ministre de Nouvelle-Écosse, Rodney MacDonald, a reporté le vote prévu cette semaine sur le projet de loi de son gouvernement qui veut interdire les grèves dans le secteur des soins de santé.

Le président du SCFP-Nouvelle-Écosse, Danny Cavanagh, a commenté ce geste comme étant lâche et cynique. 

« Après avoir plongé 32 000 travailleurs des secteurs communautaires et de la santé dans l’incertitude pendant une période de huit mois avec ce projet de loi, il n’a finalement pas démontré qu’il avait le courage de ses convictions en soumettant son projet de loi à un vote, ce qui en dit long sur le caractère de ce gouvernement », a déclaré M. Cavanagh.

Les observateurs s’attendent à ce que le projet de loi ne refasse surface que si les travailleurs d’hôpitaux, qui sont actuellement en négociation avec leurs employeurs, tiennent un vote de grève.

 

 

 


:ms/sepb 491