Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Politique énergétique : accès ou pillage

Deux groupes de gens se réuniront dans deux semaines au Québec afin de parler d’énergie, d’environnement et de sécurité. Les rencontres seront à des milles l’une de l’autre, au sens propre comme au sens figuré. D’un côté, les syndicats et les militants pour le commerce équitable se réuniront à Montréal et de l’autre côté, les ministres de l’énergie et les dirigeants canadiens, américains et mexicains se réuniront à Montebello.

La rencontre de Montebello sur le Partenariat pour la sécurité et la prospérité promet de porter entre autres sur la négociation d’un accès garanti aux ressources énergétiques, ce qui signifie la garantie que le Canada vendra aux États-Unis, qui manque de ressources, ses ressources énergétiques, peu importe qu’il en ait suffisamment ou non. Pendant ce temps, à Montréal, la réunion des syndicats et des organisations environnementales et de commerce équitable discuteront de conservation d’énergie, d’accès aux réserves d’énergie et d’énergie comme service public.

Le SCFP sera présent à la conférence populaire du secteur de l’énergie et à la manifestation d’opposition au PSP prévue sur la Colline du Parlement.

www.scfp.ca/energy/accessorplunder


Paul Moist se réjouit de la décision de la Saskatchewan d’ignorer l’ACCIMO

Le président national du SCFP, Paul Moist se réjouit de la décision du gouvernement de la Saskatchewan de ne pas s’intégrer à l’Accord sur le commerce, les investissements et la mobilité de la main-d’œuvre (ACCIMO).

L’accord – que seules la Colombie-Britannique et l’Alberta ont signé jusqu’à maintenant – donne aux entreprises le droit de poursuivre un gouvernement provincial ou municipal ou encore un conseil scolaire à propos de tout ce qu’un de ces gouvernements pourrait faire qui aurait pour conséquence d’influencer le marché.

Les tribunaux de l’ACCIMO – dont les délibérations se feront en privé – pourraient accorder jusqu’à 5 millions de dollars en dommages par infraction.

www.scfp.ca/trade/yougosask


Les problèmes de nos villes: Paul Moist répond à Terence Corcoran

Dans un article récemment publié à la une du National Post («Guess who’s running your city; CUPE›s power handcuffs mayors,» – « Devinez qui dirige votre ville ; le pouvoir du SCFP menotte les maires », 28 juillet). M. Corcoran tente de présenter un portrait fait de travailleurs continuellement en grève et de villes perpétuellement aux prises avec des conflits de travail. Pourtant, l’an dernier 955 contrats ont été négociés avec succès et seulement 6 sections locales du SCFP ont déclenché la grève.

La fable de M. Corcoran concernant des travailleurs municipaux de l’Ouest de Montréal – des membres du SCFP depuis 15 ans – qui auraient refusé de planter des fleurs est tout simplement fausse. Cette histoire a été communiquée aux médias par l’administration municipale avant même que les fleurs en question aient été livrées à la ville.

M. Corcoran a toutefois raison sur un point : le SCFP est le fer de lance de la lutte à la privatisation des services publics. Cette lutte est rude parce que les villes sont aux prises avec des crises budgétaires. Des crises qui ne sont pas le résultat des efforts du SCFP pour négocier des ententes équitables. Elles sont le fruit du délestage effectué par les gouvernements fédéral et provinciaux.

Des années de compressions et de sous-financement ont fait en sorte que le déficit en matière d’infrastructure au Canada est maintenant évalué à 100 milliards de dollars et il augmente d’au moins 2 milliards par année. Les conservateurs de Stephen Harper pensent que la solution est la privatisation. Ils affirment même, que les villes ne seront plus admissibles à recevoir du financement si elles ne sont pas en mesure de prouver qu’elles ont entrepris le dispendieux processus de préparation de propositions de PPP.

Mais les projets de PPP ne font rien économiser aux contribuables. Partout au Canada, les PPP ont donné des délais, des dépassements de coûts, des faillites, une perte de contrôle du public et des augmentations de coûts pour le public et le secteur public.

Les Canadiens – y compris les membres du SCFP – veulent, soutiennent et ont besoin des services publics. Et le SCFP est déterminé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que les Canadiens y aient accès. 

www.scfp.ca/municipalities/Our_cities_problems


Conseil aux négociateurs de Vancouver : après avoir reçu une offre, faites une contre-offre

Les travailleurs municipaux de Vancouver commencent à se demander si les négociateurs du bureau dirigé par Vancouver (Bureau des relations du travail du DRGV) ont manqué quelques-unes des leçons dispensées à l’école de la négociation collective. Ils ont donc décidé de publier un guide destiné à aider la ville à conclure une entente comme celles négociées par les villes de Delta, Surrey, Richmond et Burnaby.

Quelques points saillants :

Leçon n°1 : Lorsque deux parties sont engagées dans une négociation, la réponse appropriée au dépôt d’une offre est une CONTRE-OFFRE. Une négociation ça se fait à deux.

Leçon n°2 : Ne dites pas aux médias que vous ne présenterez pas de contre-offre. Les journalistes et le public se demandent alors pourquoi vous ne négociez pas quand des milliers de personnes sont sans services municipaux.

Leçon n°3 : Une offre bonifiée est une offre qui tient véritablement compte des préoccupations exprimées par l’autre partie.

Pour en savoir plus, consultez n’importe quel expert en relations de travail de la planète.

www.fairnessforcivicworkers.ca/news.


L’InfoXPress par courriel !

Saviez-vous que vous pouvez recevoir l’InfoXPress par courriel ? Pour s’inscrire à ce service, il suffit de faire parvenir un courriel à clandry@cupe.ca. Assurez-vous de mentionner votre nom, le numéro de votre section locale, votre adresse de courriel et votre province de résidence.


:jhm/sepb 491