Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA – Les travailleurs qui prodiguent les services publics de première ligne subissent déjà les effets du dérèglement climatique. Ils rappellent à l’ordre le gouvernement minoritaire de Stephen Harper pour qu’il cesse de saboter la conférence de Bali, en Indonésie, et appuie des objectifs chiffrés de réduction des gaz à effet de serre.

« Qu’on parle des travailleurs de la santé affrontant des situations de canicules interminables, de pluies torrentielles ou de verglas dévastateur, ou qu’on parle des techniciens d’Hydro qui rétablissent des lignes abattues, on voit bien comment le dérèglement climatique menace l’équilibre de notre société », a déclaré Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Le SCFP représente 560 000 travailleurs à travers le Canada et son Conseil exécutif national, réuni aujourd’hui à Ottawa, a adopté à l’unanimité un plan d’action contre le dérèglement climatique. « Les Canadiens veulent un leadership véritable dans ce dossier. Il faut adopter d’ici 2009 une entente internationale imposant des réductions chiffrées. Nos gouvernements doivent s’entendre avec les ONG et les syndicats pour lancer un programme de transition équitable qui corrigera les perturbations du marché de
l’emploi. »

« Le programme de transition équitable devra être créé de concert avec un Fonds d’adaptation qui permettra aux municipalités de faire face au dérèglement climatique », a ajouté Claude Généreux.

Si le gouvernement Harper s’entête à faire dérailler la conférence de Bali, les conséquences sur les infrastructures du pays pourraient être catastrophiques. Par exemple, les réseaux d’égouts, les bâtiments et les lignes électriques devraient être complètement repensés pour affronter des conditions extrêmes, ce qui entraînerait des coûts astronomiques.

« Nos membres craignent que les municipalités ne soient pas équipées pour répondre aux demandes accrues de services publics causées par des anomalies climatiques. C’est maintenant qu’il faut agir – le gouvernement Harper doit rejoindre le concert des nations et adopter un plan sérieux de réduction des gaz à effet de serre qui protégera les services publics vitaux et les municipalités du Canada », a conclu Claude Généreux.

 -30-

Pour plus de renseignements :
Claude Généreux, secrétaire-trésorier national, SCFP : 514-884-5074
Sébastien Goulet, service des communications du SCFP : 613-808-0675