Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA – Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) demande aux ministres des Finances des provinces de résister aux pressions du ministre fédéral Flaherty, qui voudrait les voir réduire les impôts des sociétés ainsi que déréglementer et privatiser les services publics.

« Des baisses d’impôt et des déréglementations n’apporteraient rien de bon à l’économie et à la qualité de vie au Canada. Il faut plutôt augmenter nos investissements directs dans les infrastructures et les services publics pour renforcer l’économie et réduire l’insécurité parmi la population », a déclaré Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Les ministres des Finances des provinces doivent aussi dire non au ministre Flaherty quand il leur demande d’adopter un accord qui donnerait la priorité aux profits des entreprises face à la capacité des gouvernements à protéger l’intérêt public. « Rien n’indique qu’un accord pan-canadien comme TILMA apporterait des bénéfices économiques significatifs », a ajouté Claude Généreux.

« Nous sommes aussi très préoccupés du laxisme réglementaire dans le domaine de la finance et des valeurs mobilières. Le Canada fait bien piètre figure en la matière sur la scène internationale », a-t-il ajouté. Les Canadiens veulent que leur gouvernement protège sérieusement leurs régimes de retraite plutôt que de se mettre à la remorque des tribunaux et des autorités réglementaires des États-Unis.

Jusqu’ici, le ministre Flaherty n’a pas démontré de volonté sérieuse d’établir une autorité réglementaire fédérale qui soit effective. « La réglementation fédérale des valeurs mobilières et les enquêtes de la GRC sont en retard par rapport aux réglementations provinciales. Le ministre Flaherty doit faire ses devoirs pour que le fédéral réglemente les valeurs mobilières de manière à protéger véritablement les investissements, les économies et les régimes de retraite des travailleurs canadiens », a conclu Claude Généreux.

-30-

Pour plus de renseignements : Claude Généreux, secrétaire-trésorier national, SCFP : (514) 884-5074 Sébastien Goulet, service des communications du SCFP : (613) 808-0675