Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les travailleurs municipaux de Peterborough, en Ontario, ont coupé l’herbe sous le pied aux promoteurs d’un projet de sous-traitance qui aurait obligé les contribuables à payer jusqu’à 67 000 $ pour des services de tonte de pelouse et de ramassage de petits déchets.

Les travailleurs, membres de la section locale 504 du SCFP, ont réagi rapidement lorsqu’ils ont vu la soumission élevée présentée pour le travail à la fin de mars. Ils ont fait leurs calculs et ont démontré que la ville pouvait ramener le travail à l’interne et ainsi économiser l’argent des contribuables. Ils ont dénoncé les estimations précédentes qui avaient gonflé le coût du rapatriement des services à l’interne.

Selon les calculs de la section locale, même si la ville achetait tous les véhicules pour faire le travail au lieu de les louer, le prix demeurerait significativement moins élevé que la soumission proposée par l’entrepreneur privé Town and Country. La direction estimait le coût du travail 1 524 $ l’acre – un montant beaucoup plus élevé que l’estimation la plus haute de 947,89 $ de la section locale. Il en résultera de toute façon des économies se situant entre 30 000 $ et 67 000 $ par année pour un contrat de deux ans.

Le conseil a accepté de confier aux cols bleus les tâches de tonte du gazon, d’ébranchage et de ramassage de petits déchets sur 229 acres dans divers parcs de la ville en 2008 et 2009. Le conseil avait d’abord approuvé un contrat de trois ans avec l’entrepreneur privé, puis il est revenu sur sa décision après avoir entendu les arguments du SCFP.

Town and Country, le seul soumissionnaire, fera le travail en 2007. Sa soumission de 95 383 $ de plus que prévu au budget, obligera la ville à piger dans un fonds de réserve.

La ville sous-traite l’entretien de 229 acres de terrains depuis sept ans, période pendant laquelle le personnel des travaux publics s’est occupé de 148 acres. La ville a dû aller en appel d’offres pour le travail lorsque le dernier sous-traitant a résilié un contrat de trois ans en décembre dernier.