Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

C’est déjà lundi prochain, le 20 août, que vont se réunir les dirigeants des États-Unis, du Canada et du Mexique à Montebello, au Québec, à 75 km à l’est d’Ottawa, pour discuter du Partenariat pour la sécurité et la prospérité (PSP).

Cette entente fait craindre le pire pour nos ressources, notre environnement, nos normes et nos programmes sociaux, et c’est pourquoi une vaste coalition de la société civile dont fait partie le SCFP passe à l’action.

Le PSP, présenté comme l’extension de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), vise en fait à remodeler les institutions des trois pays pour augmenter les pouvoirs et les profits des multinationales, et à faire du Canada un grand réservoir d’eau et de pétrole à la merci de son gros voisin du sud. Ce n’est pas un hasard si seuls 30 représentants de la grande entreprise, 10 par pays, sont invités à rencontrer les trois dirigeants au Château Montebello, à huis clos et derrière des clôtures de 10 pieds. Les syndicats ainsi que les groupes communautaires, environnementaux ou de défense des droits de la personne sont mis complètement hors jeu par le PSP.

Ces forces vives mettent donc la touche finale aux nombreuses activités citoyennes qui vont démasquer et dénoncer le PSP. Samedi, des représentants de syndicats du secteur de l’énergie des trois pays vont se réunir à Montréal pour remettre en question le PSP et y répondre collectivement. Dimanche à 13 h, à Ottawa, un cortège pacifique et familial va se mettre en branle sur la Colline parlementaire,  jusqu’à l’ambassade des États-Unis. Puis, à 16 h, une grande assemblée publique à l’Université d’Ottawa va réunir des citoyens éminents des trois pays ainsi que des représentants de quatre partis d’opposition canadiens pour discuter des dangers du PSP. Le SCFP fait partie des organisateurs de ces deux événements.

Lundi sera la Journée nationale d’action contre le PSP, avec sur les lieux même du sommet une manifestation pacifique. À travers le pays, toute une série d’actions, de manifestations et de rassemblements sont à l’affiche; c’est l’heure de se faire entendre.