Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Flaherty n’offre que des miettes aux familles des travailleurs

Cette semaine, le ministre des Finances, Jim Flaherty, a présenté un énoncé économique qui accorde des milliards supplémentaires de baisses d’impôt, mais rien de durable qui puisse profiter aux familles des travailleurs.

« Les conservateurs ont déjà baissé les impôts de plus de 15 milliards de dollars par année, mais la plupart des familles des travailleurs n’y ont rien gagné de plus.  Les baisses additionnelles de l’impôt sur le revenu, de la taxe de vente et de l’impôt des compagnies annoncées aujourd’hui ne les aideront pas plus », affirme le président national du SCFP, Paul Moist.

Ensemble, les baisses d’impôt promises par le ministre Flaherty qui totalisent 20 milliards de dollars auraient pu permettre de :

· Lancer un programme national et sans but lucratif d’apprentissage et de garde des jeunes enfants, offrant une place garantie à tous les enfants canadiens de trois à cinq ans.
· Remettre assez d’argent aux villes et municipalités pour qu’elles règlent leur crise budgétaire et restaurent infrastructures et services communautaires.
· Mettre en place un programme national d’assurance-médicaments pour que tous les Canadiens obtiennent des médicaments à coût abordable.
· Offrir assez de ressources aux communautés autochtones pour financer l’Accord de Kelowna et répondre à d’autres besoins criants : santé, éducation, logement, revendications territoriales, environnement et bien-être des enfants.


Début de la tournée de l’assurance-médicaments à Saskatoon

La coalition canadienne de la santé a entrepris la semaine dernière sa tournée nationale de l’assurance-médicaments là où est née l’assurance-maladie.  La coalition, dont le SCFP fait partie, a l’intention de tenir des audiences sur un programme national d’assurance-médicaments un peu partout au pays.

La première série d’audiences a eu lieu à Saskatoon le 25 octobre.

La coalition recueille les récits personnels et les témoignages de difficultés afin de démontrer la nécessité de créer un régime national d’assurance-médicaments financé et géré par le secteur public.

Ce régime couvrirait le coût des médicaments essentiels tout comme l’assurance-maladie couvre le coût des hospitalisations et des médecins, assurant ainsi un accès universel à des soins de santé appropriés et sûrs.

Lors des audiences de Saskatoon nous avons entendu le témoignage d’une femme qui doit payer 500 $ par mois pour des médicaments contre le diabète malgré le fait qu’elle soit membre d’un régime privé d’assurance-médicaments.


Le SCFP-Ontario lance une campagne contre la violence en milieu de travail

À compter de ce mois, les membres du Comité de la santé et sécurité du SCFP-Ontario et les dirigeants des sections locales, convoqueront des conférences de presse et organiseront des ateliers dans plusieurs villes de la province à propos de la violence au travail.

La campagne de lutte à la violence du SCFP-Ontario réclame du gouvernement ontarien qu’il intègre une réglementation sur la violence à la loi provinciale sur la santé et la sécurité au travail.

Statistiques Canada rapporte qu’un incident violent sur cinq a lieu en milieu de travail.  Les gens qui travaillent auprès du public sont de plus en plus à risque.

Vérifier les dates de la campagne dans votre collectivité ou encore, prenez contact avec le comité afin d’organiser un atelier dans votre région.  Il suffit d’appeler Don au 613-391-7345 ou Stephanie au 416-299-9739, poste 302.


Débrayage des travailleurs des universités de Saskatchewan

Les membres de la section locale 1975 à l’emploi des deux grandes universités de Saskatchewan ont quitté le travail pendant deux heures le 30 octobre afin de faire pression pour la conclusion d’une entente.

« Nous ne voulons pas d’un conflit prolongé qui nuira à la vie sur le campus, dit Brad McKaig, président de la section locale 1975 du SCFP. Tout ce que nous voulons, c’est une augmentation de salaire comparable à ce qui a cours dans le secteur public et un meilleur financement pour être en mesure de maintenir notre régime d’avantages sociaux. »

La section locale 1975 du SCFP représente 2 400 travailleurs de soutien à l’Université de Saskatchewan et à l’Université de Regina.

Le contrat de la section locale 1975 est échu depuis le 31 décembre 2006.


Vente d’édifices, une mauvaise affaire pour les Canadiens

Une nouvelle recherche démontre que le gouvernement conservateur a consenti des très bas prix lors de la vente d’édifices fédéraux dans le cadre d’une entente de PPP.

L’analyse de Informetrica commandée par l’Alliance de la fonction publique du Canada révèle que la sous-évaluation des actifs immobiliers a permis à Larco Investments, la firme qui a acheté les édifices, d’empocher 400 millions de dollars.

Dans le même dossier, un jugement récent de la Cour fédérale a forcé le gouvernement conservateur à retirer deux propriétés de la vente aux enchères.  La cour a jugé que les édifices étant situés sur des territoires ancestraux de la bande autochtone Musqueam, le gouvernement conservateur aurait dû les consulter.

Le gouvernement conservateur continue à vouloir imposer son projet de vendre des édifices à bureaux pour une valeur de 1,5 milliards de dollars pour ensuite les louer dans le cadre d’un PPP d’une durée de 25 ans et ce, malgré des critiques selon lesquelles il s’agit de mauvaise politique publique, de paresse intellectuelle et d’un véritable vol d’argent des contribuables.  Le gouvernement Harper envisage de poursuivre ce projet de PPP par la vente de 31 autres édifices fédéraux.

L’AFPL mène le combat pour empêcher cette privatisation des actifs immobiliers du fédéral. L’association a publié un excellent document en deux parties sur cet enjeu sur son site Web.

Pour recevoir un bulletin électronique mensuel sur la privatisation, faites parvenir un courriel à p3alert-subscribe@lists.cupe.ca.


Des sections locales SCFP et les TUAC font équipe dans la lutte contre la leucémie

Un effort commun de syndicats des secteurs public et privé a eu tout un effet la semaine dernière alors que trois sections locales SCFP de l’Université de Victoria se sont associées à une section locale de l’Union internationale des travailleurs unis de l’alimentation et du commerce dans le but d’amasser 4 000 $ à la mémoire de Beth Lawson (section locale 917) et Jan Stone (TUAC 1518), deux consoeurs qui sont décédées de leucémie plutôt cette année.

Les sections locales SCFP 917, 951 et 4163 à l’Université de Victoria travaillent avec les TUAC à susciter une prise de conscience à propos de la recherche sur la leucémie et le lymphome en l’honneur et à la mémoire de Beth Lawson qui travaillait at l’Université de Victoria et Jan Stone qui travaillait à la Baie.


:ms/sepb 491