Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Toronto, Ontario

– Une vingtaine de travailleurs en lock-out du Holiday Inn de la rue King, à Toronto, viennent de recevoir un appui de taille. En raison du conflit de travail, les dirigeants nationaux du Syndicat canadien de la fonction publique, le plus important syndicat au pays, ont décidé d’annuler les réservations qu’ils avaient faites pour leur congrès national, qui commence lundi.

Ces travailleurs des services alimentaires sont dans la rue depuis que leur employeur a interrompu les négociations. Paul Moist, président national du SCFP, et Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du SCFP, les ont rejoints hier sur leur ligne de piquetage.

« Pas question pour les membres du SCFP d’aller dormir dans un hôtel qui met ses travailleurs en lock-out », a lancé Paul Moist.

Le secrétaire-trésorier national, Claude Généreux, a rappelé que le SCFP ne dépense pas l’argent de ses membres dans des entreprises qui manquent de respect envers leurs travailleurs.

« Nous avions encouragé la direction à favoriser une entente, a-t-il déclaré. Mais comme elle ne l’a pas fait et comme les travailleurs sont encore dans la rue, nous avons dû annuler notre réservation de 97 chambres. »

Ce lock-out dure depuis le 28 septembre et implique la section locale 75 de UNITE HERE.

Le Syndicat canadien de la fonction publique, qui représente 560 000 membres d’un bout à l’autre du Canada, va accueillir plus de 2 000 délégués à Toronto à compter de lundi prochain pour son congrès national bisannuel.

-30-

Pour de plus amples renseignements :

Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du SCFP, 514.884.5074
Sébastien Goulet, Service des communications du SCFP, 613.808.0675
Wendy Forbes, Service des communications du SCFP, 416.892.8716

hgb*sepb491