Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Un nouveau rapport se penche sur l’état de l’eau à Cochabamba en Colombie, 7 ans après que des milliers de résidents soient descendus dans les rues pour protester contre la prise de contrôle de leur système d’eau par une filiale du géant américain Bechtel.

Le 10 avril 2000, les dirigeants de Bechtel ont dû fuir la ville et le système d’eau a été retourné au secteur public. La révolte de l’eau de Cochabamba est rapidement devenue une légende mondiale – mais personne n’a fait de suivi. Qu’est-ce que cette révolte a véritablement signifié pour la population et sa soif d’une eau propre et abordable ?

The Democracy Center, une ONG américaine était sur place en 2000 et elle est demeurée au centre de la lutte pour l’eau depuis tout ce temps. Le dernier mémoire du centre jette un regard sans complaisance sur les événements d’avril 2000. Le mémoire est un chapitre sur la révolte de l’eau tiré d’un livre à paraître du centre : Dignity and Defiance – Stories from Bolivia’s Challenge to Globalization.(Dignité et désobéissance – Histoires de la résistance de la Bolivie contre la mondialisation).

Le mémoire peut être téléchargé à l’adresse suivante : [http://democracyctr.org/bolivia/documents/semapa_brief.htm].