Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Consœurs et confrères,

J’espère que vous avez profité de vos vacances, bien méritées, cet été. Beaucoup de nos membres, toutefois, ont dû passer l’été aux piquets de grève.

À Vancouver, les membres de la section locale 1004 (cols bleus de Vancouver) sont en grève depuis le 20 juillet. Ils ont été rejoints par les membres de la section locale 15 (cols blancs de Vancouver) le 23 juillet, eux-mêmes suivis des membres de la section locale 391 (bibliothèque publique de Vancouver) le 26 juillet. Les membres de la section locale 389 (travailleurs du district et de la commission des loisirs de North Vancouver) ont cessé le travail pendant 18 jours avant d’obtenir un règlement et de reprendre le travail le 7 août. En tout, quelque 6 000 membres ont été aux piquets de grève à Vancouver et ils se sont tenu debout face à un maire et à un conseil très à droite (d’autres détails sur ce conflit plus loin dans le rapport).

Au Québec, les membres des sections locales 1450, 1872 et 2808 ont été mis en lock-out par leur employeur, Quebecor, le 22 avril. Nos membres refusent les importantes concessions exigées par l’employeur et ils continuent de publier leur propre quotidien, qui reçoit d’ailleurs un immense appui du public.

Les 700 membres du personnel de soutien de l’Université Carleton, à Ottawa, représentés par la section locale 2424, ont dû cesser le travail le 5 septembre pour obtenir un salaire équitable et la reconnaissance syndicale.

Petite en nombre mais forte en détermination, la section locale 1536 du SCFP de Hearst Power en Ontario Nord, a déclenché la grève le 6 septembre. Ces membres sont les travailleurs de l’énergie les moins bien payés de l’Ontario et ils sont bien décidés à améliorer leur salaire, leurs avantages sociaux et leurs conditions de travail.

Nous avons continué à décrocher des règlements partout au Canada grâce à la mobilisation des membres et aux efforts déployés tant par nos conseillers syndicaux que par les membres des comités de négociation.

Au milieu de toute cette effervescence, nous avons poursuivi les préparatifs pour notre 23e congrès national qui aura lieu à Toronto du 15 au 19 octobre 2007. Ce sera sans le plus grand et, nous l’espérons, le meilleur congrès de l’histoire du SCFP. Nous espérons que votre section locale assistera à cette rencontre où nous définirons les politiques et l’orientation du syndicat pour les deux prochaines années.

Le présent rapport vise à présenter les faits saillants de ce qui s’est passé dans notre syndicat au cours des derniers mois. Comme toujours, je ne peux pas rendre compte de tout, mais vous constaterez que le niveau d’activité très élevé reflète l’engagement de nos membres et de nos conseillers, et je vous en remercie.

1.  Grèves et lock-outs

 PROVINCE Section locale  EMPLOYEUR  Nbre de MEMBRES   Début de la grève DURÉE 
Québec   1450 Journal de Québec   75 22 avril 2007   
Québec  1872  Journal de Québec  112 22 avril 2007  
Québec   2808  Journal de Québec  74 22 avril 2007  
 C.-B.  389  Ville de Vancouver  675 20 juillet 2007  18 jours
 C.-B.  1004 Ville de Vancouver  1 810 20 juillet 2007   
 C.-B.  15  Ville de Vancouver  2,700 23 juillet 2007   
 C.-B.  391  Bibliothèque publique de Vancouver  770 26 juillet 2007   
 Ontario  2424  Université Carleton  700 5 sept. 2007  
 Ontario  1536  Hearst Power Distribution  3 6 sept. 2007   

 

2.  Le Groupe de travail national sur la participation des femmes

Le Groupe de travail national sur la participation des femmes a tenu une réunion de deux jours, les 6 et 7 septembre, à Ottawa.

Les membres ont rendu compte du travail accompli au cours des derniers mois, ont révisé le rapport que présentera le GTNPF au congrès et fait leurs derniers commentaires, et ont discuté de leur vidéo et des exposés qu’elles présenteront.

Une partie importante de la réunion a porté sur l’élaboration de stratégies et sur la préparation de l’appui aux recommandations contenues dans le Plan d’action pluriannuel, qui sera présenté dans le cadre des résolutions au congrès, de même que les recommandations structurelles qui accroîtront et consolideront la participation des femmes à notre syndicat.

Cette réunion était la dernière du GTNPF. Depuis deux ans, les membres ont partagé de nombreuses expériences et tissé entre elles des liens étroits. Elles ont profité de l’évaluation du travail du Groupe pour présenter des commentaires qui venaient du fond du cœur.

Sur une note personnelle, je tiens à exprimer mes remerciements et mon appréciation sincères à toutes les membres et aux conseillères qui ont siégé au Groupe de travail national sur la participation des femmes pour leur travail et leur détermination à accroître le rôle des femmes à toutes les instances de notre syndicat.

3.  Scène fédérale

Le 22 août, le premier ministre Stephen Harper a rencontré le président américain George Bush et le président mexicain Felipe Calderón pour poursuivre les discussions sur leur projet d’harmonisation, le Partenariat sur la sécurité et la prospérité (PSP). Les syndicats et les groupes communautaires se sont joints au Conseil des Canadiens pour manifester paisiblement contre l’absence de transparence et de discussion publique sur ces changements significatifs imposés à la souveraineté de notre pays.

La plupart d’entre vous aurez sans doute vu le désormais tristement célèbre vidéo sur « You Tube », montrant les agitateurs de la police à Montebello. Sinon, vous pouvez le voir sur www.scfp.ca dans notre communiqué de presse du 24 août « Provocateurs à la Sûreté du Québec : il faut une enquête publique et indépendante ». Le SCFP a exigé la tenue d’une enquête publique sur l’incident pour savoir qui avait donné l’ordre aux policiers d’agir ainsi.

Plus tôt cette semaine-là, le SCFP s’était joint à des représentants des grands syndicats du secteur de l’énergie du Canada, du Mexique et des États-Unis à Montréal pour dénoncer le PSP. Avec la déréglementation et la privatisation, et en donnant aux É.-U. un droit de veto sur les ressources énergétiques du continent, le PSP fera grimper les prix et baisser les salaires, tout en enfonçant le dernier clou dans le cercueil du protocole de Kyoto. Comme dans beaucoup d’autres secteurs, en perdant leurs véritables mécanismes de contrôle public, les pays perdront aussi leur souveraineté.

Le gouvernement fédéral a reporté la session d’automne à la mi-octobre. Nous avons amorcé le travail sur les consultations prébudgétaires, mais nos positions devront sans doute être modifiées, car un nouveau discours du Trône est attendu.

4.  Fédération canadienne des municipalités (FCM)

Depuis quelques années, nous avons intensifié notre travail avec la FCM. Ce groupe de coordination représente plus d’un millier de villes et de villages. Dans le secteur des municipalités, nous comptons autour de 150 000 membres. Nous avons participé au congrès annuel de la FCM, en plus de partager avec l’organisation notre travail de recherche sur les PPP.

Cette dernière initiative a commencé à porter fruit. À la fin d’août, la FCM a publié une étude commandée au professeur Pierre Hamel de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) de l’Université du Québec.

Voici quelques-unes des conclusions du professeur Hamel sur les PPP:

  1. Rien n’indique que les PPP coûtent systématiquement moins cher ni n’offrent de meilleurs services que les projets publics classiques.
  2. Les PPP n’offrent pas aux municipalités de solution magique au problème de financement de leurs infrastructures. Seul un investissement public important et soutenu répondra à nos besoins en matière d’infrastructure.
  3. Les PPP laissent au secteur privé la responsabilité d’assumer le financement des projets, même si le financement municipal conventionnel est simple, relativement facile et, surtout, bien meilleur marché que celui du secteur privé.
  4. Les PPP sont habituellement utilisés pour la construction de nouveaux projets, qui sont souvent plus attirants pour les investisseurs potentiels du secteur privé. Ils sont donc peu efficaces pour résoudre le problème plus pressant du financement des réparations et de l’entretien de l’infrastructure existante.

L’étude conclut également ce qui suit :

  • En comptant trop sur les PPP, les municipalités pourraient perdre leur capacité à gérer elles-mêmes des projets publics, limitant ainsi l’ampleur des possibilités offertes aux administrations locales à l’avenir.
  • Les ententes de PPP à long terme, qui empêchent souvent l’accès public aux renseignements exclusifs et confient la gestion quotidienne des services publics à des intérêts privés pendant des périodes de 20 à 30 ans, peuvent réduire la marge de manœuvre, la transparence et l’obligation de rendre compte des administrations locales.

Nous distribuerons le rapport complet aux sections locales municipales en les invitant à le partager avec leurs conseils municipaux respectifs. Je tiens à remercier le personnel de notre Service de la recherche national qui n’a pas ménagé ses efforts pour influencer la recherche sur les PPP au sein de la FCM.

5.  Conseil de la Fédération – Conférence des premiers ministres

Le Conseil de la Fédération rassemble chaque été les premiers ministres provinciaux qui échangent leurs points de vue sur des enjeux comme le changement climatique, l’efficacité énergétique et le commerce. Cette année, ils se sont rencontrés à Moncton, au Nouveau-Brunswick, les 9 et 10 août.

La Fédération du travail du Nouveau-Brunswick a organisé un rassemblement de 24 heures, qu’elle a intitulé « veillée à la chandelle de 24 heures », devant le lieu de réunion du Conseil de la Fédération. Le but de l’activité était d’attirer l’attention sur les enjeux qui préoccupent les familles des travailleurs dans les régions des Maritimes et de l’Atlantique – la vente à rabais de nos matières premières que les accords de commerce comme Atlantica favoriseront, la perte des emplois dans le secteur manufacturier et la décimation de collectivités entières, et l’importance de la santé.

Malgré la pluie qui a tombé en trombes pendant la majeure partie des 24 heures, le rassemblement a connu un vif succès et un grand nombre de leaders et de participants s’y sont retrouvés. Drapeaux et bannières en mains, les membres du SCFP et d’autres syndicats ont assuré chacun leur tour une présence à cette activité d’une journée complète. Des rencontres d’information et des ateliers ont eu lieu sous une immense tente.

Pendant que je me trouvais à Moncton, j’en ai profité pour rencontrer les 25 jeunes qui participaient au camp d’été des jeunes de la Fédération du travail du Nouveau-Brunswick (et je suis fier de souligner de 12 d’entre eux venaient de familles du SCFP!). Le confrère Légère et moi les avons invités au rassemblement de 24 heures en leur demandant d’y apporter des affiches colorées qu’ils avaient eux-mêmes confectionnées. Leur présence a rehaussé et modifié toute la dynamique de l’activité!

De plus, la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers a tenu une conférence d’une journée sur les soins de santé, juste avant la réunion des premiers ministres. Les dirigeants et le personnel du SCFP y ont participé.

6.  Congrès du NEHAWU

J’ai eu le privilège d’assister au congrès du NEHAWU, en Afrique du Sud, où quelque 500 délégués de notre syndicat affilié se sont réunis.

Le NEHAWU représente un peu plus de 200 000 travailleurs de l’éducation et de la santé. Le syndicat a été formé en 1987 et le SCFP entretient des relations fraternelles étroites avec le NEHAWU depuis 1988.

Voici quelques faits saillants du congrès :

  • Le NEHAWU, avec 10 autres syndicats du secteur public, venait de terminer une période de grèves tournantes de 27 jours à l’ouverture du congrès. Environ 1 million de travailleurs ont participé à des moyens d’action au travail.
    Le niveau de coordination et de coopération entre les syndicats était vraiment extraordinaire et les syndicats ont réussi à faire bouger les gouvernements sur la question des salaires de façon significative.
  • Le NEHAWU, par l’entremise du Congrès des syndicats d’Afrique du Sud (COSATU), est étroitement lié au Congrès national africain (ANC) qui détient le pouvoir depuis la fin de l’apartheid, il y a 13 ans. L’ANC conserve le pouvoir grâce à une coalition du COSATU et du Parti communiste d’Afrique du Sud (SACP). La coalition, bien que parfois tendue, est très solide.
    Le chef intérimaire de l’ANC, Jacob Zuma, a pris la parole au congrès du NEHAWU. Il est un candidat sérieux pour remplacer le président Thabo Mbeki à la tête de l’ANC (la constitution sud-africaine impose une limite de deux mandats aux présidents). Zuma jouit d’un grand soutien dans le mouvement syndical et sa présence au congrès a suscité un accueil bruyant et enthousiaste.
  • Le débat au congrès était passionné et très différent de ceux des congrès des syndicats canadiens. Les dirigeants présentent des résolutions qui ont été débattues en ateliers et un porte-parole de chacune des neuf régions défend ses résolutions (s’il le souhaite). Les dirigeants écoutent le débat et annoncent le point de vue qui fait consensus pour adoption.
    Les principaux enjeux débattus ont été la privatisation, les questions internationales, l’équité salariale et l’action politique.
  • Des invités internationaux d’environ douze pays étaient présents. J’ai été invité à transmettre les salutations du SCFP. En me présentant, le président du NEHAWU a remercié le SCFP de soutenir son syndicat depuis de nombreuses années, et a mentionné ente autres nos lettres d’appui à la grève de mai et juin.

L’Afrique du Sud a réalisé d’énormes progrès en 13 ans, mais il reste de nombreux défis à relever. La pandémie de sida est immense et omniprésente. Mais, par rapport à mon dernier voyage en Afrique du Sud, en 2003, j’ai constaté plus d’ouverture sur la question du sida au NEHAWU, qui a tenu une émouvante cérémonie à la chandelle pendant son congrès. Je leur ai offert un drapeau du SCFP et un encadrement de notre affiche du Groupe de travail national sur la participation des femmes. Notre message « Les femmes : une force du syndicat » a été chaleureusement reçu.

Le mouvement syndical sud-africain est fort et militant. Ses membres apprécient leurs relations avec les syndicats d’autres pays et les liens que nous entretenons avec le NEHAWU sont importants pour notre syndicat.

J’ai publié des blogues quotidiens depuis l’Afrique du Sud (que vous pouvez retrouver sur notre site Web national).

7.  Recrutement

Même si l’été est habituellement plus tranquille sur le front du recrutement, chaque région a poursuivi les campagnes amorcées et la planification des activités futures.

La Direction de l’organisation et des services régionaux a commencé à réviser le module de formation des membres-organisateurs qui devrait être terminé au début de 2008.

Dans la Région de l’Atlantique, des organisateurs temporaires commencent en septembre à évaluer le potentiel et le travail à faire dans certains projets viables. Les militantes du SCFP se sont réunies à Halifax avant la Conférence nationale sur les services de garde à l’enfance. Le SCFP avait un stand à la conférence et y a distribué de la documentation. En parallèle, des organisatrices du secteur des garderies de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et de la Nouvelle-Écosse se sont réunies pendant une journée pour élaborer des stratégies et échanger de l’information. Nous attendons présentement le résultat du vote tenu à la Société d’aide à l’enfance de Cap-Breton.

Nous cherchons à faire accréditer 100 employés à la Régie du logement de Cap-Breton. Une date d’audition a été fixée au 13 novembre. Nous attendons aussi des nouvelles du Conseil du travail de la Nouvelle-Écosse au sujet des superviseurs du Centre de l’enfance St. Joseph et nous avons présenté une demande d’accréditation au Conseil du travail de Terre-Neuve visant 38 travailleurs des services sociaux à la Société John-Howard.

Les votes d’allégeance proposés dans le secteur de la santé ont maintenant été confirmés et le processus suit son cours.

Les comités de recrutement continuent de se réunir et d’établir des objectifs dans la Région des Maritimes. Au Nouveau-Brunswick, quelques campagnes de recrutement ciblées sont en cours, dont certaines ont été rejetées par la Commission du travail et de l’emploi. Notre demande d’accréditation a été acceptée au foyer de soins infirmiers Dr. V.A. Snow (environ 60 employés), au foyer Westford (environ 30 employés) et aux 11 foyers de soins infirmiers qui ne sont pas en négociation dans la province. Nous avons donc accueilli 130 nouveaux membres.

D’autres projets de recrutement divers sont en cours.

Dans la Région du Québec, nous avons décroché une importante victoire à l’AMF (Autorité des marchés financiers), grâce à laquelle nous représenterons dorénavant 200 employés additionnels. Nous avons également entrepris une campagne visant à syndiquer les structures de supervision au Casino de Montréal.

En juillet, nous avons réussi à empêcher une tentative de maraudage à la société Six Flags du parc d’attractions de La Ronde. En outre, nous avons infligé une défaite cuisante à la FISA (Fédération indépendante des syndicats autonomes) qui tentait de ramener dans ses rangs les cols bleus de Lévis.

Dans la Région de l’Ontario, nous avons beaucoup travaillé dans le secteur des CASC en menant de nombreuses campagnes.

En outre, le recrutement dans le secteur des garderies a occupé une place importante et de nombreuses rencontres ont eu lieu. Une demande d’accréditation a été amorcée pour la garderie Harrow Day Care et le vote, que nous avons remporté, a eu lieu le 23 août (12 membres). Les dispositions préliminaires ont été prises pour organiser une Journée de formation continue en octobre dans le cadre de la Journée d’appréciation des services de garde. Dans les régions d’Ottawa et de Kawartha Lakes, nous avons posté des affiches et des brochures pour annoncer notre assemblée d’information. D’autres initiatives ont été entreprises dans la région de Toronto.

Les possibilités de recrutement dans la Région du Manitoba cet automne semblent bonnes. Les efforts porteront surtout sur les services sociaux. Nous prévoyons également poursuivre le travail sur les problèmes communs des aides-enseignants. Le secteur municipal semble aussi prometteur, de même que celui du transport aérien.

La Région de la Saskatchewan poursuit ses discussions avec divers groupes et continue de recruter selon les appels reçus.

Dans la Région de l’Alberta, un certain nombre de projets de recrutement sont en cours. Il y a aussi une possibilité de maraudage et de perte de membres dans d’autres secteurs, et les membres et le personnel du SCFP doivent faire preuve d’une vigilance constante.

Dans la Région de la Colombie-Britannique, un vote d’accréditation réussi a eu lieu en juillet à l’Association canadienne pour la santé mentale. Parmi les autres accréditations en cours, on peut mentionner le Leisure Recreating Group (Chilliwack), avec environ 70 employés. En outre, d’autres projets dans les garderies, chez les Premières Nations et d’autres lieux de travail repérés sont en cours.

8. Faits saillants dans les régions

Transport aérien

Après douze journées consécutives de négociations et un an jour pour jour après le début des négociations, notre section locale 4044 du SCFP a conclu un accord de principe avec Canjet à Halifax. Cette première convention collective comprend des hausses salariales, une bonification des conditions de travail et la reconnaissance syndicale.

Syndicat des employés d’hôpitaux (SEH)

Au début de septembre, le SEH et d’autres syndicats du secteur de la santé ont rencontré des représentants du gouvernement provincial pour discuter des répercussions de l’arrêt-clé de la Cour suprême du Canada de cet été déclarant inconstitutionnelle une partie de la loi 29. C’est cette loi qui avait aboli les protections incluses dans les conventions collectives et qui avait éliminé des milliers d’emplois dans le secteur de la santé, majoritairement féminin. La Cour suprême a donné un an au gouvernement de la C.-B. pour répondre à la décision. Les syndicats et le gouvernement ont convenu d’amorcer les négociations dans ce dossier.

Colombie-Britannique

Les travailleurs municipaux de toute la province ont été pris par la surveillance, la préparation et le contrôle des mesures en cas d’inondation à la fin du printemps et au début de l’été. Nos membres des localités de Smithers à Delta, en passant par Fraser Valley, étaient déployés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans certains cas. Grâce à leur dévouement et à leurs compétences, des milliers de citoyens et leurs biens ont été protégés. Encore une fois, le secteur public livre la marchandise!

Comme je le disais au début du présent rapport, l’été a été long et frustrant aux piquets de grève. On s’attendait à ce que les négociations municipales dans le Lower Mainland soient difficiles, mais partout, sauf à la Ville de Vancouver, l’employeur s’est au moins présenté à la table des négociations! La section locale 15 (cols blancs de la Ville de Vancouver), la section locale 391 (bibliothèque publique de Vancouver) et la section locale 1004 (cols bleus de la Ville de Vancouver) se butent toujours au refus de la Ville de s’asseoir à la table. Les représentants de la Ville semblent croire qu’ils arriveront à briser les syndicats et à remporter la bataille grâce aux médias. Ils ne se rendent pas compte de la puissance du SCFP!

Douze autres sections locales du SCFP dans le Lower Mainland ont obtenu des règlements cet été, et une seule a dû faire la grève. La section locale 389 a conclu un accord après 18 jours de grève.

Les prochains qui défendront l’équité salariale sont les membres de la section locale 410 – bibliothèque publique du Grand Victoria. Ils exigent que l’employeur respecte une promesse faite il y a dix ans, c’est-à-dire de verser à ses salariés les mêmes salaires que reçoivent d’autres employés municipaux effectuant un travail comparable. Voyez leur projet « Overdue » à www.overduepromise.ca

Alberta

Les paramédics de Calgary (section locale 3421 du SCFP) ont donné à leur équipe de négociation un incroyable mandat de grève de 99 % et ont signifié un avis de grève au 26 juillet. Le principal point en litige était la question des salaires, qui sont inférieurs à ceux versés pour un travail comparable à la Ville de Calgary. À la veille du déclenchement de la grève, le gouvernement provincial a ordonné la tenue d’un tribunal d’urgence publique (Public Emergency Tribunal), qui a retiré aux membres leur droit de grève et qui renvoie le conflit en arbitrage exécutoire.

Les travailleurs des soins de longue durée de cinq établissements d’Extendicare ont ratifié un accord qui tente de répondre à de sérieux problèmes de recrutement. Toutefois, dans l’économie prospère de l’Alberta et avec la réticence du gouvernement provincial à revoir les soins de longue durée, les membres du SCFP de ce secteur devront poursuivre leur lutte pour améliorer leurs conditions de travail.

La bataille contre les PPP continue en Alberta, la dernière lutte entreprise étant celle de la Ville de Taber. La section locale 2038 du SCFP mène une campagne de sensibilisation qui comprend des placards, des assemblées publiques, des publicités et du lobbying des élus municipaux qui devront faire face aux électeurs le 15 octobre.

Saskatchewan

Grâce au dur travail de lobbying entrepris par les militants du SCFP et leurs partenaires de coalition, l’ACIMMO n’est pas prêt de voir le jour en Saskatchewan. Le gouvernement néo-démocrate de la Saskatchewan a annoncé en juillet que l’Accord sur le commerce, l’investissement et la mobilité de la main-d’œuvre ne sert qu’à protéger les droits des entreprises et n’est pas dans l’intérêt des collectivités.

Manitoba

Les négociations intenses continuent de donner de bons résultats. Les membres du centre de la petite enfance de Nor’West à Winnipeg ont obtenu une entente de quatre ans qui accroît leurs salaires et leurs avantages sociaux.

Le maire Sam de Vancouver s’en prend à nos membres dans cette ville, et le maire Sam de Winnipeg en fait autant. Sam Katz a l’intention de modifier le système fiscal pour refiler aux propriétaires de maisons le fardeau des taxes des entreprises. Il compte compenser cette diminution des revenus en réduisant la taille du secteur public. La section locale 500 du SCFP a entrepris une campagne de sensibilisation publique et de mobilisation de ses membres qui mettra la table pour une difficile ronde de négociations au début de 2008.

Ontario

Les dirigeants et le personnel du SCFP-Ontario ont activement participé aux pressions exercées sur le gouvernement de l’Ontario, et plus particulièrement sur le ministère de l’Éducation, pour corriger une très mauvaise formule de financement qui ne reconnaît pas l’importance et la contribution des travailleurs de soutien en éducation. En conséquence, le ministère de l’Éducation a créé un Groupe consultatif des travailleurs de soutien, dans lequel le SCFP jouera un rôle actif. En outre, un financement additionnel de plus de 300 millions de dollars a été annoncé.

En prévision des élections provinciales du 10 octobre, la division de l’Ontario a élaboré, avec les membres du personnel, une stratégie complète pour assurer un soutien maximum au NPD. Nous sommes honorés que huit membres du SCFP soient candidats néo-démocrates aux élections. Toutes nos félicitations à ces membres.

Le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO) lancera sa campagne « Preventable Deaths » (des décès évitables) pour empêcher la sous-traitance au secteur privé de services de base comme l’entretien ménager.

Québec

Une importante réflexion est en cours sur la réforme du régime de négociations dans l’ensemble du secteur public. Elle est menée avec les autres syndicats de la FTQ.

Le conseil d’agglomération de Montréal a produit un plan de transport qui mise notamment sur de nouveaux modes de transport (tramways, transport léger sur rail), ce qui favorisera la privatisation d’une partie importante du transport urbain dans la grande région montréalaise. Le SCFP et ses sections locales, en collaboration avec la FTQ, rédigent un mémoire en faveur d’un transport péri-urbain qui prendra en compte les besoins sociaux, économiques et environnementaux et qui exclura nécessairement toute forme de privatisation du transport en commun.

Les sections locales 301 et 429 (Montréal) sont déjà engagées dans de nombreuses négociations avec les villes défusionnées et les sociétés paramunicipales. Ce sont les premières négociations depuis la fin de la saga des fusions-défusions sur l’île de Montréal et depuis la tristement célèbre sentence de l’arbitre Lavoie qui disposait de la convention collective des cols bleus de Montréal.

Nouveau-Brunswick

Les audiences ont commencé sur la contestation judiciaire entreprise par le SCFP du Nouveau-Brunswick et ses partenaires de coalition du secteur public. La coalition fait valoir son argument sur le droit d’association et de négociation collective pour les employés occasionnels. Le juge présidant a demandé aux parties de présenter des arguments sur le récent arrêt de la Cour suprême du Canada sur la loi 29 dans le secteur de la santé en Colombie-Britannique, la dernière décision de la Cour en faveur de la libre négociation collective. Vous vous souviendrez que c’est notre syndicat de la santé en Colombie-Britannique (SEH) qui a attaché le grelot dans ce dossier.

Le SCFP sera devant un tribunal du Nouveau-Brunswick le 17 septembre pour soutenir que la décision du conseil municipal de Sackville de privatiser ses installations de traitement des eaux usées contrevient aux lois sur les municipalités de la province. Le SCFP fera valoir que la décision de privatiser le système d’eau de la ville a été prise en secret et sans consultation publique.

Nouvelle-Écosse

Le gouvernement MacDonald a l’intention de retirer leur droit de grève à quelque 32 000 travailleurs de la santé et des services communautaire pour le remplacer par le recours à l’arbitrage. Mais le SCFP et six autres syndicats de la Nouvelle-Écosse ont formé une coalition pour assurer le maintien de l’élément essentiel de la libre négociation collective, c’est-à-dire le droit de grève. La coalition a entrepris une grande campagne publique le week-end de la fête du Travail.

Le SCFP de la Nouvelle-Écosse a joué un rôle important à la conférence annuelle de la Fédération canadienne des services de garde à l’enfance en juin. Notre Groupe de travail national de la garde à l’enfance, de même que des militantes locales, ont participé à l’événement. Le SCFP y a tenu un stand d’information rempli de documents à distribuer pendant tout le week-end.

Une commission d’examen des besoins spéciaux, dirigée par le ministère de l’Éducation, a accepté la recommandation du SCFP qui proposait d’éliminer graduellement les prétendus « Tuition Support Agreements » (ententes sur le soutien aux droits de scolarité). Nous affirmions que ces ententes équivalaient à des « bons d’étude ». Dans son rapport, la commission concluait que les directions de l’éducation devaient continuer d’adhérer au principe de la prestation de services à tous les élèves dans le système public d’enseignement.

Île-du-Prince-Édouard

Le SCFP de l’Î.-P.-É. poursuit ses efforts de lobbying auprès du gouvernement pour conserver les écoles rurales, qui font partie intégrante des localités de l’île. En outre, les membres des exécutifs des sections locales des conseils scolaires de l’île et la division ont élaboré des plans incluant une large coalition de militants communautaires pour lutter contre toute fermeture d’écoles rurales.

Terre-Neuve-et-Labrador

Le SCFP de Terre-Neuve s’est joint à Oxfam pour organiser une activité interactive et dynamique au port de St-John’s dans le but de souligner que nous en sommes arrivés au point médian de la période fixée par les Nations Unies pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). L’activité, qui a suscité une bonne couverture médiatique, était conçue pour rappeler au public les huit objectifs assortis d’une échéance qui doivent éliminer la pauvreté et la faim extrêmes d’ici 2015.

Le SCFP participe à un effort conjoint des gouvernements, des entreprises et des syndicats pour examiner la législation provinciale en matière de négociation collective.

9. Retraites

Je tiens à remercier, pour leur dévouement indéfectible envers notre syndicat, les membres du personnel suivants qui ont annoncé leur retraite. Nous leur souhaitons une longue et heureuse retraite et, encore une fois, nous les remercions.

La consœur Lorraine Sigurdson, bureau régional du Manitoba, 1er juillet 2007
Le confrère Peter Barnacle, bureau régional de la Saskatchewan, 1er août 2007
La consœur Aurore Proulx, bureau de Rimouski, 1er octobre 2007
Le confrère Al Ens, bureau de Fraser Valley, 1er janvier 2008
La consœur Sherry Neis, bureau de Calgary, 1er janvier 2008
La consœur Jeanne Cazabon, bureau régional du Québec, 1er février 2008
La consœur Suzanne Léger, bureau régional de l’Ontario, 1er mars 2008

10. In memoriam

Au nom de chacune et chacun d’entre vous, nous avons offert nos condoléances aux familles des membres du SCFP qui ont perdu la vie au travail cet été.

Richard Gallant, travailleur de la voirie depuis longtemps et membre de la section locale 1190 du SCFP, a été tué à Moncton, au Nouveau-Brunswick, lorsqu’un semi-remorque a frappé le lieu de travail de son équipe.

À Winnipeg, au Manitoba, Douglas Prysiazniuk, 36 ans, membre de la section locale 500 du SCFP, a succombé aux blessures qu’il a subies le 24 août lorsqu’il s’est retrouvé coincé entre la benne du camion-grue dans lequel il se trouvait et une poutre de pont.

Les deux sections locales ont offert leur soutien aux familles et participeront aux enquêtes qui seront menées pour déterminer les causes de ces décès inutiles et malheureux.

Il est toujours triste de devoir signaler le décès de membres de notre famille du SCFP. Je sais que vous vous joindrez à moi pour offrir vos sympathies à la famille de la consœur Sandra MacLean (retraitée), morte le 6 juillet 2007.

11. Notes personnelles

Comme beaucoup d’entre vous le savez peut-être déjà, la consœur Donalda MacDonald, membre de longue date du Conseil exécutif national et présidente du SCFP de l’Î.-P.-É., mène présentement un combat contre le cancer. Au nom de l’ensemble de notre syndicat, je tiens à lui exprimer notre solidarité et à lui offrir nos prières au moment où elle s’apprête à entreprendre ses traitements. Donalda est un exemple pour nous et elle est une battante. Si vous voulez lui envoyer une carte ou lui écrire un courriel, voici ses coordonnées :

Donalda MacDonald
2820 Annandale Road, Route 310
P.O. Box 1481
MONTAGUE, PE C0A 1R0

Email: dmacdonald@cupe.ca

Le travail de notre syndicat est important, mais parfois, il faut un défi comme celui que doit relever Donalda pour nous obliger à prendre du recul et à reconnaître ce qui est vraiment important dans la vie. Avec notre appui, je sais que notre consœur se sentira plus forte. Je vous remercie à l’avance de lui faire parvenir vos souhaits.

J’ai eu le plaisir d’être à Kenora pour le pique-nique annuel de la fête du Travail. J’ai rencontré de nombreux retraités et membres du SCFP, dont la présidente du conseil régional de Kenora, la consœur Donna Wiebe. Je n’avais jamais dirigé une course de menés pour enfants, mais je me suis beaucoup amusé.

Le jour de la fête du Travail, notre message portait sur la défense des collectivités partout au Canada. Dans les grandes villes comme dans les petits villages. Nos services contribuent grandement au développement du genre de collectivités que nous voulons pour tous les citoyens. À vous, les membres de notre direction, et aux membres de notre personnel, je dis merci pour votre militantisme en faveur de collectivités dynamiques dans toutes les régions du Canada.

J’espère vous voir à Toronto en octobre.

En toute solidarité,

Le président national,

PAUL MOIST

:nr/sepb 49