Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le SCFP souligne le Mois de l’histoire des noirs

Février est le Mois de l’histoire des noirs. C’est l’occasion pour les membres des communautés noires de célébrer les contributions des Canadiens d’origine africaine à notre syndicat, à notre pays et à l’ensemble du monde. C’est aussi pour nous tous une excellente occasion d’apprendre et d’apprécier comment ces contributions ont enrichi notre société.

Cette année, afin de célébrer cet héritage africain, nous vous invitons à nous faire savoir ce que vous, votre section locale ou votre division faites pour souligner le Mois de l’histoire des noirs et ce que cet événement signifie pour vous. Faites-nous parvenir vos histoires et une description des activités que vous organisez par courriel à equality@cupe.ca. Nous les publierons sur le site Web du SCFP.

Le SCFP appuie la Journée d’action étudiante

La Fédération canadienne des étudiants est à rallier ses membres et ses alliés en vue d’une journée nationale d’action qui doit avoir lieu le 7 février.

« Le 7 février, nous demandons aux sections locales du SCFP d’accorder leur soutien à la Fédération canadienne des étudiants dans sa lutte visant à améliorer l’accès à l’éducation postsecondaire, a déclaré Paul Moist, président national du SCFP. L’augmentation des frais de scolarité est extrêmement préoccupante pour tous les membres du SCFP et leur famille. Pour les familles de travailleurs, l’augmentation des frais de scolarité est un obstacle à l’accès à l’éducation postsecondaire. Le problème est particulièrement aigu pour les milliers de membres du SCFP du secteur universitaire qui sont aussi des étudiants. L’augmentation des frais de scolarité a un prix : des baisses de salaire pour les chargés de cours, une augmentation des dépenses pour les familles de travailleurs et une augmentation de la dette que devront supporter leurs enfants. Les frais de scolarité sont des frais d’utilisateurs et ils constituent donc une autre forme de privatisation qui nuit à tous. Les universités doivent bénéficier d’un financement public plus important. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur reducetuitionfees.ca.

Harper n’est pas le seul à tergiverser dans le dossier des garderies

L’Action Coalition on Early Childhood Education and Care (ACECEC) (Coalition d’action pour l’éducation et les soins à la petite enfance) rapporte qu’en Nouvelle-Écosse, les mères de 86 000 enfants sont sur le marché du travail. Dans une province qui ne dispose que de 2 750 places en garderie subventionnées, l’annonce récente d’un ajout de 150 places supplémentaires ne constitue qu’une goutte d’eau dans l’océan.

Le président du SCFP-Nouvelle-Écosse, Danny Cavanaugh, dit : « Cette semaine, nous avons appris que le vérificateur général a dit au Comité des comptes publics que pas un sous des 20 millions versés par le fédéral pour les services de garde n’a encore été dépensé. C’est d’autant plus préoccupant que dans la plupart des centres, la liste d’attente s’allonge sur plusieurs pages et que les salaires versés aux éducatrices en garderie se situent à peine au-dessus du seuil de pauvreté. »

Vote de grève au Casino de Montréal

Les croupiers du Casino de Montréal, membres de la section locale 3939 du SCFP, ont voté à 99,5 % pour l’exercice de moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève générale. Ces moyens de pression seraient appliqués au moment jugé opportun par le comité de négociation. La convention collective des croupiers est échue depuis le 31 décembre dernier et une vingtaine de rencontres ont déjà eu lieu entre les parties. Le SCFP 3939 représente 625 employés réguliers du Casino et 200 occasionnels. Le principal litige concerne l’horaire de travail des employés.

Les adjoints à l’enseignement de Niagara réclament de l’action

Les adjoints à l’enseignement de la région de Niagara réclament des libéraux ontariens qu’ils fassent preuve d’un peu de prévoyance dans le budget provincial qui sera déposé au printemps. Le financement et les ressources consacrées à l’éducation spécialisée et aux mesures de soutien aux élèves ayant des besoins spéciaux doivent être significativement accrus. De plus, une attention particulière doit être accordée à faire en sorte que les adjoints à l’enseignement puissent exercer leur métier dans des lieux de travail sécuritaires.

Certains éléments essentiels ont été décrits lors d’une conférence de presse tenue cette semaine : une journée de travail écourtée, une diminution du nombre d’adjoints à l’enseignement dans les écoles, des charges de travail insoutenables et les besoins très élevés des élèves aux prises avec un handicap physique ou intellectuel très sérieux. Cette combinaison de facteurs a créé les conditions idéales pour que les adjoints à l’enseignement soient exposés aux blessures, à la violence, au stress et à l’épuisement professionnel.

Le SCFP demande aux libéraux de Dalton McGuinty de travailler avec lui en vue de trouver une solution à cette crise.

Demande d’audiences publiques sur une entente commerciale
« secrète »

Le SCFP réclame des audiences publiques sur le projet d’Entente sur le commerce, l’investissement et la mobilité de la main d’œuvre entre la Colombie-Britannique et l’Alberta. Cette entente mine la capacité des municipalités de prendre des décisions dans l’intérêt de la collectivité en leur retirant la compétence d’adopter toute décision pouvant entrer en conflit avec l’entente commerciale.

 

Selon cette entente, il ne devra subsister aucun obstacle au commerce, aux investissements et à la mobilité de la main d’œuvre. Les possibles obstacles qui devront être éliminés sont notamment : les programmes et règlements gouvernementaux qui restreignent ou nuisent à l’investissement, les règlements provinciaux qui diffèrent d’une province à l’autre et la mise en place par une province de nouvelles règles plus strictes et d’initiatives avec lesquelles l’autre province n’est pas d’accord.

Le président du SCFP-Colombie-Britannique, Barry O’Neill, a fait remarquer que jusqu’à maintenant, les consultations portant sur cette entente commerciale ont été menées exclusivement auprès de la communauté des affaires.

Créer de l’emploi chez-nous en ramenant le travail à l’interne

Le président du SCFP-Terre-Neuve et Labrador, Wayne Lucas, affirme que le gouvernement provincial pourrait sauver de l’argent et créer des emplois bien rémunérés s’il ramenait le travail d’entretien à l’interne.

 

M. Lucas cite en exemple les conseils scolaires affirmant : « En ayant recours à leurs propres hommes de métier au cours des dernières années, ils ont été en mesure de réaliser un plus grand nombre de grands travaux et ce, de façon plus efficace et plus économique. »

« La Société d’habitation de Terre-Neuve et Labrador a elle aussi recours à ses propres employés depuis de nombreuses années et elle va même jusqu’à commanditer ses employés afin qu’ils se remettent à niveau et obtiennent les qualifications nécessaires pour être en mesure d’effectuer leur travail. »

Conflit aux foyers Cheshire

Environ 35 travailleurs à l’emploi des foyers de groupe Cheshire, membres de la section locale 3207 du SCFP, ont débrayé vendredi dernier après que l’employeur ait refusé de bonifier son offre, une augmentation de salaire de seulement 2 %.

 

Pour qu’ils soient en mesure d’améliorer les salaires et les avantages sociaux de leurs employés, les foyers Cheshire ont reçu un financement additionnel de 97 000 $ du gouvernement provincial l’an dernier. Ce financement accru aurait dû représenter une augmentation de salaire d’environ 17 % pour les travailleurs dont le salaire de départ est de 8,55 $ l’heure.

La plupart des travailleurs en foyers de groupe ont touché cette augmentation, mais les foyers Cheshire de Regina affirment qu’ils ne peuvent se permettre d’accorder des augmentations supérieures à 2 %.

Conflit aux Frères des écoles chrétiennes de Laval au Québec

La charité chrétienne n’est plus ce qu’elle était. Le directeur de la Résidence des Frères des écoles chrétiennes, Robert Taillon, a congédié la nouvelle présidente du syndicat, Line Tremblay.

 

Élue en juin dernier, Mme Tremblay a immédiatement entrepris d’insuffler une nouvelle vie à son syndicat, ce qui a souverainement déplu au directeur qui était habitué à une approche différente. Depuis l’automne, il lui a imposé diverses pénalités qui ont toutes été contestées par le syndicat. Elle a par la suite été congédiée, sous prétexte qu’elle ne suivait pas son plan de travail et que des collègues se sont plaints de ses performances et de son inefficacité.

Un grief sera déposé sous peu. Le syndicat déposera aussi une plainte devant le Conseil des relations de travail pour congédiement pour activités syndicales.

L’InfoXpress par courriel

Saviez-vous que vous pouvez recevoir l’InfoXPress par courriel ? Pour s’inscrire à ce service, il suffit de faire parvenir un courriel à clandry@cupe.ca. Assurez-vous de mentionner votre nom, le numéro de votre section locale, votre adresse de courriel et votre province de résidence. Si vous receviez l’InfoXPress pas télécopieur, ajoutez aussi votre numéro de télécopieur de façon à ce que nous puissions retirer votre numéro de notre liste.