Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

L’événement est sans précédent dans l’histoire du SCFP. Avec plus de 190 consultations et des milliers de sondages, le Groupe de travail national sur la participation des femmes a suscité une réponse incroyable de la part des membres du SCFP – tant chez les femmes que chez les hommes – qui veulent être mieux représentés et participer davantage aux activités de notre syndicat.

Partout au pays, les membres ont expliqué au Groupe de travail ce qui, selon eux, pourrait permettre à notre syndicat de mieux réagir aux enjeux qui comptent pour les femmes et d’accroître leur participation à toutes les instances décisionnelles du SCFP.

« La majorité des femmes que nous avons entendues d’un bout à l’autre du pays ont parlé de leur charge de travail accrue, des pressions subies au travail et de la difficile conciliation travail-famille, a souligné Barbara Moore, co-présidente du Groupe de travail. Ce qui est encourageant, c’est de constater l’enthousiasme de ces membres à l’égard de la consultation menée par le SCFP et de voir que beaucoup veulent participer davantage aux activités syndicales, malgré les barrières qui se dressent devant elles. »

Le GTNPF s’est réuni en décembre pour examiner les premiers résultats du sondage mené auprès des membres. Bien que les commentaires de certaines régions et de certains sondages n’aient pas encore été analysés, les données préliminaires commencent à montrer certaines tendances importantes pour toutes les régions.

« Il devient de plus en plus évident que notre fonctionnement – qu’il s’agisse des assemblées des sections locales, des cours, des négociations collectives ou de notre structure difficile à comprendre – exclut trop souvent les femmes et marginalise les enjeux qui comptent pour elles. Des dossiers comme les régimes de retraite, les emplois à temps plein et les garderies sont critiques pour nous permettre de gagner du terrain au nom de tous les membres du SCFP, a affirmé Paul Moist, président du SCFP et co-président du GTNPF. En cherchant des solutions qui permettront une meilleure participation des femmes au processus décisionnel de notre syndicat, nous ne pourrons que devenir un syndicat plus fort et plus efficace. »

Le GTNPF se réunira de nouveau à la fin de janvier pour analyser les données compilées et discuter des moyens à prendre pour présenter un rapport aux régions sur les défis et les changements jugés importants par les membres.