Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les services de nettoyage continueront à être fournis par le secteur public dans deux hôpitaux de la Colombie-Britannique, même si la construction, le financement et l’entretien des projets d’agrandissement de ces établissements seront proposés à une liste restreinte d’entreprises du secteur privé.

Plus de 250 bons emplois seront donc conservés aux hôpitaux Vernon Jubilee et Kelowna General.

Plus tôt cette année, les documents d’acquisition du projet prévoyaient la possibilité de privatiser les services d’entretien ménager hospitalier et d’entretien des installations des deux établissements dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP).

Mais dans la Demande de proposition (DP) émise hier par la régie de la santé et la province, l’entretien ménager de l’hôpital a été exclu du projet. De fait, l’actuel effectif d’entretien ménager sera accru afin de nettoyer aussi les nouveaux édifices.

« En cette époque de superbactéries, l’entretien ménager de l’hôpital revêt une importance critique pour la santé et la sécurité des patients et des travailleurs », déclare Judy Darcy, secrétaire et agente syndicale du Syndicat des employés d’hôpitaux (SCFP).

« La régie de la santé a fait preuve de prudence en décidant de garder ces travailleurs de l’entretien compétents et expérimentés. Cette décision sera bénéfique pour les patients de l’Okanagan, maintenant et à long terme. »

Mme Darcy soutient que la proposition de projet comprend la possibilité de privatiser le travail d’environ 50 travailleurs des métiers et de l’entretien.

« Bien sûr, nous sommes déçus que ces travailleurs compétents et chevronnés n’aient pas été exclus de la DP, mais nous espérons convaincre la régie de changer d’idée au cours du processus d’acquisition. »

En mai, une délégation du SEH formée de travailleurs de la santé des premières lignes a rencontré le conseil d’administration de la régie pour faire valoir l’importance de garder les services « à l’interne ». Les travailleurs ont mentionné entre autres l’appauvrissement des normes, le roulement de personnel élevé et la perte de travailleurs d’expérience dans les hôpitaux qui avaient privatisé les services.

Un sondage publié par le SEH en juin montrait que les deux tiers des résidents de Kelowna et de Vernon s’opposent à la privatisation de ces services.