Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le budget fédéral du gouvernement conservateur était rempli de mauvaises nouvelles pour l’eau et d’autres infrastructures publiques. Le budget défend la privatisation des projets municipaux d’infrastructure et crée une nouvelle agence fédérale pour faire la promotion des PPP.

Malgré les preuves écrasantes montrant que les PPP coûtent plus cher, sont moins efficaces et ne rendent de comptes qu’à leurs actionnaires, le budget fédéral institutionnalise la privatisation comme véhicule privilégié pour investir dans l’infrastructure.

Les municipalités et les provinces seront tenues de montrer qu’elles ont « étudié à fond » la possibilité de partenariats public-privé comme condition pour recevoir tout financement du nouveau « Fonds Chantier Canada » et du fonds d’infrastructure des portes d’entrée et passages frontaliers, qui totalisent 11 milliards de dollars sur 7 ans.

Le Fonds Chantier Canada ne contient aucun financement additionnel. Il n’est qu’un nouvel emballage du financement déjà prévu pour l’infrastructure. Le budget accordera également 25 millions de dollars au cours des cinq prochaines années à un nouveau bureau fédéral qui sera chargé de déterminer les possibilités de projets de PPP pour l’infrastructure et de les mettre en œuvre.

Et comme si ce n’était pas assez, les conservateurs de Stephen Harper créent un nouveau fonds pour les projets de PPP (partenariats public-privé) avec un nouveau financement de 1,25 milliard de dollars au cours des sept prochaines années. Son mandat sera essentiellement d’acheter les gouvernements pour les inciter à entreprendre des « projets novateurs de partenariats public-privé (PPP) » en assumant 25 pour cent de leur coût, « selon le critère du mérite ».

Paradoxalement, cette offre de financement reconnaît que les projets de PPP ont besoin d’incitatifs pour être acceptés. Le gouvernement fédéral compte consacrer plus de 1,25 milliard de dollars de fonds publics pour acheter les administrations locales et provinciales afin qu’elles privatisent les services publics.

Le budget prévoit également une prétendue « stratégie nationale sur l’eau ». Mais il ne suffit pas de donner le nom de stratégie à une idée pour qu’elle le devienne. Vous trouverez ici l’analyse complète du budget par le SCFP. Il y a aussi l’analyse des effets du budget sur l’infrastructure et l’eau.