Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Ottawa – Le ministre des Finances Jim Flaherty promet encore des milliards de dollars en baisses d’impôts qui n’offriront rien de durable aux travailleurs, selon Paul Moist, président national du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« Les conservateurs ont déjà baissé les impôts de plus de 15 milliards de dollars par année, mais la plupart des familles des travailleurs n’ont rien gagné au change. Les baisses de l’impôt sur le revenu, de la taxe de vente et de l’impôt des compagnies annoncées aujourd’hui ne les aideront pas plus. »

« Les Canadiens veulent des services publics plus solides et plus abordables. Avec les baisses d’impôts annuelles de Flaherty, portées aujourd’hui à plus de 20 milliards de dollars, nous aurions pu :

  • Lancer un programme national et sans but lucratif d’apprentissage et de garde des jeunes enfants, avec places garanties pour tous les enfants canadiens de 3 à 5 ans.
  • Remettre assez d’agent aux villes et municipalités pour qu’elles règlent leur crise budgétaire et rebâtissent leurs infrastructures et leurs services communautaires.
  • Mettre en place un programme national d’assurance-médicaments pour que tous les Canadiens obtiennent des médicaments à coût abordable.
  • Offrir assez de ressources aux communautés autochtones pour financer l’Accord de Kelowna et répondre à d’autres besoins criants : santé, éducation, logement, revendications territoriales, environnement et bien-être des enfants. »
« Le ministre des Finances pense stimuler une économie aux lendemains incertains avec des baisses d’impôts coûteuses, a ajouté Toby Sanger, économiste principal du SCFP. Les conservateurs espèrent que cette stratégie leur achètera des votes, mais elle ne sera pas efficace à améliorer la vigueur ou la productivité à long terme de l’économie. Elle pourrait même mener à des déficits et à d’importantes compressions dans les services publics. »

 

« L’énoncé du ministre Flaherty montre qu’il croit à la magie des retombées des baisses d’impôt. Mais il lui manque une vision d’avenir pour un pays prospère, des collectivités dynamiques, des programmes sociaux performants et la remise en santé des infrastructures », a conclu Paul Moist.

-30-

Pour renseignements :
Paul Moist, président national du SCFP – 613-558-2873 (cell.)
Toby Sanger, économiste principal du SCFP – 613-720-6955 (cell.)
Sébastien Goulet, service des communications du SCFP – 613-808-0675 (cell.)