Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

L’entrée au Canada de la plus importante chaîne de services de garde à l’enfance du monde est une raison de plus pour adopter une loi fédérale qui empêcherait ce type d’expansion.

Le projet de loi C-303 proposé par le NPD, la Loi sur les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants, revient devant la Chambre des communes le 20 novembre pour un débat sur l’étape du rapport. Le vote doit avoir lieu le 21 novembre. Le projet de loi jouit de l’appui des trois partis d’opposition, mais le président de la Chambre a jugé qu’il devait avoir l’approbation de Stephen Harper pour devenir loi. La troisième et dernière lecture doit avoir lieu au début de 2008.

Le projet de loi empêche l’expansion des garderies à but lucratif en destinant tous les fonds fédéraux à la prestation de services publics sans but lucratif – une mesure qui endiguerait la fuite des dollars publics vers des entreprises comme ABC Learning. Cette géante semble amorcer une frénésie d’achats au Canada par l’entremise de 123 Busy Beavers, une société étroitement liée à ABC.

Le Code Bleu pour les services de garde demande au gouvernement fédéral de prendre des mesures pour contrer une prise de contrôle étrangère et souligne que le projet de loi C-303 serait la meilleure protection. Olivia Chow, critique du NPD en matière de garderies, et Ruby Dhalla, qui occupe la même fonction pour les libéraux, se sont jointes à une conférence de presse organisée par Code Bleu pour exiger que Stephen Harper renonce à son opposition et donne le feu vert à l’adoption du projet de loi.

Au cours de la dernière semaine, Mme Chow a sillonné le pays pour sonner l’alarme au sujet de la frénésie d’achats d’ABC. Elle s’est notamment arrêtée à Halifax le 8 novembre. Lynn Howes, présidente de la section locale 4745 du SCFP, et Beth Diamond, membre du Groupe de travail de la garde à l’enfance, ont participé à la table ronde organisée par Olivia Chow.

Le SCFP continue à travailler en étroite collaboration avec Code Bleu et d’autres militantes pour les services de garde à l’enfance qui appuient le projet de loi C-303. Le SCFP insiste aussi pour que soit assuré le financement nécessaire à la mise en place d’un système de garde à l’enfance de qualité et sans but lucratif. L’argent ne manque pas, comme l’ont montré les conservateurs avec leur récent mini-budget. Mais au lieu d’accorder des baisses d’impôts, ils auraient dû utiliser l’argent pour financer la mise en œuvre graduelle d’un système public et sans but lucratif de garderies qui aurait garanti une place à chaque enfant de 3 à 5 ans au Canada.