Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Justice pour une membre congédiée de Simon Fraser

Le SCFP a conclu en médiation une entente qui permettra la réintégration d’une employée congédiée de la Société étudiante de Simon Fraser. Elle obtiendra le versement de dommages et de la totalité du salaire perdu.

La médiation a été initiée à la suite d’un grief déposé par le syndicat lorsque Hattie Aitken, une employée de la société et la présidente de la section locale 5396 du SCFP a été congédiée en août 2006.

Les détails de l’entente sont confidentiels, mais dans le cadre de cette entente, la société étudiante de Simon Fraser a émis des excuses publiques pour « toute déclaration suggérant que Mme Aitken n’était pas honnête ou digne de confiance ou encore qu’elle avait conspiré avec d’autres contre les intérêts de Simon Fraser ou de ses membres ».

Des groupes exclus des audiences publiques sur les soins de longue durée en Ontario

Il y a 73 groupes ou individus préoccupés par les soins de longue durée en Ontario qui ne pourront obtenir le statut d’intervenant aux audiences publiques sur le projet de loi 140, la Loi sur les soins de longue durée proposée par le gouvernement.

Le SCFP-Ontario a appris que seulement 48 des 96 demandes d’intervention déposées dans le cadre des audiences qui auront lieu à Toronto les 16 et 17 janvier ont été acceptées. À Kingston, seuls 24 des 42 demandeurs seront entendus le 23 janvier et à London, ce sont 24 des 31 demandes qui seront entendues le 24 janvier.

« En démocratie il est tout à fait abusif de la part du gouvernement libéral de mettre un frein à la participation publique à la préparation de ce projet de loi. Si la loi devait être adoptée dans sa forme actuelle, elle aurait des conséquences importantes sur la façon dont les soins sont prodigués aux résidents », affirme le président du SCFP-Ontario, Sid Ryan.

Les conservateurs ont besoin de changer leur politique environnementale, pas de brasser les cartes

Le ministre fédéral de l’Environnement du gouvernement conservateur a peut-être changé, mais le Canada ne diminuera pas ses émissions de gaz à effet de serre si le premier ministre Stephen Harper n’effectue pas un virage important en matière de politique verte.

La semaine dernière, M. Harper a brassé les cartes, il a retiré son poste à la controversée Rona Ambrose et il l’a remplacée par l’ancien président du Conseil du Trésor, John Baird.

Si Mme Ambrose a mal joué son rôle, il faut se rappeler qu’elle lisait un scénario écrit par quelqu’un d’autre. La tendance bien connue de Stephen Harper à exercer un contrôle serré sur les dossiers de politique et de communication signifie que M. Baird devra jouer le même rôle.

Les pressions provenant du fait que le gouvernement est minoritaire et que les électeurs sont de plus en plus inquiets ont forcé M. Harper à admettre que les conservateurs ont manqué leur cible en matière d’environnement.

Une école pour les militants du SCFP-Terre-Neuve et Labrador

Le SCFP-Terre-Neuve et Labrador sera très occupé au cours des quatre prochains mois parce qu’il se consacrera à former ses dirigeants et ses militants dans les dossiers du milieu de travail et de la justice sociale. Ces cours seront offerts avec la collaboration de la Direction du développement syndical.

« Nous nous attendons à ce que plus de 200 militants participent à la formation sur les divers aspects de la vie au travail, formation qui leur permettra de devenir de meilleurs défenseurs des droits des travailleurs », a déclaré le président du SCFP-Terre-Neuve et Labrador, Wayne Lucas.

La FTQ présente ses priorités pour 2007

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) a présenté ses priorités pour l’année qui commence. Le SCFP est affilié à la FTQ au Québec.

Les principales priorités sont notamment une révision des négociations dans le secteur public, une amélioration de la santé et sécurité au travail et un sommet sur le secteur manufacturier.

Les travailleurs de la santé ont le droit de refuser un travail non sécuritaire

Dans la foulée du dépôt d’un rapport accablant sur la flambée de Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003 à Toronto, le SCFP affirme que les travailleurs de la santé de l’Ontario doivent avoir le droit de refuser d’effectuer un travail jugé dangereux.

Au cours de la crise du SRAS, 45 % des cas rapportés touchaient des travailleurs de première ligne des hôpitaux et des paramédics.

« Si les travailleurs de la santé avaient le même droit de refuser un travail non sécuritaire que les autres travailleurs ontariens, nous aurions été en mesure d’imposer l’utilisation du matériel de protection adéquat pendant la crise », a déclaré Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO/SCFP).

Le SCFP veut que le gouvernement ontarien amende la Loi sur la santé et sécurité au travail de façon à accorder aux travailleurs de la santé le droit de refuser un travail non sécuritaire. Nous demandons aussi une réforme en profondeur du système entourant le Comité mixte de la santé et sécurité au travail et des pouvoirs du ministère du Travail en matière d’application de la loi.

Entrevue avec un webmestre primé du SCFP

Une entrevue avec le webmestre du SCFP, Chris Lawson, est maintenant en ligne sur le site Radio LabourStart. Vous pouvez l’écouter parler de campagnes en ligne, de gestion de contenu et plus encore. Le SCFP a été deux fois lauréat du Prix du site Web syndical de l’année.

Cette entrevue est aussi disponible en baladodiffusion. Pour vous inscrire, rendez-vous sur iTunes et faites une recherche sur LabourStart ou copiez l’adresse URL qui suit : (http://www.labourstart.org/radio/podcast/ podcast.rss) sur le logiciel de votre baladodiffuseur.

L’InfoXpress par courriel

Savez-vous que vous pouvez recevoir l’InfoXpress par courriel ? Pour s’inscrire à ce service, il suffit de faire parvenir un courriel à clandry@cupe.ca. Assurez-vous de mentionner votre nom, le numéro de votre section locale, votre adresse de courriel et votre province de résidence. Si vous receviez l’InfoXpress pas télécopieur, ajoutez aussi votre numéro de télécopieur de façon à ce que nous puissions retirer votre numéro de notre liste.